[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Résumé des 153è à 156è jours de grève des postiers du 92

lutte-de-classe

Brève publiée le 4 juillet 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé du 153ème jour de grève des postiers du 92 (lundi 30 juin 2014)

Préparation du rassemblement du 2 juillet et nouvelle audience de négociation 

Deux interventions ont eu lieu ce lundi. La première à Montrouge, où l’écoute a été mitigée : une partie des collègues ont continué à trier pendant la prise de parole, mais une autre partie, en particulier celles et ceux du CEDEX, a écouté attentivement.

A Malakoff, l’écoute a été bien plus soutenue et on peut supposer qu’un certain nombre de collègues seront en grève mercredi prochain lors de la convocation de Brahim, Gaël et Mohamed à la Sûreté Territoriale.

La négociation qui a eu lieu en fin d’après-midi a permis de transmettre de nouvelles propositions par écrit pour sortir du conflit : les grévistes sont prêts à reprendre le travail rapidement, mais sur la base d’un vrai compromis. La direction départementale n’a pas donné de réponse sur la question des sanctions, qui est décidément l’obstacle majeur au règlement du conflit.

Résumé du 154ème jour de grève des postiers du 92 (mardi 1er juillet 2014)

Une action mémorable

Interventions à Châtillon et Fontenay-aux-Roses

Les grévistes sont intervenus à Châtillon et Fontenay ce matin, deux bureaux où existent de solides habitudes de s’arrêter de trier quand une prise de parole a lieu. Les grévistes ont insisté sur l’enjeu de défendre les grévistes et militants syndicaux lorsqu’ils sont attaqués : faire grève massivement demain lors de la nouvelle convocation des 3 camarades à la Sûreté Territoriale c’est donner le signal à la direction qu’on ne s’attaque pas impunément à des représentants syndicaux qui ne se laissent pas acheter par la direction.

Occupation du Siège Courrier… par les intermittents-précaires !

Les grévistes du 92 se sont ensuite dirigés vers le Siège Courrier de La Poste boulevard Brune à Paris, qu’une cinquantaine d’intermittents-précaires avaient investi. Ils sont montés jusqu’aux bureaux de la direction pour dénoncer la précarisation de l'emploi que ce soit à La Poste ou dans la société en général. Ils étaient également là pour exiger que les revendications portées par les postiers dans les conflits en cours à La Poste soient enfin entendues : dans le 92 mais aussi à Ajaccio, à Paris 15, à Epinay-sur-Orge, à Decazeville, à Aubigny... L'action des intermittents-intérimaires et précaires en direction du Siège Courrier de La Poste revêtait une signification essentielle : il y a assez de l'éparpillement des luttes, il est temps de chercher à regrouper les forces. Et il est possible dès maintenant de s’entraider entre secteurs en bagarre. En tout cas, l'action d'aujourd'hui en a dit beaucoup plus long sur la convergence des luttes que bien des discours. Après avoir appelé la Police, qui a procédé à un contrôle d’identité des « occupants », la direction de La Poste a accepté de recevoir une délégation commune postiers-intermittents/précaires. Le message est passé : désormais, La Poste n’est plus à l’abri d’actions communes des postiers et d’autres secteurs en lutte.

Résumé du 155ème jour de grève des postiers du 92 (mercredi 2 juillet 2014)

Vers une avancée importante concernant les sanctions ?

Les grévistes s’étaient donnés RDV en avance à Paris pour préparer le rassemblement de 8h devant le commissariat du 4ème arrondissement.

Sûreté territoriale : tout ça pour ça !

Après avoir fait 10 heures de garde-à-vue le 21 mai dernier, 3 Mohamed, Gaël et Brahim étaient de nouveau convoqués à la Sûreté Territoriale ce matin. Eux et leurs soutiens ont été accueillis devant le commissariat du 4ème arrondissement de Paris par une quinzaine de cars de CRS. Et pourtant, quelques minutes après leur convocation, ils ont été relâchés. Tout ça pour ça ! Les accusations de « violences » à l’encontre des 3 syndicalistes sont tellement fantaisistes que certains vigiles qui les accusaient n’ont même pas osé se présenter au commissariat pour être confrontés à eux…

L’objectif de la manœuvre était bien de chercher à faire pression sur les 3 camarades. La débauche de moyens répressifs déployés par la police, ainsi que les procédures de licenciements déclenchés contre les grévistes du 92 et de Paris montrent que la direction de La Poste et le gouvernement sont prêts à tout pour écraser la résistance dans la plus grosse entreprise du pays. La Poste et la police se sont ridiculisées aujourd’hui mais attention : la plainte contre Gaël, Brahim et Mohamed n’est pas abandonnée, et l’affaire peut encore connaître des rebondissements.

