[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Newsletter

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Twitter

Chômage technique: le jackpot pour les patrons !

Par Gaston Lefranc ( 8 avril 2020)
Tweeter Facebook

Le chômage technique explose : ce sont désormais 5 millions de salariéEs (un quart des salariéEs du privé) qui sont placéEs en «activité partielle». 470 000 entreprises bénéficient de ce dispositif simplissime : l’entreprise fait la demande et, 48h après au maximum, une réponse automatique d’acceptation lui est envoyée ! Elle n’est pas belle la vie ? Auparavant, les administrations publiques ne prenaient en charge le salaire qu’à hauteur du Smic, le complément (pour atteindre 84% du salaire net) devait être payé par l’entreprise. Désormais, l’entreprise n’a plus rien à débourser !

Cela va coûter un «pognon de dingue». La loi de finances rectificative (votée le 23 mars) prévoyait un budget de 8,5 milliards pour le chômage technique. Ce budget va être explosé. L’OFCE a chiffré à 21,4 milliards par mois le coût du dispositif (12,7 milliards pour la prise en charge du salaire et 8,7 milliards pour la perte de cotisations sociales) s’il concernait 5,7 millions de salariés (on n’en est pas loin !). Au final, comme le confinement va vraisemblablement durer plus d’un mois, le coût total se chiffrera en dizaines de milliards…

Mais les entreprises ne se contentent pas de profiter du dispositif. Elles veulent le beurre et l’argent du beurre : beaucoup demandent à leurs salariéEs de continuer à travailler ! C’est totalement illégal, mais elles savent qu’elles ne risquent pas grand-chose avec un tel gouvernement. Par ailleurs, les services de la Direccte (directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) sont en sous-effectif et ne peuvent pas contrôler l’ensemble des entreprises vu l’ampleur du dispositif.

Du coup, les témoignages se multiplient et attestent que la fraude est massive. Des entreprises actionnent le dispositif pour une activité officiellement à 50%, mais incitent leurs salariéEs à travailler à 100%. D’autres se déclarent en activité nulle, tout en demandant à leurs salariéEs de travailler. Généreuses, elles complètent parfois la rémunération pour que les salariéEs touchent leur salaire net normal (84% du salaire net est alors pris en charge par les administrations publiques et 16% par les entreprises), mais elles sont dispensées du paiement des cotisations.

Ce dispositif permet de limiter, à court terme, la hausse du chômage. Mais le prix est fort élevé, et ce sont les travailleurs et les travailleuses qui seront amenéEs à financer ces dépenses exorbitantes. Pendant ce temps-là, les capitalistes ne paient plus rien (car ils bénéficient aussi du report des factures…). Cela montre la nocivité de ce système, où les contribuables sont appelés à se mobiliser pour les profits des capitalistes !

Nous revendiquons l’abolition du dispositif du chômage technique. Il ne s’agit pas de nier les difficultés des entreprises, qui sont bien réelles pour beaucoup d’entre elles. Sans ces aides massives, de très nombreuses entreprises feraient faillite. Mais les patrons qui ne peuvent plus payer leurs salariéEs doivent être expropriés : leurs entreprises doivent être nationalisées (sans indemnités) et placées sous le contrôle des travailleurs et des travailleuses qui sont les plus aptes à prendre les décisions sur la finalité de la production et l’organisation du travail. Que les patrons se rassurent, nous avons pensé à eux : ils pourraient devenir salariés de ces entreprises et avoir, comme les autres salariés, la garantie qu’un salaire leur sera versé par l’État.

Plus largement, la crise montre la faillite de ce système. Elle pose la question d’un autre mode de production où les travailleurs/ses, dont le salaire serait garanti, exerceraient leur souveraineté économique sur les moyens de production.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

Economie

Développer une analyse marxiste de la crise face au postkeynésianisme hégémonique dans la "gauche radicale"

Le réformisme a une très grande faculté à se renouveler en surface pour nous vendre la même camelote. Alors que nous sommes à nouveau plongé·e·s dans une crise sévère du capitalisme (dont le déclencheur est le Covid mais dont les racines sont bien plus profondes), des économistes postkeynésiens nous expliquent qu’ils et elles ont trouvé la solution magique pour sortir de la crise, réduire les inégalités et atteindre le plein-emploi dans le cadre du capitalisme : créer suffisamment de monnaie pour financer les dépenses publiques qui permettront de « garantir un emploi » à chacun·e. La théorie à la mode est la « théorie monétaire moderne » (Modern Monetary Theory - MMT en anglais) qui prétend fonder scientifiquement ce type de proposition politique. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Economie

À propos de la crise du bitcoin

Après avoir atteint des sommets, le bitcoin a perdu la moitié de sa valeur en un peu plus d’un mois. Elon Musk, patron de Tesla, avait mis le feu aux poudres en annonçant qu’il ne serait plus possible de payer ses véhicules en bitcoin, et c’est surtout l’État chinois, qui semblait jusqu’ici favorable au bitcoin, qui a interdit aux institutions financières du pays de proposer à leurs clients des services liés aux « cryptomonnaies ».
  Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Histoire

40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook