[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Plan de réformes du gouvernement grec : la capitulation complète de Tsipras se confirme

Par Tendance Claire (24 février 2015)
Tweeter Facebook

Suite à l’accord de vendredi 20 février entre Tsipras et l’Eurgroupe, le gouvernement s’était engagé à fournir une liste des réformes pour prouver sa bonne volonté à respecter l’esprit de l’accord et ainsi commencer à percevoir les fonds du programme d’aide.

La lettre du gouvernement grec à l’Eurogroupe, longuement négociée avec les institutions européennes, a été rendue publique mardi matin (http://www.reuters.com/article/2015/02/24/us-eurozone-greece-text-idUSKBN0LS0V520150224). Et la conclusion à en tirer est limpide : le gouvernement Tsipras renonce à son programme anti-austérité et s’engage à poursuivre les contre-réformes des mémorandums. La trahison des engagements de campagne est spectaculaire et rapide, et malheureusement inéluctable, à partir du moment où Tsipras avait renoncé à toute rupture avec la bourgeoisie grecque et l’Union européenne.

Fort logiquement, l’Eurogroupe a donné mardi 24 février son feu vert à la poursuite du programme d’assistance.

La poursuite des politiques publiques d’austérité

Tsipras s’engage comme tous les gouvernements à lutter contre la fraude fiscale. Mais ses engagements ne se limitent pas à cela. L’objectif est surtout de limiter strictement les dépenses publiques et sociales, qui ont déjà été considérablement amputées par les gouvernements précédents :

-  « contrôler les dépenses de santé » ;

- « rationaliser les politiques de retraites et éliminer les échappatoires et les incitations qui donnent lieu à un taux excessif de retraites trop précoces dans toute l’économie, et en particulier dans les secteurs bancaire et public », « consolider les fonds de pension » ;

- « réformer la grille des salaires du secteur public en vue de décompresser la distribution des salaires [augmenter les disparités salariales] grâce à des gains de productivité et des politiques de recrutement appropriées sans réduire les planchers salariaux actuels, mais en s’assurant à ce que la masse salariale du secteur public n’augmente pas » ;

- « réduire l'ensemble des dépenses, sans mettre en péril le fonctionnement du secteur public et en conformité avec les bonnes pratiques de l'UE » ;

- « encourager les pratiques manageriales fondées sur le mérite, mettre en place une véritable évaluation du personnel de base, établir des procédures équitables pour maximiser la mobilité des ressources humaines et des autres ressources dans le secteur public »,

Il s’agit donc de bloquer les salaires des fonctionnaires et d’introduire les pratiques managériales les plus dégueulasses dans le secteur public. C’est la continuité des politiques antérieures.

Ne revenir sur aucune privatisation !

« Les autorités grecques s’engagent à ne pas revenir sur les privatisations qui ont été achevés. Lorsque le processus d'appel d'offres a été lancé, le gouvernement laissera la procédure aller jusqu’à son terme, conformément à la loi ». Pas question donc revenir sur la privatisation du port du Pirée. Pour l’avenir, il est dit que le gouvernement promouvra les partenariats public-privé et pourra envisager de nouvelles privatisations.

Flexibiliser le marché du travail et subordonner toutes les politiques publiques aux exigences de la « compétitivité »

« La Grèce cherchera à atteindre les meilleures pratiques de l'UE concernant la législation du marché du travail grâce à un processus de consultation avec les partenaires sociaux tout en bénéficiant de l'expertise et la contribution de l'OIT, l'OCDE et l'assistance technique disponible existante »

« La Grèce introduira progressivement une nouvelle approche ‘intelligente’ de la négociation collective des salaires qui vise à trouver un équilibre entre les besoins de flexibilité et d’équité. Cela comprend l'ambition de rationaliser et au fil du temps de hausser le salaire minimum d'une manière qui préserve la compétitivité et les perspectives d'emploi. La portée et le calendrier des modifications apportées au salaire minimum seront prises en consultation avec les partenaires sociaux et les institutions européennes et internationales, dont l'OIT, et tiendront pleinement compte des conseils d'un nouvel organisme indépendant qui examinera si l'évolution des salaires est en phase avec les développements de la productivité et de la compétitivité. »

« La Grèce cherchera à lever les barrières à la libre concurrence, conformément aux recommandations de l’OCDE »

