[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Résumé de la 20ème journée de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 18 février 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé de la 20ème journée de grève des postiers du 92
La connexion avec le 78 pose un problème à la direction... qui joue une fois de plus la carte de la répression !

La grève a été majoritairement reconduite non seulement à Rueil-Malmaison, La Garenne-Colombes/Bois-Colombes mais aussi à Courbevoie et Gennevilliers. Sur ces deux derniers centres le taux de grève est nettement majoritaire alors que la direction s’attendait à une reprise. La grève touche également les centres du CTED de Colombes, Asnières, La Défense... Avec les interventions effectuées aujourd’hui en nombre par les grévistes  auprès des services d’après-midi de Gennevilliers et de Nanterre/Rueil PPDC, le scénario d’une extension départementale de la grève devient de plus en plus crédible.


Première connexion avec le 78

Cependant, en termes d’extension, l’élément le plus frappant de la journée, c’est que les facteurs de Carrières-sur-Seine/Montesson (dans les Yvelines) se sont joints à l’AG des grévistes du 92 dès leur premier jour de grève. Cette AG commune a aidé à convaincre les facteurs du 78 à reconduire la grève et à se doter d’un programme d’extension de leur propre mouvement : un préavis départemental a été déposé par la CGT FAPT 78 à partir de mardi. C’est donc un mouvement qui franchit les frontières du département et auquel participent deux syndicats (SUD Activités Postales 92 et la CGT-FAPT 78) qui commence à pointer le bout de son nez.


Premier protocole de fin de conflit

Dès le matin, les chefs d’établissements de Courbevoie et La Garenne/Bois-Co avaient donné des signes de fébrilité. Et au dernier moment, la direction départementale a proposé une audience de « négociation » pour l’après-midi même. Les grévistes s’y sont rendus pour prendre connaissance des propositions de la direction. Pour l’essentiel, la direction réitère sa provocation de vendredi dernier : « reprenez le travail et ensuite, vous pourrez discuter bureau par bureau localement ». Une différence néanmoins : la direction commence à discuter autour d’un protocole de fin de conflit, incluant le paiement d’une partie des jours de grève. C’est une petite brèche qui s’ouvre. Et les grévistes savent très bien que pour élargir cette brèche il va falloir taper plus fort.

10 000 euros d’amende et un entretien préalable au licenciement, qui dit mieux ?

D’autant plus que l’audience s’est achevée sur la remise en main propre d’une convocation en Entretien préalable au licenciement pour Gaël Quirante, secrétaire départemental de SUD 92. Après Brahim Ibrahimi, c’est le deuxième représentant départemental à être poursuivi en pleine grève. Et comme le hasard fait bien les choses, Gaël a reçu par huissier un commandement de payer 10 000 euros de dommages et intérêts dans le cadre du procès pour une soi-disant « séquestration »... 2 autres collègues ont reçu un message similaire dans leur boîte aux lettres ce week-end.

Un rassemblement vendredi et une fête samedi

La Poste espère décourager les grévistes et les militants syndicaux par leur acharnement répressif, mais les postiers et leurs soutiens sauront trouver la parade. C’est dans cet objectif que les grévistes appellent à un rassemblement de soutien vendredi à 18h à la DOTC (3 boulevard du Levant à Nanterre) suite à l’intervention policière de vendredi et aux nouvelles poursuites disciplinaires.

Et une fête de soutien aura lieu pour collecter des fonds pour la caisse de solidarité samedi à 20h (lieu à confirmer).