[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Le directeur de PSA Sochaux hué

    lutte-de-classe

    Brève publiée le 12 septembre 2013

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (L'Est Républicain) Montbéliard. Alors que près de 500 salariés de PSA débrayaient hier matin à Mulhouse, 8 000 salariés de la Direction industrielle, autrement dit les « gens d’usine » de Sochaux, étaient invités à une journée consacrée au lancement de la nouvelle 308, avec présentation du break. La direction avait prévu des aménagements horaires permettant au personnel de production de se rendre à l’Axone de Montbéliard. 65 bus avaient été prévus pour assurer le transport de 8 000 salariés. Saisissant l’opportunité de cette opération unique dans l’histoire du site historique, un groupe de militants de la CGT a distribué un tract consacré à la négociation en cours concernant le nouveau contrat social. Document conçu habilement pour être transformé en affiche comportant le message suivant : « Varela, pas touche à ma paie, pas touche à mes droits ! ».

    Après la présentation sur grand écran faite par Sébastien Loeb de la nouvelle 308, Javier Varela Sobrado, directeur de Sochaux, s’est adressé aux salariés pour faire valoir le challenge que représente en terme de montée en gamme cette nouvelle voiture. Une intervention ponctuée de cris et de sifflets venant de salariés en désaccord avec le gel des salaires, voire d’autres mesures annoncées à l’échelle du groupe. Interrogée, la direction de la communication de Sochaux a évoqué « un chahut occasionné par une trentaine de salariés agités ».

    « Les salariés », a souligné Marc Spirkel, de la CGT de Sochaux, « ont commencé à se faire entendre contre le recul social, la remise en cause de leurs droits et la baisse de leur paie. La direction recule devant les premiers débrayages, ceux intervenus le 10 dans tous les établissements du groupe, celui du 11 septembre qui a paralysé l’usine de Mulhouse, réunissant plusieurs centaines de salariés. Nous appelons l’ensemble du personnel à maintenir et amplifier ce mouvement ».

    Responsable de la CFDT, Guy Miseré souligne que « la direction doit comprendre que la fin ne justifie pas tous les moyens ». François Guillerey, de la CFTC, proteste « vigoureusement » contre un discours de la direction jugé avec une extrême sévérité. « Comparer ceux qui se lèvent tôt tous les matins pour aller gagner une mini-paie à un footballeur surpayé qui refuserait d’aller à l’entraînement est des plus offensants ». Quant à Pascal Pavillard, responsable de FO, il déplore « des réactions qui n’avaient pas leur place dans le cadre d’une journée consacrée à la nouvelle 308, dont la réussite est vitale pour assurer l’avenir du site de Sochaux ».

    Jacques BALTHAZARD