[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    L’Espagne sous perfusion
    Les travailleurs européens doivent s’attendre à des attaques redoublées

    Par Gaston Lefranc (15 juin 2012)
    Tweeter Facebook

    Article de Gaston Lefranc, militant de la Tendance CLAIRE, publié dans Tout est à nous, l'hebdo du NPA

    http://www.npa2009.org/content/l%E2%80%99espagne-sous-perfusion

    Malgré les déclarations de Rajoy, l’Espagne a dû se résoudre à faire appel à l’Europe pour sauver son système bancaire. La situation de la 4e économie européenne ne peut qu’aggraver la crise de l’Union.

    L’Espagne s’enfonce dans la crise : depuis fin 2011, le PIB baisse à nouveau (-0, 3 % fin 2011 ; -0, 4 % début 2012) et le taux de chômage officiel atteint 23, 8 % (en février 2012). Le gouvernement multiplie les coupes dans les dépenses sociales (-7 milliards d’euros dans les dépenses de santé) et a fait voter une contre-réforme du marché du travail en février (donnant plus de pouvoir aux patrons pour licencier et modifier les contrats de travail). Mais cela ne suffit toujours pas à restaurer la profitabilité et donc l’accumulation. L’éclatement de la bulle immobilière (d’une ampleur inouïe) n’en finit pas de produire ses effets sur la solvabilité des banques : la dévalorisation des actifs financiers (notamment les crédits immobiliers non remboursés) possédés par les banques exige une « recapitalisation » massive sur fonds publics : l’État est appelé à la rescousse pour financer les pertes. D’où l’explosion du déficit et de la dette publics (faibles avant le déclenchement de la crise en 2007-2008), et la hausse des taux d’intérêt auxquels l’État s’endette (taux supérieurs à 6 % pour les emprunts à dix ans), car les capitalistes craignent de plus en plus un scénario à la grecque. Et la situation est d’autant plus grave que la fuite des capitaux s’accélère : de plus en plus de déposants vident leurs comptes (privant ainsi les banques espagnoles de précieuses ressources) pour les transférer à l’étranger (notamment en Allemagne).

    Appel à l’aide

    Alors que le gouvernement espagnol avait toujours exclu d’avoir recours à une « aide » extérieure, il a dû se résoudre à cette « humiliation » (après la Grèce, l’Irlande et le Portugal), car il n’a plus les moyens de s’endetter à un taux « raisonnable » sur les marchés. Les événements se sont accélérés la semaine dernière : le 5 juin, lors de la conférence téléphonique du G7, les États-Unis ont fait pression pour que l’Europe agisse vite pour renforcer les banques européennes ; le 7 juin, l’agence de notation Fitch a abaissé la note souveraine de l’Espagne de trois crans, estimant que la recapitalisation des banques espagnoles pourrait se situer entre 60 et 100 milliards d’euros (6 à 9 % du PIB). Le 9 juin, un accord était scellé : 100 milliards vont être débloqués par l’Europe (via le FESF - fonds européen de stabilité financière - ou le MES – mécanisme européen de solidarité - qui verra le jour en juillet) pour alimenter, via l’État espagnol, un fonds public de recapitalisation des banques espagnoles. Même si ce plan ne fait pas appel au FMI et ne s’accompagne pas d’un « mémorandum » plaçant la Grèce sous tutelle de ses créanciers, les bourgeoisies européennes vont renforcer leur pression sur l’Espagne. La feuille de route dressée par la Commission européenne est claire : augmenter la TVA pour abaisser les cotisations sociales, relever l’âge de la retraite et flexibiliser encore plus le marché du travail.

    Extension de la crise

    Ce nouveau plan de sauvetage n’est qu’une rustine supplémentaire pour tenter d’endiguer une crise de la dette qui s’étend désormais à la quatrième puissance de la zone euro, et qui menace directement l’Italie. La bourgeoisie allemande n’a pas le choix : elle doit lier chaque jour davantage son sort à celui des pays les plus fragiles de l’UE (en prêtant massivement) pour éviter un effondrement économique de ces pays aux conséquences incalculables (1). Mais elle ne le fera pas sans condition : Merkel parle désormais ouvertement de la nécessité de mettre en place une « union budgétaire fondée sur une politique budgétaire plus harmonisée » impliquant « d’abandonner des compétences à l’Europe ». C’est à cette condition que les fameux « eurobonds » voulus par Hollande trouveraient leur place dans un ensemble qui conjuguerait austérité renforcée, mise sous tutelle des bourgeoisies périphériques de l’UE, et mécanismes de « solidarité ».

    Austérité pour tous

    Face à la crise, les gouvernements bourgeois de « droite » et de « gauche » mettent en place la politique exigée par les lois du système : l’austérité. Il leur faut baisser la valeur de la force de travail pour restaurer leurs profits. C’est pourquoi nous sommes anticapitalistes : nous n’échapperons à une régression importante de nos conditions de vie que si nos mobilisations vont jusqu’au bout, jusqu’à la mise en place de notre propre gouvernement qui soit capable d’annuler la dette en remettant directement en cause le pouvoir des capitalistes sur l’économie.


    1) « Si l’Espagne se retrouvait dans une situation catastrophique, on pourrait faire une croix sur les banques françaises et allemandes », a déclaré le 10 juin le ministre des Finances luxembourgeois, Luc Frieden.

    Télécharger au format pdf

    Ces articles pourraient vous intéresser :

    Economie

    La théorie marxiste permet d’expliquer la crise de 2008

    La crise des « subprimes » a été le déclencheur de la crise financière à l’été 2007. Elle a été provoquée par la politique monétaire du gouvernement étatsunien depuis 2001, qui a cherché à stimuler l’activité en maintenant les taux d’intérêt à un niveau très bas. Cela a incité les ménages à s’endetter massivement. Le secteur immobilier a prospéré et a tiré la croissance. Les banques ont ensuite disséminé le risque de non-remboursement des crédits en les transformant en titres financiers, puis en les vendant sur les marchés financiers. Ces titres ont eux-mêmes été mélangés à d’autres titres. Puis la bulle a explosé en raison de l’écart entre la valorisation du capital fictif et les profits dans l’économie réelle. 

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Economie

    Volatilité sur les marchés financiers : les prémisses d’une nouvelle récession

    Dix ans après le déclenchement de la crise économique mondiale, les économistes bourgeois nous expliquaient que tous les signaux étaient désormais au vert. La croissance repartait enfin partout dans le monde. Y compris au Brésil ou en Russie qui ont connu une violente récession ces deux dernières années. Mais la secousse sur les marchés boursiers début février a fait resurgir les craintes d’une prochaine récession. Qu’en est-il vraiment ? Sur quoi s’appuyer pour comprendre les dynamiques économiques ?

    Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook

    Catalogne

    Solidarité avec la République catalane contre le putsch de Rajoy ! Seule la mobilisation des travailleurs/ses peut imposer l’indépendance ! Pour une république socialiste catalane !

    Toute la bourgeoisie internationale s'est déchaînée contre la déclaration d'indépendance votée par le parlement catalan le 27 octobre. De façon hallucinante, les médias bourgeois nous font prendre des vessies pour des lanternes. L'incroyable éditorial du Monde du 28 octobre nous fait penser au roman d'Orwell, 1984, et sa dénonciation de la novlangue totalitaire Lire la suite...

    Télécharger en pdf Tweeter Facebook