[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Les postiers syndicalistes fêtent leur victoire

lutte-de-classe

Brève publiée le 1 mars 2013

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(Le Parisien) Douze relaxes : la lutte continue mais nous sortons renforcés! » Une volée d’applaudissements salue Olivier Besancenot. Hier, la cour d’appel de Versailles a rendu son arrêt dans l’affaire qui a valu à plusieurs postiers de comparaître devant la justice après avoir « séquestré » plusieurs cadres de leur direction dans leurs bureaux à Nanterre, lors d’un mouvement social, en mai 2010.

En première instance, quinze postiers, parmi lesquels Olivier Besancenot, avaient été condamnés à des amendes avec sursis. Hier, les magistrats ont finalement relaxé douze d’entre eux. Pour les trois autres, dont Gaël Quirante, le meneur, ils ont confirmé la peine : 1500 € d’amende avec sursis et 500 € de dommages et intérêts pour chacune des treize parties civiles. Les intéressés ont d’ores et déjà annoncé qu’ils allaient se pourvoir en cassation.

Quelques minutes avant l’audience, les avocats des parties civiles faisaient grise mine. « Je ne me fais aucune illusion, soupire Me Bernard Dartevelle. De toute façon, ils vont bénéficier de l’impunité. On est venus pour rien. »

Dès le début d’après-midi, la tranquille rue Carnot avait pris des airs de piquet de grève. Une tente avait été installée devant le monument historique hébergeant la cour d’appel. Des drapeaux aux armes de syndicats claquaient dans le vent. Des élus de gauche et des syndicalistes de tout le pays et de toutes les branches avaient fait le déplacement, alors que la loi sur l’amnistie des syndicalistes est discutée au Parlement. On apercevait Mgr Gaillot ou encore Xavier Mathieu, figure de proue des Conti. « Même si elle n’est pas complète, c’est une belle victoire », martèle-t-il.

Micro à la main, Gaël Quirante, le leader de la contestation dans le département, ne boude pas son plaisir même s’il est condamné : « Aujourd’hui, la Poste a pris une petite claque. Les salariés et les syndicalistes se retrouvent dans le box, et pas ceux qui suppriment des emplois ! Il faut arrêter cela. »

____________

Communiqué de SUD PTT : LIRE ICI

Site réalisé avec nos petites mains
et des logiciels libres (emacs, notepad++, etc.).

Contact Tendance CLAIRE : contact@tendanceclaire.org

Site hébergé chez lautre.net, hébergeur associatif autogéré.