[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Hôtels Park Hyatt Vendôme et Madeleine : femmes de chambre en grève

lutte-de-classe

Brève publiée le 26 septembre 2014

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.lutte-ouvriere-journal.org/?act=artl&num=2408&id=21

Depuis vendredi 19 septembre, plus de cent femmes de chambres et valets des palaces Park Hyatt Vendôme et Madeleine, à Paris, ont entamé une grève illimitée, à l'appel de la CGT. Les passants de ces quartiers huppés voient ainsi, peut-être pour la première fois, l'envers du décor de rêve de ces hôtels de luxe puisque le personnel occupe les trottoirs, arborant les drapeaux du syndicat. Leur détermination remarquable n'a d'égale que le mépris dans lequel ce personnel est tenu par ceux qui exploitent leur labeur.

En effet, ces palaces qui louent une chambre standard 1 000 euros par nuit et une suite de luxe 10 000 euros la nuit ou 16 000 pour la plus chère ont recours pour assurer l'entretien des chambres à des entreprises sous-traitantes qui paient leurs employées 1 000 à 1 200 euros net par mois. Une nuit dans une suite représente plus d'une année de salaire d'une femme de ménage ! Celles-ci sont surexploitées, les heures supplémentaires ne sont pas payées. Il n'est pas rare que le responsable passe après elles pour inspecter, découvre une poussière sur un mur et ordonne que la chambre soit de nouveau nettoyée. Certaines sont payées à la chambre faite, pratique illégale.

Les grévistes exigent la fin de la sous-traitance et réclament d'être repris directement par Park Hyatt en tant que personnel à part entière. Ils font valoir que dans les hôtels voisins, au Georges V par exemple, les femmes de ménage sont payées plus de 2 000 euros net. Les grévistes réclament également la prise en compte du temps d'habillage, des pointeuses pour lutter contre les heures supplémentaires non payées, une mutuelle-santé payée par l'employeur.

En 2013, les femmes de chambre de Park Hyatt Vendôme avaient fait grève contre les heures supplémentaires non payées, un contrat n'excédant pas plus de 130 heures et le 13e mois. Elles avaient obtenu gain de cause contre leur entreprise sous-traitante et ce en un jour !

Le 24 septembre, on apprenait que les employées du Park Hyatt Vendôme auraient gagné une augmentation de quelque 400 euros par mois. Au Park Hyatt Madeleine la lutte continuait !

Aline URBAIN