Une avancée importante se profile sur les sanctions

Lors de l’audience de négociation d’aujourd’hui, la direction a concédé à l’oral une avancée réelle, exigée depuis de longues semaines par les grévistes : l’absence de nouvelles poursuites à l’encontre des grévistes suite à la fin du conflit. En effet, il est essentiel que les collègues qui ont mené le mouvement ne puissent pas être inquiétés une fois que la grève sera terminée. Il reste évidemment une série de questions à régler avant qu’un protocole soit signé : que la garantie d’absence de nouvelles poursuite soit bien soumise aux grévistes par écrit, qu’une proposition satisfaisante de report de la réorganisation soit faite concernant Gennevilliers, que Yann et Diego soient eux aussi préservés sur le plan disciplinaire, et que des conditions de reprise (paiement des jours de grève notamment) décentes soient garanties aux grévistes… Cette avancée qui se profile est la preuve que rester mobilisés et ne pas cesser de mener des actions vers les autres postiers et vers les autres secteurs paye !

 

Résumé du 156ème jour de grève des postiers du 92 (jeudi 3 juillet 2014)

Les facteurs grévistes des différents départements se coordonnent

La journée a commencé par une intervention à Puteaux/La Défense pour informer les collègues de l’état des lieux du conflit. Ce centre est une concentration importante de salariés sur le département. L’écoute a été bonne, cependant le service où le mécontentement gronde est celui de l’après-midi : la machine de tri « MTPF » va être transférée à la PIC et un grand nombre d’agents risquent d’être mutés contre leur gré. Un représentant est passé voir les collègues cet après-midi : peut-être un nouveau foyer de contestation à gérer pour la direction.

Soutien à Stéphanie et Olivier de Paris !

Une délégation des grévistes a accompagné Stéphanie de SUD Postaux 75 à l’Inspection du Travail à Paris : la direction a demandé son licenciement, et l’IT doit donner sa décision d’ici début Août. Quant à Olivier, qui est fonctionnaire, il vient de recevoir sa convocation en commission disciplinaire… pour le 31 juillet, et la direction demande sa révocation ! La mobilisation doit être la plus large pour défendre ces camarades, opposants inflexibles au patronat qui ont toujours été aux côtés des grévistes du 92 afin de tenter d’étendre leur mouvement !

Un pas vers la coordination des bureaux en grève

Cet après-midi, une conférence téléphonée a regroupé des grévistes d’Ajaccio, du 91, du 92, d’Aubigny (18) et de Paris 15. C’est la première fois depuis longtemps que des postiers en grève reconductible de plusieurs départements, syndiqués dans différentes structures se regroupent. Cette conférence a été l’occasion d’un premier échange et débouchera sur des actions communes dans les prochains jours. Dès demain, des délégations du 91, du 92 et de Paris 15 vont se rendre à Aubigny pour venir soutenir leurs camarades grévistes. Développer les liens entre postiers, développer les liens entre secteurs en lutte : c’est comme cela que les bagarres des postiers seront victorieuses.  

Les négociations continuent

Deux négociations se tenaient cet après-midi. Tout d’abord une négociation concernant Gennevilliers, qui a permis de confirmer que la direction proposait finalement un report réel de la réorganisation à 2015, qui n’implique pas de ratifier par avance l’un ou l’autre des éléments du projet. La direction doit proposer un protocole d’ici lundi prochain. Lors de l’audience départementale, la direction n’a pas avancé sur le terrain des sanctions, en particulier à l’encontre de Yann et Diego. Mais elle a reculé de février 2015 à Avril 2015 le délai pour que Sandrine obtienne son permis de conduire, condition pour obtenir son CDI. La direction continue à « tester » les grévistes, mais est contrainte à céder peu à peu du terrain.

Fête des postiers du 92 samedi 5 juillet à partir de 20h30 à la salle Anatole France à Nanterre, 7 rue Anatole France, RER Nanterre Université