[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grève reconductible à la SNCF le 10 juin

    lutte-de-classe SNCF

    Brève publiée le 3 juin 2014

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (afp) La CGT et SUD-Rail s’opposent au projet de réforme ferroviaire qui sera débattu à partir du 17 juin à l’Assemblée.

    C’était prévisible : le gouvernement ne fera pas l’économie d’une grève lors de l’examen au Parlement du projet de réforme du système ferroviaire. Deux syndicats de cheminots, la CGT et SUD-Rail, viennent d’appeler à une grève reconductible à partir du mardi 10 juin à 19 heures, pour protester contre le texte qui sera examiné à l’Assemblée nationale à partir du 17 juin prochain.

    Le projet prévoit de créer un groupe public ferroviaire, qui réunira la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF), le gestionnaire des infrastructures ferroviaires, dans un schéma complexe imbriquant trois EPIC (établissements publics à caractère industriel et commercial). Mais les syndicats de cheminots voient dans le texte un éclatement du système, qui ne règlerait rien à la dette ferroviaire (plus de 40 milliards d’euros). Les deux organisations syndicales réclament « le retrait du projet de loi, et (...) une autre réforme du système ferroviaire. » Au passage, ils demandent également « un moratoire sur l’ensemble des réorganisations et restructurations » menées actuellement dans le groupe.

    La tentation d’une ligne dure

    La perspective de voir SUD et la CGT faire cause commune los d’une grève à la SNCF n’est jamais agréable pour les pouvoirs publics, surtout lorsqu’il s’agit d’un préavis reconductible. De surcroît, les bons connaisseurs du social dans l’entreprise publique décrivent une CGT en proie à de vifs débats interne, et qui pourrait choisir de camper sur une ligne dure pour assurer sa cohésion.

    La direction de la SNCF et le gouvernement pourront toutefois se rassurer en constantant que l’UNSA, deuxième organisation de l’entreprise, ne se joint pas à cet appel à la grève, contrairement au précédents mouvements