[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Ailleurs sur le Web [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

CPN des 16 et 17 novembre - Explication de vote

Par Élus TC au CPN (30 novembre 2013)
Tweeter Facebook

Nous sommes atterré-e-s par le comportement du noyau dur de la direction du parti. Après avoir accepté, samedi à 22h, d’enlever un passage explicite sur le « gouvernement anti-austérité », elle a refusé tous les amendements proposés, en commun, par les camarades de la Y et de la Z. Des camarades de la X ont voté contre leur conviction pour maintenir l’unité de la fraction majoritaire, qui théoriquement n’existe pas. Il ne fallait surtout pas voter avec le « diable ». Ce sont des procédés politiciens qui transforment le CPN en un théâtre où des positions de fond sont défendues pour la forme et mais où priment les intérêts d’appareil. Il faut d’urgence rompre avec ces très mauvaises pratiques.

Le CPN avait pourtant débuté sous de bons auspices. Nous avions raison de manifester le 2 novembre à Quimper, à l’appel des collectifs de salariés en lutte. Il ne fallait pas déserter le terrain d’une manifestation que le patronat a tenté de récupérer pour y défendre ses propres intérêts. Il ne fallait pas participer à l’opération de diversion de la « contre-manif » de Carhaix qui réunissait principalement les appareils syndicaux, en soutien critique au gouvernement. Malheureusement, cette éclaircie n’a pas dissipé le brouillard politique. Notre orientation ne peut pas se résumer à manifester partout avec n’importe qui, car le risque est grand d’alimenter la confusion et l’incompréhension de notre politique. 

Non, il ne faut pas rallier la manifestation patronale du 30 novembre à Carhaix, appelée par le collectif « Vivre, décider, et travailler en Bretagne ». Il faut aider à la constitution d’un pôle ouvrier indépendant, et chercher à construire un bloc avec les petits paysans et les travailleurs indépendants. Nous devons au maximum peser pour que ce pôle appelle le 30 à une manifestation distincte de celle impulsée par les patrons. C"est difficile, mais nous devons éviter le double écueil du ralliement pur et simple à la manif patronale et de l"attentisme.

Sur la manif du 1er décembre, l’essentiel est de nous démarquer clairement de l’orientation du FDG. C’est la condition que nous devons nous donner pour y participer. Alors que le gouvernement a lancé une opération d’enfumage avec la « remise à plat » de la fiscalité, Mélenchon veut faire de la « révolution fiscale » l’axe central de sa manif. C’est une diversion que nous devons dénoncer, tout en proposant l’organisation d’une manifestation centrale contre les licenciements et pour la réquisition des entreprises qui ferment ou licencient. Au CE du lundi 25/11, une courte majorité (autour de la Y et de la Z) s"est dégagée contre la participation du NPA au carré de tête de la manif. C"est une décision importante. Il faudrait aussi un profil clairement délimité sur les axes politiques qu"on met en avant.

Un aspect positif de ce CPN est le travail en commun que nous avons pu réaliser avec les camarades de la Y et du CCR. Alors que nous sommes capables de proposer une alternative commune à la politique de la X, la logique voudrait que nous nous organisions tous ensemble dans un courant pluraliste, afin de se doter des moyens organisationnels pour gagner la majorité dans le parti. Il est dommage que la direction de la Y refuse pour le moment d’ouvrir son courant en formation à celles et ceux qui défendent depuis le début du NPA la nécessité d"une grande tendance révolutionnaire pluraliste. Il est pourtant urgent de regrouper l’ensemble des camarades du parti qui veulent réorienter le NPA sur des bases révolutionnaires.

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

NPA

Non, ce n’est pas l’ARC qui est relancée suite à l’exclusion des camarades de la Tendance CLAIRE

Comme nous en avons informé immédiatement nos lecteurs et lectrices, une (presque) majorité de l’ARC a exclu les membres de la minorité, après nous avoir imposé une prétendue « pause » . Celle-ci s’est ainsi révélée n’être qu’une manœuvre pour se débarrasser tout simplement de camarades qui osaient contester la politique de la majorité en défendant leurs idées. Mais ce sale coup antidémocratique fait évidemment tache pour la soi-disant « relance » d’un groupe de gens qui prétendent à rien de moins que la fondation d’un « nouveau trotskysme »... Dès lors, on comprend que nos chères/chers camarades, après avoir tenté de garder le silence sur leurs agissements, se soient finalement senti-e-s obligé-e-s de se justifier sur leur site pour nous répondre. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Histoire

40ème "anniversaire" du 10 mai 1981: la nécessité de tirer toutes les leçons de l’échec de la politique de relance de la gauche

Nous avions déjà essayé de comprendre pourquoi la politique de keynésienne de relance avait échoué, conduisant au « tournant de la rigueur » de 1983, présenté comme une « parenthèse » (par Jospin) qui ne s’est jamais refermée depuis. L’immense espoir de « changer la vie » soulevé par l’élection de Mitterrand a été très vite douché, marquant le début de la rupture de la gauche avec les milieux populaires. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Répression policière

Halte à la répression policière des manifestations !

Nous avons manifesté le 1er mai, journée internationale de lutte des travailleur/se-s, mobilisé-e-s avec leurs organisations, partis et syndicats.

En France et notamment à Paris, Macron nous a une nouvelle fois envoyé la police pour bloquer et gazer nos cortèges.

Depuis la lutte contre la loi travail et plus encore les manifestations des gilets jaunes, auxquelles nous avions également participé, c’est devenu maintenant une habitude insupportable : le gouvernement mobilise systématiquement sa police pour interdire à des gens de manifester, pour les intimider et les réprimer, voire les blesser et les mutiler.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Colombie

Colombie : La Révolte de la Dignité

La Colombie, pays de 50,34 millions d’habitant-e-s et 1,143 millions de km2, est gouvernée par Alvaro URIBE et son ventriloque, Ivan DUQUE, actuel président. La Colombie est aussi gérée de façon officieuse par Luis-Horacio ESCOBAR, cousin de URIBE et personnalité de l’ombre du monde de la drogue. Récemment, Riano BOTIA, ex-agent du CTI, services secrets colombiens, actuellement exilé au Canada, a déclaré devant la Cour Pénale Internationale que URIBE et son cousin ESCOBAR sont à l’origine de l’exportation de 10 tonnes de cocaïne vers les États-Unis et le Mexique et responsables d’au moins une centaine d'assassinats. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook