[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Résumé des 126-128 èmes jour de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 5 juin 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé du 126ème jour de grève des postiers du 92 (lundi 2 juin 2014)


Nouveau chantage de la direction sur la question de la répression


Des prises de parole ont eu lieu ce matin à La Garenne, Asnières et Rueil. Le temps fort de la journée a cependant été l’Assemblée Générale du jour. Elle a regroupé 40 personnes et a été le lieu d’un débat : que fait-on si la direction cède sur les dernières revendications (un CDD pour Sandrine le temps qu’elle obtienne son permis et son CDI à la clé et la non-intégration de la partie sécable au casier pour Gennevilliers) mais maintient les sanctions ?

92/Paris 15/91 : pour le regroupement des grèves

Les grévistes ont voté à l’unanimité pour la poursuite de la grève, jusqu’à l’obtention de la garantie qu’aucun licenciement n’aurait lieu et qu’aucune nouvelle poursuite ne soit engagée contre les grévistes et leurs représentants. Et la discussion s’est dans un deuxième temps engagée sur les moyens dont les grévistes seraient en mesure de se donner pour contraindre la direction à céder. Le centre de la stratégie adoptée par les grévistes, c’est de chercher à lier la grève du 92 aux autres conflits en cours, notamment les deux autres grèves reconductibles actuelles en région parisienne : celle d’Epinay-sur-Orge et celle de Paris 15. Les grévistes adressent donc un message clair à la direction : cédez sur les revendications et sur les sanctions, sinon vous risquez de faire face à vous non pas des grèves morcelées mais 3 grèves coalisées.

Rassemblement devant le Siège le 11 juin

Le comité de grève a discuté d’un autre élément à ajouter à l’arsenal des grévistes : un rassemblement en fin de journée devant le Siège pour regrouper les grévistes et leurs soutiens, comme lors des deux rassemblement le 21 mai lors de la mise en garde à vue des 4 collègues. Ce rassemblement aura lieu le 11 juin à 18h. Ce sera l’un des temps forts des prochains jours, pour l’abandon des sanctions et pour la victoire des grévistes.

Un nouveau chantage vite désamorcé

La séance de négociation d’aujourd’hui a consisté pour la direction à exercer un nouveau chantage sur les grévistes. En effet, les représentants de la direction ont indiqué qu’ils avaient mandat pour faire une proposition sur la question des sanctions. Mais que la condition pour informer les grévistes de cette proposition… était d’accepter que Gennevilliers soit exclu du protocole et que Sandrine n’ait pas de CDD ! Il n’était évidemment pas question de rentrer dans le jeu de la direction, et les représentants des grévistes ont soumis une nouvelle version du protocole de fin de conflit à la direction, sur laquelle figure la proposition qu’aucun licenciement ne soit prononcé. A la direction maintenant de se prononcer.

 

 

Résumé du 127ème jour de grève des postiers du 92 (mardi 3 juin 2014)

Retournement de situation à La Garenne-Colombes et grève départementale dans le 91


Ce matin, plusieurs collègues de La Garenne-Colombes se posaient la question de la reprise du travail. La prise de parole qui a eu lieu ce matin a posé les enjeux frontalement : reprendre le travail maintenant au moment où la direction ouvre une brèche pour une discussion sur les sanctions, c’est éloigner la perspective d’une réelle négociation sur ce point clé et encourager la direction à attendre d’autres reprises. Autre argument des représentants des grévistes qui ont pris la parole ce matin : trop de reprises à La Garenne, c’est aussi prendre le risque que la direction revienne sur ce qu’elle avait jusqu’ici dans le protocole… A ce moment-là, le directeur d’établissement a contredit les représentants syndicaux en déclarant devant tous les collègues que quel que soit le cas de figure, la direction ne reviendrait pas sur la réduction du nombre de suppressions de tournées et sur l’abandon de la sécabilité intégrée au casier. Au lieu de pousser les collègues de La Garenne-Bois-Co à reprendre, cela les a rassurés sur l’efficacité de la grève et cela les a encouragés au contraire à se mobiliser sur la question des sanctions. Au final, le nombre de grévistes a aujourd’hui augmenté sur l’établissement  (2 reprises mais 5 nouveaux départs en grève) !

