[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Un compte-rendu de la manifestation des gilets jaunes de Paris Nord - Acte XI

Par Hermine Bianca (27 janvier 2019)
Tweeter Facebook

Le cortège des gilets jaunes de Paris Nord a pour point de rendez-vous Porte de la Chapelle. Une trentaine de gilets jaunes sont présents, avec une banderole « Quartiers populaires en colère ». Le petit cortège traverse le 18ème en passant par le quartier de la Goutte d’Or et les marchés. Une bonne occasion d’essayer de toucher les habitants du coin. L’accueil est plutôt positif, même s’il y a parfois aussi des réactions hostiles. Des voitures klaxonnent sur notre passage en signe de soutien. Quelques slogans sont lancés, notamment « Macron démission ! ». Nous arrivons Place de la République vers 11h30. Une discussion s’ouvre alors pour savoir s’il est mieux de rejoindre le cortège de gilets jaunes de la place de l’Etoile (qui est également le point de rendez-vous du NPA) ou rejoindre celui qui part de la Place de la Nation. Finalement, une majorité se décide pour la Place de la Nation. Nous prenons le métro. Certain-e-s chantent l’Internationale sur le quai, dont le thème est repris par un joueur de violon. Le conducteur de la rame klaxonne à son arrivée. Dans le métro, des slogans sont à nouveau lancés, l’ambiance est joyeuse et combative. Une nouvelle fois, les réactions des passagers sont diverses. Certains nous soutiennent, un passager lance des menaces de mort.

Place de la Nation, on voit peu à peu arriver la police et la BAC. Le cortège, assez massif, part en direction de la Place de la République. On voit flotter devant des drapeaux de la CGT, un autre arborant Che Guevara, également beaucoup de drapeaux français, un autre avec des fleurs de lys. Le cortège semble rassembler tous les bords politiques. A l’avant du cortège, des slogans radicaux sont lancés : « A-anti-anticapitaliste ! » Ambiance combative une nouvelle fois. La manifestation augmente en nombre au fur et à mesure qu’elle avance.

Deux heures plus tard, nous arrivons Place de la République. Celle-ci se remplit peu à peu de gilets jaunes, qui font une pause avant qu’une bonne partie d’entre eux se remettent en route vers la Place de la Bastille. Sur les marches de l’opéra, des gilets jaunes portant des drapeaux français chantent la Marseillaise. Au début, il n’y a aucun policier, mais lorsqu’un camion de CRS tente, dans un premier temps, d’arriver sur la place, il est pris à parti par les manifestant-e-s qui le forcent à faire marche arrière. La place sera évacuée une heure plus tard à grand renfort de coups de matraque et de gaz lacrymogènes. Beaucoup de gilets jaunes se replieront ensuite place la République - une initiative « Nuit Jaune » ayant par ailleurs été appelée, avant que la place ne soit à nouveau évacuée dans la soirée.

Crédit photo : ALAIN JOCARD / AFP

PS : on trouvera un recensement des manifestations, villes par villes, des 12, 19, et 26 janvier ici : 

https://tendanceclaire.org/contenu/autre/manifs-12-19-26anvier2019.pdf

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Gilets jaunes

Sur la journée de mobilisation du 5 février à Dijon, entre espoir brisé et frustration.

7H30 : début de la journée. Le point de rendez-vous avait été fixé la veille devant le lycée Hyppollite Fontaine afin de le bloquer car une belle mobilisation des jeunes est toujours un bon moyen d’animer et de massifier une manifestation et parce qu’il ne faut surtout pas laisser les générations futures en dehors des mouvements politiques et sociaux Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Mobilisation

Gilets jaunes et syndicats : après les manifestations du 5 février, il faut un appel clair des directions syndicales à la grève générale et au blocage de l’économie

Les manifestations du 5 février étaient appelées par la CGT et Solidaires, plus timidement et localement par FO et la FSU. Elles étaient aussi appelées par la coordination des AG de gilets jaunes de Commercy et par des figures du mouvement (Eric Drouet, François Boulo, etc.). Une vraie convergence s'est opérée dans les cortèges qui regroupaient syndiqués et gilets jaunes indifféremment. C'est très positif. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook