[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

PSA : Zéro engagement sur l’emploi et annonce de délocalisations

lutte-de-classe

Brève publiée le 26 septembre 2013

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Zéro engagement sur l’emploi et annonce de délocalisations ! La CGT appelle les salariés à se mobiliser


Communiqué de presse de la CGT PSA
25/09/2013

Lors de la réunion du 25 septembre 2013, M. Varin, PDG de PSA, devait prendre des « engagements » sur l’emploi en contrepartie des reculs sociaux que les salariés devraient accepter dans le « nouveau contrat antisocial ».
En fait de contrepartie, les organisations syndicales n’en ont eu aucune, et au contraire c’est la poursuite de délocalisations qui a été annoncée.
 

Engagement virtuel n° 1 de M. Varin : 1 million de voitures PSA produites en France en 2016.

En réalité, il ne s’agit pas d’un engagement mais d’une « prévision qui reste soumise à la validité des hypothèses de marché ». 
Cette prévision est sensiblement inférieure aux 1 220 000 voitures annoncées pour 2016 lors du Comité central d’entreprise du 25 octobre 2012.
Ce chiffre dissimule une annonce plus grave : M. Varin annonce que la ligne C de Citroën (remplaçantes de C3 et de C4) ne sera pas produite en France, ce qui risque d’être lourd de conséquence pour les sites de Poissy et de Mulhouse, qui produisent des véhicules de segment B.
À ce titre, la répartition des productions avec GM, et notamment la fabrication de C3-Picasso à Saragosse (que M. Varin ne confirme pas encore) cache un jeu de chaises musicales au détriment de l’emploi en France.

Engagement virtuel n°2 de M. Varin : Maintien de toutes les usines terminales (Sochaux, Mulhouse, Poissy et Rennes) à l’horizon 2016 avec l’annonce d’un nouveau modèle sur chaque site.

M. Varin précise que le maintien des sites ne signifie pas le maintien de toutes les lignes de production. Il précise qu’en-deçà de 250 000 véhicules sur un site, le passage en « mono-flux » sera examiné…  
Maintien de toutes les usines « mécanique et brut ».
M. Varin précise que cet engagement ne concerne pas les « déménagements d’activité ». Les dispositions de mobilité forcée que la direction PSA veut inclure dans le « nouveau contrat antisocial » ne peuvent que renforcer les inquiétudes sur ce point.

Engagement virtuel n°3 de M. Varin : un investissement de 1 milliard sur trois ans

Rappel : le niveau d’investissement PSA 2012 s’est élevé à 3,4 milliards d'euros. Un engagement de 330 millions en France au cours des trois prochaines années cache en réalité la priorité donnée au développement dans d’autre parties du monde.
Ce désinvestissement se traduira notamment en matière de boîtes de vitesse :
M. Varin annonce sa décision de ne pas produire en interne les boîtes automatiques DCT, au détriment du site de Valenciennes, qui avait été sélectionné pour cette production.
Ces boîtes de vitesse seront donc achetées à des constructeurs étrangers.

Sur l’emploi

Le seul engagement que la direction prend sur l’emploi est de le réduire sur tous les sites. Et le nouveau contrat antisocial précise qu’il n’exclut pas le recours non seulement à des plans de départs volontaires mais aussi à des PSE, avec licenciements contraints.
La CGT considère que ces nouvelles annonces, même sous leur tenue de camouflage, vont à l’encontre de l’emploi et de la pérennité de certains sites.
Nous appelons les salariés à ne pas se laisser  enfumer par ce marché de dupes, et à rester mobilisés pour de véritables garanties d’avenir et contre le nouveau contrat de recul social.
 
Après le succès de la mobilisation du 18 septembre dernier, nous appelons les salariés à participer à une nouvelle journée d’action dès la semaine prochaine dans tout le groupe PSA.
 
Paris, le 25 septembre 2013