[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Tribune libre : À bas le consensus national contre la « grève » de l’équipe de France

    Lors de la mi-temps du match France-Mexique, dans les vestiaires, le joueur Nicolas Anelka aurait proféré des insultes à son entraîneur (1), ce dernier étant énervé que le joueur ne soit pas, selon lui, bien placé sur le terrain. Quoi de plus commun dans ce genre de compétition sportive ? Ce n’est pas la première fois et ça ne sera bien sûr pas la dernière... Mais ce qui est plus rare, c’est que ces propos sortent du vestiaire pour aller tout droit se loger (de façon déformée) dans l’antre médiatique... La meute des journalistes et des politiciens s’est ensuite jetée avec une violence incroyable contre Anelka et de façon plus globale contre ces joueurs millionnaires qui faisaient honte à « la France ». Il fallait bien un bouc émissaire. La haine est d’autant plus grande que les sponsors et médias vont perdre beaucoup d’argent. Il fallait donc tenter de rattraper le coup en proposant des émissions spéciales, des articles à tout-va, des analyses, des commentaires, et même des interventions politiques, sur l’« affaire Anelka », « l’équipe du désastre », « les usurpateurs »...

    Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Après la publication dans l’Équipe samedi 18 juin, Sarkozy, depuis Moscou, condamne de façon solennelle les propos « inacceptables » d’Anelka. Le soir même, la Fédération Française de Football l’exclut sur la seule base de l’article de l’Équipe, sans preuve, sans réunion, sans conseil de discipline, sans droit de se défendre. C’est un abus de pouvoir total, qui vise à jeter un joueur en pâture, pour mieux faire oublier ses propres responsabilités et tenter de sauver sa tête (on parle ici non seulement des dirigeants de la FFF – qui auront du mal à la sauver ! – mais aussi du pouvoir politique qui avait tant misé sur les « Bleus »).

    Là où tout devient plus intéressant, c’est le lendemain de l’exclusion d’Anelka… quand les joueurs sortent de leur rôle et font la « grève » de l’entraînement. Solidaires de leur coéquipier, bien conscients qu’il a été jeté en pâture et que cela aurait pu arriver à n’importe lequel d’entre eux, les joueurs de l’équipe de France sont venus au stade et ont signifié leur refus de s’entraîner. Ils ont rédigé une lettre unanime justifiant leur action et expliquant, de façon claire, leur opposition à la décision de la FFF d’exclure Anelka et leur volonté d’agir collectivement pour « marquer leur opposition à l’attitude des plus hautes instances du football français ».

    Concertation des joueurs de l’équipe de France pendant leur « grève »

    De façon assez surprenante, Domenech, le sélectionneur, a lu le communiqué des joueurs sans qu’on sache s’il s’en solidarisait dans une certaine mesure. Le doute était permis puisque le matin, dans l’émission Téléfoot, il avait complètement minimisé les propos d’Anelka, affirmant que « ça n’a pas d’impor-tance ». Le lendemain, recadré, Domenech a corrigé le tir et a bien montré qu’il n’était qu’un pion grassement payé servant les intérêts de ses patrons, déclarant : « Je tiens à préciser que la sanction prise contre Nicolas Anelka est justifiée et que je soutiens la Fédération dans cette décision. » Il a aussi affiché toute sa morgue et son mépris pour la « grève » des joueurs.

    Quelle est la signification de cette « grève » ?

    Attardons-nous sur la signification de cette « grève ». Certes, les joueurs sont des millionnaires pourris par le fric. Mais ils n’en demeurent pas moins des pions à qui on demande de jouer au foot et de fermer leurs gueules. Tant qu’ils jouent au foot (bien si possible…), chantent gentiment la Marseille, clament leur fierté de représenter « la France », l’élite politico-médiatique ne trouve rien à redire à leurs salaires mirobolants.

    Or, avec cette « grève », les joueurs ont montré que même eux, qui pourtant évoluent dans un milieu où s’exacerbent l’individualisme et le cynisme, pouvaient sortir au moins un instant de leur statut de « marchandise ». Ils ont eu une réaction collective en rupture avec la logique marchande, contre la domination et l’arbitraire. Ils se sont pris en main et ont oublié un (court) temps le rôle dans lequel on voulait les cantonner. Ils ont redressé la tête et ont fait passer la solidarité avec leur pote réprimé avant toutes les autres considérations. Ils ont osé mettre en péril leurs contrats et leurs revenus futurs. Il ne s’agit évidemment pas de pleurer sur leur (futur) sort, mais de comprendre la logique de leur acte. On pourrait postuler que rien d’intéressant ne peut sortir d’un tel milieu et regarder tous ces épisodes avec condescendance et mépris (2). Mais il nous semble au contraire intéressant de souligner que, même au cœur d’un monde pourri par le fric, il existe des contradictions, des luttes et une part d’humanité qui n’a pas été totalement anéantie par la réification marchande. Un grain de sable est apparu et a déréglé le spectacle capitaliste où chacun doit être à sa place et ne pas en bouger.

    La haine de la bourgeoisie contre les « grévistes »

    Il est édifiant de voir à quel point cette « grève » a désarçonné les autorités du foot. Le directeur délégué de la FFF a démissionné de rage, des membres du staff ont pleuré d’incompréhension, avant bien sûr de se ressaisir dans un second temps. Le sens de la « mutinerie » des joueurs de l’équipe de France est confirmé par les réactions des porte-parole de la bourgeoisie. Ils se déchaînent et montrent leur vrai visage, hypocrite, moralisateur, répugnant. Le poète, romancier et dramaturge Fernando Arrabal l’exprime fort bien : « Les vrais traîtres sont les accusateurs. Publics. Aux micros. Aux écrans. Unanimes. Les calomnies se haussent, indélébiles. Les charognards éclaboussent de leur propre ignominie les révoltés. La frontière entre vie privée et domaine public est napalmisée. Les victimes sont couvertes de crachats et clouées au pilori. Amen. » (3) Le parallèle avec la haine pour les grèves ouvrières est frappant :

    • On cherche à faire passer les joueurs pour des enfants gâtés qui s’amusent à « faire grève » alors que les Français souffrent. Cela fait irrésistiblement penser à la façon dont les médias cherchent à disqualifier les grèves étudiantes quand elles vont trop loin. On cherche à réduire leur action à un « caprice » et on refuse de parler de « grève », préférant les termes de « fronde », « mutinerie », « putsch », etc. Autant de mots pour éviter le spectre de la « grève » à la veille de la mobilisation du 24 juin…
    • On cherche à opposer les « meneurs » qui manipulent et terrorisent les « gentils » qui voudraient travailler (s’entraîner). Dès le lendemain de la « grève », la presse a crié victoire en prétendant avoir identifié les meneurs (Malouda, Evra, Henry, Abidal… des « racailles » qui exportent dans l’équipe de France les mœurs barbares de leurs cités d’origine) et les « gentils » (Gourcuff, Sagna, Lloris, etc.), qui sont allés pleurés dans les jupes de Bachelot et des dirigeants de la FFF. La presse a raconté ensuite que les méchants meneurs avaient empêché les gentils de sortir du bus et d’aller s’entraîner !
    • On dénonce la « prise en otage » du bon peuple et on incite les grévistes à se désolidariser des meneurs. Ainsi, Lizarazu, consultant pour TF1 et RTL, aboie le message voulu par ses patrons : « Ce qui m’a profondément choqué, c’est la prise en otage de ce maillot de l’équipe de France qui n’appartient à personne. L’espace d’une journée, ils se le sont approprié. C’est impardonnable. J’espère que très vite, certains joueurs vont se désolidariser. » Tout est dit : l’espace d’une journée, ils se sont comportés comme des êtres humains réfléchissant, écrivant ce qu’ils pen-saient et agissant sans en avoir référé à leurs sponsors qui les couvrent de millions tout en les tenant en laisse.
    • On appelle au châtiment des mutins, les meneurs ou ceux qui refusent de se repentir. Ainsi, Domenech a puni le capitaine Evra, Malouda (unanimement considéré comme le meilleur bleu lors de cette Coupe du monde), Abidal, Henry, en refusant de les faire débuter le dernier match (Malouda et Henry rentreront malgré tout en cours de match… pour limiter la casse !). Il s’agissait de siffler la fin de la récréation et de montrer que le pouvoir reprenait les choses en main. Mais cela ne suffira pas. Ils devront payer d’une manière ou d’une autre. Jean-Jacques Bourdin, présentateur de la matinale de RMC, a lancé une pétition pour que les Bleus renoncent à l’argent perçu pendant le Mondial. Par contre, ce même Bourdin s’est bien gardé de lancer une pétition au sujet des 12 000 euros de cigares de Christian Blanc, de l’appartement de Fadela Amara mis à disposition de son frère aux frais du contribuable, des accointances de Woerth avec Bettencourt la fraudeuse, du gros chèque de Christine Boutin pour son rapport sur la mondialisation, etc. Et Jean-Philippe Maurer (député UMP du Bas-Rhin) en a rajouté une couche en demandant la mise en place d’une « enquête parlementaire » pour faire toute la lumière...
    • On appelle enfin au rétablissement de l’ordre. Sans craindre d’en faire trop, Guy Roux a martelé : « Mai 68, c’était une république qui tournait rond à côte de ça. On est quand même dans un stade avancé d’anarchie. » Heureuse-ment, le général Sarkozy reprend les choses en main pour en finir avec la chienlit, il convoque Thierry Henry à l’Élysée dès sa descente d’avion au moment même où deux millions de travailleurs manifestent contre sa contre-réforme des retraites et il annonce solennellement des « états généraux » du football…

    Racisme et mépris de classe s’étalent au grand jour

    Les joueurs ont réussi à susciter une vaste union nationale, du FN au PCF, dénonçant l’outrage à la France et aux Français dont se seraient rendus coupables les joueurs ! Lizarazu exprime sa « honte d’être français », Bachelot martèle aux joueurs : « C’est l’image de la France que vous avez ternie. » On ressort les vieilles interviews pour démasquer « l’anti-France » qui se cache au cœur même de l’équipe nationale. Ainsi Abidal, qui avait osé déclarer : « J’ai pris la peine de lire les paroles en détail et je ne me sens pas représenté par cet hymne […]. Je représente la France, je suis très heureux d’être français, mais cet hymne, lui, ne me représente pas. »

    Mais pourquoi ces joueurs sont-ils aussi indifférents à l’importance de représenter « la France » ? Finkielkraut a la réponse : cette équipe est une « bande de onze petites frappes », une « bande de voyous qui ne connaît que la morale de la mafia » et qui souffre de « divisions ethniques et religieuses ». Finkielkraut se sent mal : « On a plutôt envie de vomir avec cette génération caillera. Il est temps de recruter des gentlemen » (comme Gourcuff, précise-t-il). Ces discours aux relents racistes pointent du doigt ces joueurs issus des quartiers populaires (bien souvent noirs et arabes) qui pourrissent les joueurs bien élevés, blancs, parlant un « français correct », qui persécutent les premiers de la classe. Pour Finkielkraut, il faut en finir avec cette racaille, qui prétend pouvoir naviguer sur le terrain de l’élite bien élevée.

    De même, Libération rapporte mercredi 23 juin que, lors de leur réunion de groupe, les élus UMP se sont « lâchés », caractérisant les joueurs de l’équipe de France de « racailles » et « petits merdeux ». Partout, les éditorialistes déversent leur haine, trop longtemps retenue : « sous-éduqués », « caïds de collège ». Ce sont pourtant les mêmes qui, en 1998, avaient voulu nous faire croire à l’unité nationale derrière la belle équipe « Blacks-Blancs-Beurs » dont les origines sociales et ethniques n’étaient pourtant guère différentes, mais qui avait quant à elle emporté la coupe du Monde, qui plus est en France même.

    Quant à Pierre Laurent, nouveau dirigeant du PCF, il pleurniche que « la fête soit un peu gâchée ». Qu’il se rassure, le show capitaliste continue, business as usual, après une parenthèse « consternante » (selon les mots du PCF).

    Le business reprend ses droits

    La plupart des joueurs ont en effet des remords : ils ont été entraînés par la logique de leur action de solidarité sans se rendre compte des conséquences. Malouda explique ainsi : « Personne n’a imaginé l’image que cet épisode [le refus de s’entraîner] donnerait de nous. » Ils sont désormais anxieux des conséquences de ce moment de « folie ». Ils s’excusent, regrettent et promettent de ne plus recommencer. Ce revirement n’est pas étonnant et la rébellion ne pouvait pas avoir de base solide dans un tel milieu, même si quelques joueurs persistent et signent. Chacun doit rentrer dans le rang pour que continue à tourner ce monde capitaliste et pathétique. Mais ce que l’équipe de football ne peut pas faire, la grande équipe anti-capitaliste et anti-impérialiste de France, la classe ouvrière unie au-delà des différences de catégories, de genres et d’origines ethniques, prenant conscience de sa force et de sa capacité à prendre en main son propre destin, le fera demain en se soulevant par la grève générale...


    1) L’Equipe a d’abord rapporté, en gros titre, qu’Anelka aurait lancé à Domenech : « Va te faire enculer sale fils de pute ! » Personne n’a confirmé ces propos, alors que plusieurs joueurs ont affirmé que les paroles d’Anelka n’étaient pas celles-là. En fait, il semblerait que la vraie phrase ait été : « Va te faire foutre, toi et ta tactique de merde. » Mais L’Équipe a probablement déformé volontairement les propos pour mieux vendre son torchon.

    2) C’est grosso modo l’axe de l’article de Tout est à nous ! sur le sujet jeudi 24 mars, qui ne voit que « feuilleton ubuesque » et « propos machistes », et qui passe ainsi complètement à côté de la signification de la « grève » des joueurs.

    3) http://laregledujeu.org/arrabal/2010/06/22/643/23-gavroche-sans-dieu-ni-maitre-f-arrabal-liberation-foot/

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Social

    Un gouvernement destructeur, même dans les crèches !

    Le gouvernement de Macron a une ligne politique claire : un des buts de sa politique néo-libérale est de détruire les services publics pour les ouvrir aux intérêts privés de quelques capitalistes. Après la destruction méthodique des transports publics ferroviaires, après la sélection généralisée à l’université, après la réforme Blanquer, les crèches sont, elles aussi, dans la ligne de mire.

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Tribune libre

    Parlons un peu de l’homéopathie

    « L’homéopathie relève donc bien plus de la croyance que de la médecine, et l’on pourrait se dire que, finalement, ce n’est pas si grave, quelqu’un qui s’enfile des gélules de sucres ne présente pas le moindre risque pour le reste de la population. Malheureusement, c’était sans compter sur les grandes entreprises qui, y voyant un moyen de gagner de l’argent à moindre coût, se sont engouffrées dans la brèche. N’est-ce pas étrange de voir passer des publicités vantant les produits des « Laboratoires » Boiron lorsque l’on sait que la science elle-même considère l’homéopathie comme obsolète ?» Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Société

    Publicité : quelle critique anticapitaliste ?

    La publicité est devenue une sorte de symbole du capitalisme, et se retrouve donc critiquée par des mouvements de « gauche » très divers. Si les actions anti-pub se limitent à des minorités, le « sentiment anti-pub » est largement partagé (un sondage de 2013 donnait par exemple 64 % des personnes en France trouvant la publicité « désagréable »). D’où l’intérêt de développer une critique anticapitaliste de la publicité. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Libéralisation

    « Routes nationales de France » : vers la privatisation du réseau routier ?

    Depuis la loi de décentralisation de 2004 qui transférait la gestion de routes nationales aux départements, et la privatisation des autoroutes en 2005, il ne reste aujourd’hui plus que 12 000 km de routes sous la compétence de l’État. Les infrastructures se dégradent, et on estime aujourd’hui qu’il faudrait investir 4 milliards d’euros en dix ans pour les rénover. Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook