[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Grève dans l’éducation le 14 novembre 2013

éducation lutte-de-classe

Brève publiée le 13 novembre 2013

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Communiqué du NPA Paris. Grève dans l’éducation le 14 novembre 2013

Le NPA Paris salue les grévistes des écoles qui ont raison de se battre pour l’abrogation de la réforme sur les rythmes scolaires. Celle-ci renforce les inégalités entre les quartiers qui aboutira à une éducation à deux vitesses : au rabais pour les classes populaires, d’excellence pour les quartiers favorisés.

Par ailleurs, personnels, parents et enseignants s’accordent pour dire que depuis la rentrée dans les écoles parisiennes c’est la catastrophe. Les élèves sont épuisés, les enseignants et animateurs voient leurs conditions de travail se dégrader fortement et les employés de mairie subissent pour une importante partie d’entre eux la précarité.

La grève des animateurs pour leurs conditions de travail mardi 12 novembre a été un succès. La mairie elle-même a constaté que seules 75 écoles sur près de 700 ont fonctionné normalement aujourd'hui. Pour le jeudi 14,  la grève des écoles devrait être une réussite avec une large majorité d’enseignants en grève (plus de 66%) et de très nombreuses écoles fermées à Paris. Le mouvement s’étend par ailleurs au reste du territoire avec des appels à la grève dans près de la moitié des départements.

Pourtant, Peillon compte, pour l’instant, passer en force. Il prétend avec toupet que la réforme s’applique correctement dans 93,5% des villes et annonce maintenant qu’il veut annualiser le temps de travail des remplaçants. Ce serait un précédent dans la casse du statut des Professeurs des écoles !

Il n’y a donc plus d’autre solution que de faire monter la mobilisation d’un cran : organiser des assemblées des personnels par quartiers et villes pour décider de la grève reconductible dans le maximum de communes, bloquer la machine pour faire reculer Peillon et les maires. Unifier le combat des enseignants et des personnels de la mairie pour l'abrogation de la réforme, l’amélioration des conditions de travail et la titularisation des précaires. C’est l’enjeu des prochains jours.

 

Paris, le 13 novembre 2013