[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Goodyear : Valls condamne les "agressions" contre les policiers

Goodyear lutte-de-classe

Brève publiée le 8 mars 2013

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(Le Point) Goodyear : Valls condamne les "agressions" contre les policiers

Le CCE de Goodyear à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) a tourné à l'affrontement entre les forces de l'ordre et les salariés de l'usine d'Amiens-Nord. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a condamné jeudi soir la "violence" ainsi que les "agressions" contre les policiers. La manifestation a fait 19 blessés, côté policiers. Dans une déclaration, le ministre - en déplacement en Guyane où il est arrivé jeudi - a déclaré qu'il "tient à rendre un hommage appuyé aux forces de l'ordre".

"Grand professionnalisme des forces de l'ordre"

Les forces de l'ordre, ajoute-t-il, "placées sous l'autorité du préfet des Hauts-de-Seine et du préfet de police de Paris, ont fait preuve, une nouvelle fois, d'un grand professionnalisme et d'un sang-froid constant face aux très nombreuse provocations et agressions dont elles ont été l'objet durant plusieurs heures".

"Pleinement conscient du désarroi et de la détresse de nombreux salariés", poursuit-il dans la déclaration transmise par son ministère, "le ministre de l'Intérieur rappelle cependant que rien ne saurait justifier que les forces de l'ordre soient les cibles de violences". "La violence n'est pas la voie du dialogue", conclut le ministre dans cette déclaration faite depuis Cayenne sur les lieux de la zone de sécurité prioritaire qu'il a visitée jeudi.

Des salariés de Goodyear blessés

La violente manifestation a aussi fait plusieurs blessés parmi les salariés de l'usine Goodyear d'Amiens-Nord, devant le siège du fabricant de pneus à Rueil-Malmaison lors d'un nouveau comité central d'entreprise (CCE) sur le projet de fermeture du site, qui menace directement 1 173 emplois