[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un commissariat et trois bavures en une semaine ?

Violences-Policières

Brève publiée le 22 février 2017

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.liberation.fr/france/2017/02/21/un-commissariat-et-trois-bavures-en-une-semaine_1550146

Le poste de police d’Aulnay traîne une mauvaise réputation. A sa tête, Vincent Lafon, respecté mais déjà condamné.

Façade décrépie et locaux vétustes, le commissariat d’Aulnay-sous-Bois est connu depuis longtemps pour son état déplorable. «Un état indécent, un état dramatique», appuie Beschizza, le maire LR de la ville. Depuis deux semaines, les policiers d’Aulnay doivent aussi faire face à une réputation de «tabasseurs». Il suffit de tendre l’oreille dans les quartiers populaires de la ville pour recueillir de nombreuses anecdotes et mauvaises expériences avec la police. Un médecin intervenant lors des gardes à vue dans cette zone pose le décor : «Il y a deux commissariats défavorablement connus dans le département : celui de Saint-Denis et celui d’Aulnay.» La préfecture de police de Paris, dont dépend le commissariat joue le black-out. Seule information fournie, le commissariat d’Aulnay dispose de deux unités de voie publique : la brigade anticriminalité (BAC) et la brigade spécialisée de terrain (BST). Formées pour intervenir dans des situations difficiles, elles sont réputées pour leur dureté dans leur rapport à la population. La BST est mise en cause dans deux interpellations brutales médiatisées depuis le début du mois. D’abord celle de Théo L., le 2 février : au cœur de la cité des 3 000, le jeune homme s’interpose lors d’un contrôle d’identité. Il devient alors la cible de quatre agents, prend des coups, puis un policier lui enfonce sa matraque dans l’anus. Il est resté deux semaines à l’hôpital.

«Effet tunnel»

L’affaire Mohamed K. remonte au 26 janvier. Le même fonctionnaire, surnommé «Barbe Rousse», serait en cause. Témoin d’une interpellation à Aulnay, Mohamed K. raconte avoir voulu se renseigner sur ce qu’il se passait. Il dit s’être alors fait tabasser dans un hall d’immeuble par trois policiers. Il s’en tire avec cinq jours d’incapacité temporaire de travail (ITT). A cette liste s’ajoute désormais l’interpellation de Djamel Dib, le 30 janvier, vraisemblablement cette fois-ci par la BAC (lire ci-contre).

Le maire d’Aulnay-sous-Bois, ancien policier et responsable syndical de Synergie Officiers, était-il au courant des difficultés rencontrées avec la police ? Interrogé par Libération, l’édile dit entretenir de «bonnes relations» avec le commissariat. «Les langues se délient aujourd’hui, on nous disait parfois que ça avait chauffé avec la police mais ça s’arrêtait là.» Pourtant, il y a un an, un cas grave était arrivé à ses oreilles. Nicolas S., un médiateur de la ville, a croisé la route de la police pendant son travail. Selon son récit, il a été pris à partie par des agents en tentant de s’interposer pour éviter qu’une situation ne dégénère avec des jeunes. Questionnée sur ce cas précis, l’équipe municipale retrouve la mémoire et confirme les faits. «Ce n’est pas que le maire ne s’en souvenait pas mais on était dans un effet tunnel, explique la première adjointe en charge de la sécurité. C’est un agent qu’on a suivi. On lui a dit de porter plainte auprès de l’Inspection générale de la police nationale.» Nicolas S. dit avoir entamé ces démarches mais que sa plainte a été classée sans suite par le parquet.

Enjoliveur

Le commissariat d’Aulnay est dirigé depuis 2014 par Vincent Lafon. L’homme est un habitué des postes exposés. Avant de rejoindre la banlieue Nord, le commissaire divisionnaire a servi dans le XIIIe arrondissement de Paris. Il laisse auprès de ses collègues l’image d’un homme prêt à «mettre les mains dans le cambouis»«solidaire», et«professionnel». Certains avocats soulignent «son respect des procédures», voire «sa rectitude». Il est aussi apprécié dans les hautes sphères de la préfecture. Pourtant, le 19 février 2004, le commissaire Lafon participe à une sombre histoire, connue à Paris comme «l’affaire de l’enjoliveur». Membre de la BAC de nuit à l’époque, il se lance avec son équipage à la poursuite d’un conducteur violent à l’égard de sa passagère. Entamée à Barbès (XVIIIe arrondissement), la course se poursuit sur une bretelle d’autoroute à Créteil. Le fuyard tente une échappée en fonçant sur les policiers. Il en blesse certains, avant d’être extrait de son Opel Corsa. Plaqué au sol, il est tabassé, menacé de sodomie, et un cerceau d’enjoliveur lui est enfoncé entre les fesses. Vincent Lafon n’est pas l’auteur des violences mais fera en sorte de les maquiller. Il est mis en examen pour «non-empêchement d’un délit» et suspendu pour «faute de commandement». Il sera finalement condamné à un an de prison avec sursis et un an d’interdiction professionnelle pour«abstention volontaire d’empêcher un crime ou un délit». Sanction qu’il acceptera, sans faire appel.