[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Nantes : les salariés de Chapitre occupent leur librairie

lutte-de-classe

Brève publiée le 20 février 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(Lutte ouvrière) La librairie-papeterie Chapitre, au deuxième étage du magasin C&A, en plein centre-ville de Nantes, a fermé ses portes lundi 10 février, ainsi que l'espace France-Loisirs qui s'y trouvait. Vingt-deux autres magasins Chapitre sont concernés en France, avec au total 434 licenciements.

Comme dans d'autres villes, les 13 salariés du site de Nantes occupent la librairie jour et nuit et reçoivent le soutien des nombreux clients du magasin, de l'UL CGT et de militants politiques, comme ceux de Lutte Ouvrière. En revanche la candidate tête de liste PS pour les municipales ne s'est pas déplacée. Quand les salariés sont allés la rencontrer à sa permanence toute proche, elle leur a dit « ne pas être au courant du dossier ». Elle a pourtant mis l'emploi en priorité sur sa bannière municipale !

Les salariés, en majorité des femmes, se battent pour obtenir des indemnités décentes, alors que l'actionnaire Actissia ne veut payer que le minimum d'indemnités légales, ce qui fait par exemple pour neuf ans d'ancienneté à peine trois mois de salaire.

Ces travailleurs sont d'autant plus en colère que France-Loisirs et le site Chapitre.com, qui fait de la vente en ligne, appartiennent aussi à Actissia qui a généré 551 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2012. Ils mettent aussi en cause Najafi, le fonds d'investissement américain qui est lui-même actionnaire du groupe Actissia et qui serait aussi responsable de ce désastre.

Comme le disait une employée, « de l'argent il y en a, mais il ne sert pas à maintenir l'emploi et les salaires. Il sert à remplir les poches des actionnaires ! »

Les travailleurs de Chapitre ont manifesté le 15 février en ville et se préparent à d'autres actions pour faire entendre leur colère et respecter leurs droits.

Correspondant LO