« La Grèce poursuivra ses efforts pour éliminer les restrictions disproportionnées et injustifiées à l’accès aux professions réglementées »

Le gouvernement Tsipras s’engage donc à mettre en place les contre-réformes promues par les institutions internationales sur le marché du travail, l’ouverture à la concurrence des professions réglementées [loi Macron], etc. et cela sous la surveillance constante de la Troïka. Toutes les mesures anti-austérité sont donc remises au placard, et leur éventuelle application est subordonnée à l’objectif de « compétitivité »… autrement dit, elles sont remises aux calendes grecques ! Et même les « mesures humanitaires » sont conditionnées au fait qu’elles n’aient « aucun effet fiscal négatif » !

Les choses sont désormais limpides. Alors que Mélenchon et Laurent ont crié « victoire » après l’accord du 20 février, oseront-ils applaudir un plan de contre-réformes contre les travailleurs/ses et une trahison aussi manifeste des engagements de campagne de Tsipras ?

Combattre l’accord du 20 janvier et le plan de contre-réformes du gouvernement grec

Notre perspective, c’est un soulèvement des travailleurs/ses grecs contre l’accord du 20 janvier et contre le plan de contre-réformes du gouvernement Tsipras. La solidarité avec le peuple grec doit se faire sur ces bases là. Et en mettant en avant des solutions immédiates pour sortir réellement de l’austérité :

annulation de toute la dette publique

nationalisation du secteur bancaire et des entreprises stratégiques sous le contrôle des travailleurs/ses

rupture avec l'UE et l'euro, réquisition de la banque centrale pour émettre une nouvelle monnaie inconvertible sur les marchés financiers

monopole du commerce extérieur pour ne plus être soumis à la dictature des marchés mondiaux


Nos précédents articles

Grèce : après la capitulation de Tsipras devant la Troïka, tout faire pour empêcher l’application de cet accord scélérat (22 février)

http://tendanceclaire.npa.free.fr/article.php?id=714

Grèce : pas d’issue pour les travailleurs/ses sans rupture révolutionnaire avec la bourgeoisie grecque et l’UE capitaliste ! (13 février)

http://tendanceclaire.npa.free.fr/article.php?id=713

Télécharger au format pdf

Ces articles pourraient vous intéresser :

International

La coalition « Non à la nouvelle loi sur la police de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (RNW) » contre le gouvernement régional

En Allemagne, on observe au moins depuis le G20 de Hambourg (juillet 2017) un renforcement rapide des dispositifs sécuritaires et de la répression contre les militant-e-s, les classes populaires et les non-blanc-he-s. Cela passe, entre autres, par une série de lois régionales sur la police qui suscitent des protestations massives. On est encore loin du niveau atteint en France, mais ce tournant sécuritaire n'en reste pas moins très significatif. À travers l'Europe, les dominant-e-s fourbissent leurs armes pour écraser toute révolte contre leurs projets, contre leurs profits. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Union européenne

L’extrême-droite européenne renonce à la rupture avec l’UE et l’euro pour gouverner

Partout en Europe, l'extrême-droite fait son beurre du rejet massif de l'Union européenne dans les catégories populaires et de l'incapacité de la gauche antilibérale ou anticapitaliste à porter ce rejet. L'extrême gauche refuse d'entendre ce rejet, ou pire, l'associe systématiquement au nationalisme et à la xénophobie. L'extrême droite peut se frotter les mains : aux yeux du prolétariat, elle incarne la seule opposition à l'Union européenne.

Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook

Débats

Broad parties and anti-austerity governments: from defeat to defeat, learning the lessons of Syriza’s debacle

The NPA leadership, the majority of which is organically linked to the majority of the International committee of the Fourth international (ICFI), refuses to draw all the lessons from a way of building organizations that has continuously failed and led to political and organizational catastrophes in its national sections, with of course a very negative overall impact, for more than twenty years. The question is: what policy of the ICFI leadership is at the heart of such major and repeated failures, of utter disasters, even, in certain countries? After compiling a non-exhaustive list of the most significant among the regrettable and disastrous experiences of the past two decades, this contribution focuses on the latest tragedy to date: Greece. Lire la suite...

Télécharger en pdf Tweeter Facebook