[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Qui sommes-nous ?

Par Tendance CLAIRE (17 juin 2011)
Tweeter Facebook

Read it in english | Auf Deutsch lesen | Leia em Português | Leer en Español

En bref

Les militant-e-s de la Tendance CLAIRE (pour le Communisme, la Lutte Auto-organisée, Internationaliste et RévolutionnairE) se battent pour que le NPA adopte un programme révolutionnaire cohérent et le défende ouvertement parmi les travailleurs et la jeunesse. En effet, nous pensons que les ambiguïtés du NPA le paralysent depuis son origine. Le NPA est anticapitaliste, mais n’a pas défini clairement de stratégie pour transformer la société. Dans l’activité quotidienne, notre parti manque de priorités établies, et dans son discours public il peine à convaincre. En particulier, face au renforcement du Front de Gauche et aujourd’hui de la « France insoumise », la direction du NPA n’a pas su et pas voulu critiquer les fausses solutions de J.-L. Mélenchon. Au sein du NPA, la Tendance CLAIRE recherche depuis le début à former avec d’autres camarades une large tendance révolutionnaire capable de devenir majoritaire. Nous pensons que c’est plus que jamais une nécessité, vu la crise du NPA et l'offensive historique contre la classe travailleuse.

Historique

La Tendance CLAIRE du NPA a été fondée le 14 février 2009, au lendemain du congrès de fondation du NPA. Lors de ce premier congrès, une forte pression a été imposée pour que s’exprime une seule orientation consensuelle. Il y avait déjà le refus de trancher entre projet d’un véritable parti révolutionnaire et projet d’une recomposition de la « gauche de la gauche ». Nous pensons que cette ambiguïté, qui se reflète dans les principes fondateurs, est à l’origine de la crise actuelle du NPA. Cela implique de combattre résolument les orientations mises en œuvre par la direction actuelle de notre parti, par le débat démocratique.

Les militant-e-s fondateurs venaient de l’ex-Groupe CRI, certain-e-s de l’ex-LCR et d’autres étaient sans parti auparavant. La base politique de la Tendance CLAIRE est constituée par le programme fondateur de la IVe Internationale, par les textes soumis aux AG électives et au congrès fondateur du NPA et par l’ensemble de ses élaborations publiées depuis.

La TC a depuis le début appelé à la constitution d'une tendance révolutionnaire large et pluraliste, en s'adressant particulièrement aux camarades de la gauche du NPA (position 2 en 2011, position Y en 2013 , positions 3 et 4 en 2015). Notre objectif étant d'élaborer ensemble un programme révolutionnaire et le porter dans la luttes des travailleur-se-s et des jeunes. Les dirigeant-e-s de ces courants ont jusqu'à présent refusé toute discussion sérieuse dans ce sens.

La Tendance CLAIRE a initié en mai 2010 le Collectif pour une Tendance Révolutionnaire (CTR) qui, avec d’autres camarades, a fonctionné jusqu’au premier congrès du NPA (février 2011), portant la plateforme 4 (3,7% des voix). Trois des six élus de la position 4 au Conseil Politique National (CPN) du NPA sont alors membres de la Tendance CLAIRE.

Lors du deuxième congrès du NPA (février 2013), la Tendance CLAIRE soutient avec le CCR la plateforme Z, qui obtient 9% des voix. C'est la seule plateforme qui progresse en nombre absolu de voix de militants. Dix militants de la plateforme Z sont élus au CPN, dont 5 de la Tendance CLAIRE.

Pour le troisième congrès du NPA (janvier 2015), la Tendance CLAIRE soutient avec d'autres camarades la plateforme 5 pour le communisme autogestionnaire, qui obtient 7% des voix.

Lors de la conférence nationale de mars 2016 centrée sur la question de la campagne présidentielle de 2017, et en particulier du rapport au Front de gauche, la Tendance CLAIRE participe à une plateforme commune avec d'autres sensibilités de gauche du parti (plateforme A) , qui atteint 41 %.

Schéma pour se remémorer les positions dans le NPA

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Loi Travail XXL

Après les manifestations du 12 septembre, quelle stratégie pour gagner ?

Les manifestations du 12 septembre ont rassemblé en France 223.000 manifestant-e-s selon la police, et 400.000 selon la CGT. C'est équivalent à la première manifestation contre la loi travail le 9 mars 2016 (cf. en annexe un récapitulatif des manifestations de 2010 contre la réforme des retraites et de 2016 contre la loi travail). On peut voir le verre à moitié plein et le verre à moitié vide... Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Bulletin de discussion du NPA

Travailler au développement qualitatif et quantitatif des luttes

La baisse d'intensité de la lutte de classe du côté des travailleurs-euses et la chute des régimes "socialistes" ont favorisé le développement de stratégies politiques réformistes et réciproquement.

Avec les victoires du capitalisme ces dernières années, la destruction des liens sociaux s'est développée. Les idées réactionnaires prospèrent sur cette division pour proposer des modèles sous tendus par l'existence d'un ordre naturel des choses avec ses dominants et ses dominés (entre décideurs et exécutants, entre "civilisations", entre hommes et femmes, entre sexualités...).

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Bulletin de discussion du NPA

Notre congrès doit discuter d’un programme économique de sortie du capitalisme

Alors que Mélenchon a présenté un programme antilibéral complet et chiffré, la majorité actuelle ne veut pas défendre et populariser un projet communiste actualisé. Répéter en boucle quelques mesures d'urgence sans l'inscrire dans une cohérence politique nous rend inaudible. Cela indique que nous n'avons pas de projet alternatif. D'ailleurs, nous n'osons même plus parler de socialisme ou de communisme à une échelle large. Cela nous réduit au mieux à une posture luttiste de résistance aux attaques, au pire à rejoindre les perspectives stratégiques des réformistes qui eux élaborent (http://www.cadtm.org/Les-defis-pour-la-gauche-dans-la).

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook