[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Hôpital - Beauvais : grève contre la politique d’austérité

lutte-de-classe

Brève publiée le 28 juin 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2395&id=38

Vendredi 20 juin, la CGT de l'hôpital de Beauvais a organisé une journée de grève contre les mesures d'austérité qui se traduisent par des conditions de travail en constante dégradation : suppression de 35 postes, extension du travail en 12 heures, non-remplacement systématique des collègues absents, y compris pour les congés maternité.

Le sous-effectif permanent et organisé conduit à imposer un nombre croissant d'heures supplémentaires, souvent non récupérées et non payées. Il y a eu 98 000 heures supplémentaires en 2013. Un secteur de gérontologie a rendu 5 000 heures à la direction, soit l'équivalent de trois postes de travail, faute de pouvoir les récupérer ou les payer. Depuis le début de l'année, des collègues se retrouvent avec un cumul de 250 heures supplémentaires.

Les travailleurs de l'hôpital sont excédés, en permanence près de craquer. Et ce n'est pas la « semaine de la qualité de vie au travail » qui a été organisée par la direction, avec séances de « rigologie », massage californien et Body Balance, qui y change quelque chose, d'autant que ces séances ne sont même pas proposées sur le temps de travail, mais sur le temps de repas !

Au nom d'un déficit totalement artificiel de 6,3 millions d'euros pour 2013, la direction entend faire subir au personnel une cure drastique d'austérité. Elle ne parle pas d'imposer la même purge aux banques, auxquelles elle rembourse 12 millions d'euros par an !

Le mécontentement est partagé y compris par des cadres, des médecins et des chirurgiens, et même si, avec le système de réquisition du personnel en cas de grève, les assignations, le nombre de grévistes effectif est faible, la grève du 20 juin et le rassemblement d'une heure organisé devant l'hôpital ont témoigné clairement de ce mécontentement.

Correspondant LO