[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

ALERTE - le gouvernement veut s’attaquer aux 35 heures

économie

Brève publiée le 16 février 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(France 2) La loi Macron ne devrait pas être la dernière réforme économique du quinquennat de François Hollande. Selon François Langlet, le gouvernement prépare une réforme des 35 heures.

La loi Macron, après des semaines de débats et de controverses, va être adoptée à l'Assemblée nationale mardi 17 février. Celle-ci a été présentée comme l'ultime réforme économique du quinquennat en cours. Mais François Langlet l'annonce : dans la foulée, le gouvernement va proposer une réforme des 35 heures.

"Il s'agirait de permettre aux entreprises de déroger à la durée légale du travail, c'est-à-dire de contourner ces fameuses 35 heures. Une entreprise pourrait ainsi soumettre au vote de ses syndicats une sorte de donnant-donnant : d'un côté, la direction s'engage à maintenir l'emploi ou à investir (...), de l'autre, les salariés acceptent modération salariale ou flexibilité dans le temps de travail au gré de l'activité", explique le journaliste sur le plateau de France 2.

Chapitre clôt avant l'été ?

L'objectif de cette réforme : réduire les coûts de production. Renault s'y est déjà essayé. "A dire vrai, cette formule existe déjà mais est réservée aux entreprises qui sont en difficulté. Elle n'a pas eu beaucoup de succès. L'idée serait de la simplifier, de l'assouplir et d'en étendre le bénéfice à d'autres entreprises", poursuit François Langlet.
"Le gouvernement veut aboutir sur ce chapitre avant l'été. Il va quand même lui falloir convaincre syndicats et patronats, au moment où le dialogue social montre des signes de fatigue", conclut-il.