[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Theramex - Monaco : grève et manifestations contre la fermeture

lutte-de-classe Monaco

Brève publiée le 18 juillet 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2398&id=24

Theramex, basée à Monaco et spécialisée dans les produits gynécologiques, appartient au puissant groupe pharmaceutique Teva depuis 2010. L'annonce le 12 juin de la fermeture de l'entreprise a été vécue comme un choc par les 59 salariés.

Au gré des reventes et des plans sociaux qui les ont accompagnées, la production de médicaments a été externalisée et les effectifs sont déjà passés de 500 à 60 personnes. Seules les activités de Recherche et Développement sont demeurées sur le site de Monaco.

Teva justifie la fermeture de Theramex par une simple baisse du chiffre d'affaires en 2013 par rapport à celui de 2012. Et c'est tout cela que contestent les salariés. En effet ces variations du chiffre d'affaires résultent des réorganisations de la production au sein du groupe et les salariés ont bien des raisons de ne pas croire aux chiffres invérifiables que la direction leur distille. D'ailleurs Teva ne cesse pas la commercialisation des produits de Theramex, mais les fabrique ailleurs.

Les salariés de Theramex savent, en plus, que quelle que soit l'indemnité qu'ils obtiendront, ils ne retrouveront pas de travail dans leur branche sur place. Monaco et ses environs voient les activités pharmaceutiques et cosmétiques se réduire comme peau de chagrin.

Un plan social est en cours d'élaboration, mais selon la loi monégasque les représentants du personnel ne sont conviés qu'à titre consultatif, pour une « concertation » avec la direction, limitée à une période d'un mois maximum. De plus la direction a refusé d'étendre cette période, tout comme elle a refusé que les salariés lors de ces réunions aient un avocat ou un appui de l'USM, le syndicat monégasque proche de la CGT.

Lors de ces discussions, la direction a eu le cynisme de proposer les mêmes indemnités que lors du plan social précédent, en 2005, sans tenir compte des évolutions salariales sur dix ans. De plus, ces indemnités sont bien inférieures à celles qu'ont obtenues les salariés licenciés chez BorgWarner, qui a fermé ses portes cette année, dans le quartier industriel monégasque de Fontvieille, qui est en fait une série de tours dans la ville même de Monaco.

La colère devant ce gâchis humain est là et elle se manifeste. Révoltés par le cynisme de la direction de Teva, les salariés de Théramex, soutenus par l'USM, défilent quasi quotidiennement dans les rues de Fontvieille en blouse blanche, sirènes et tambours battant à l'heure du midi au milieu des milliers de travailleurs de la zone industrielle en pause déjeuner. Manifester et faire la grève est du jamais vu dans l'entreprise.

Les travailleurs de Theramex ont reçu le soutien de salariés d'autres entreprises monégasques et en premier lieu de Monachem, une autre filiale monégasque de Teva dont les salariés craignent de subir le même sort prochainement. Des ouvriers de l'équipementier auto Mécaplast, eux aussi concernés par un nouveau plan de licenciements, se sont joints aux manifestations. Au bout de trois semaines de marches répétées, la direction s'est inquiétée de la mauvaise image que ces manifestations donnaient de Teva et du « mauvais exemple » qu'ils donnaient aux salariés du site industriel de Fontvielle. En tout cas, la lutte n'est pas terminée. Elle est le seul moyen de répondre à la froide morgue des actionnaires de Teva.

Correspondant LO