Victoire au tribunal pour Thibault

La direction ne s’était pas contentée de lancer une procédure de licenciement contre Thibault : elle a saisi le tribunal d’instance en remettant en cause son statut de représentant local, pour éviter de devoir passer par la case « inspection du travail » pour obtenir son licenciement. La direction s’est pris un gros stop par le tribunal. Deuxième coup dur de la journée pour la direction !

Rassemblement à Evry

Aujourd’hui débutait un préavis de grève départemental dans le 91. Epinay est en grève depuis 16 jours, mais aujourd’hui 13 centres étaient touchés par le mouvement dont 3 en majoritaire. Ces trois centres (outre Épinay, St-Pierre-du-Perray et Orsay) ont reconduit la grève pour demain. Plus de 80 grévistes étaient rassemblés devant la DOTC 91 à Evry, et les grévistes du 92 s’étaient déplacés en nombre pour prendre contact. Ils ont proposé aux grévistes du 91 de manifester en commun avec eux et avec Paris 15 devant le Siège et d’y demander à être reçus. Le 91 a répondu présent. La convergence des bureaux et des départements se construit pas à pas.

Résumé du 128ème jour de grève des postiers du 92 (mercredi 4 juin 2014)

Paris/92/91 : vers la convergence

Interventions en cascade

Les grévistes du 92 se sont séparés ce matin en 3 groupes pour intervenir simultanément à Montrouge, Malakoff-Vanves et Châtillon. Ils se sont ensuite retrouvés pour faire une prise de parole à Fontenay-aux-Roses. Dans les 4 bureaux, les grévistes ont appelé les collègues à se mobiliser le 11 juin devant le Siège pour exiger l’abandon des poursuites disciplinaires et judiciaires à l’encontre des grévistes. Pour rappel, 5 licenciements ont été votés en commission disciplinaire et sont en attente de décision définitive (4 du 92 et 1 de Paris), 3 collègues (1 du 92 et 2 de Paris) doivent encore passer en commission disciplinaires et les 4 collègues passés en garde-à-vue peuvent à tout moment être convoqués par la Sûreté ou par le procureur. Toutes les interventions ont été bien reçues, et à Montrouge, l’énervement de certains collègues contre le projet de réorg s’est exprimé lors de la prise de parole.

Renforcement de la grève à Paris 15 et préavis illimité déposé à Paris

Une délégation des grévistes s’est ensuite rendue à l’AG des facteurs de Paris 15, en grève depuis le 21 mai. Ce qui était frappant, c’est que les grévistes de Paris 15 n’ont jamais été aussi nombreux sur le piquet de grève, y compris lors des conflits de 2010 et 2011, que ce matin (70 personnes). Suite à une nouvelle parodie de négociation, ils ont reconduit la grève dans l’enthousiasme, et ont accepté sans hésiter la proposition des grévistes du 92 et du 91 de manifester demain devant le Siège.

Les grévistes du 92 l’attendaient depuis longtemps, et cela a fini par arriver : un préavis de grève illimité a été déposé par la CGT et SUD sur tous les établissements courrier de Paris à partir de mardi.

Le déroulement d’une lutte aussi acharnée que celle menée par les postiers du 92 est par définition difficile à prévoir. Et la situation n’est pas sans dangers. Mais elle est très loin d’être sans espoir.

Echéances :

- Fête de soutien aux postiers : Samedi 7 juin – 162 avenue de la république à Nanterre – Salle Anatole France. RER Nanterre Ville

Avec la participation de la Compagnie Jolie Môme

-      Rassemblement contre la répression et pour la victoire des grévistes : mercredi 11 juin à 18h au 44 bd de Vaugirard Paris métro Montparnasse-Bienvenüe