[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Les sociétés contrôlées par l’Etat en net recul depuis 30 ans

économie

Brève publiée le 2 avril 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé de l'INSEE : En 2013, l’État contrôle directement 88 sociétés françaises. Par le biais de ces dernières et de leurs filiales, il contrôle au total 1 444 sociétés françaises, qui emploient plus de 800 000 salariés. Par rapport à 2012, le nombre de sociétés contrôlées par l’État augmente de 40 unités, et l’emploi total s’accroît faiblement. Le secteur d’activité prédominant est le secteur tertiaire. En trente ans, après plusieurs vagues de privatisations, le nombre de sociétés contrôlées majoritairement par l’État est passé de 3 500 à 1 500, tandis que les effectifs salariés ont diminué des deux tiers, passant de 2 350 000 à 800 000.

Lire l'étude : http://insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1541/ip1541.pdf

--------------------------------------

(Les Echos) Le nombre de sociétés contrôlées par l’Etat est passé de 3.500 en 1984 à 1.440 en 2013, selon une étude de l’Insee.

Le nombre de sociétés contrôlées par l’Etat est passé de 3.500 en 1984 à 1.440 en 2013, selon une étude de l’Insee rendue publique ce jeudi. Sur la même période, les effectifs salariés correspondants ont été divisés par 3, passant de 2,4 millions à 800.000. La principale baisse vient du secteur de l’industrie manufacturière, qui a perdu 87 % de ses effectifs relevant de l’Etat depuis 20 ans, notamment sous l’effet des privatisations successives d’Elf, Usinor Sacilor, Renault, suivies quelques années après par celle de Thomson et Matra, entre autres.

En 2013, l’industrie ne représente plus que 5 % de l’ensemble des salariés des sociétés contrôlées par l’Etat, contre 22 % en 1994. Par contraste, le secteur du transport et de l’entreposage reste important : 65 % de l’ensemble des salariés des sociétés contrôlées par l’Etat y travaillent en 2013, dans les groupes tels que la SNCF, La Poste ou encore la RATP. Les autres secteurs d’activité restent peu marqués par la présence de l’Etat. Dans l’information et la communication, 23.800 emplois sont concernés (3 % du total des sociétés contrôlées par l’Etat), en grande majorité au sein de France Télévisions. Un nombre équivalent à celui de la banque et de l’assurance où les effectifs se concentrent à la Banque de France et dans La Banque Postale.

80 sociétés ont quitté la sphère publique

A la fin 2013, 1.444 sociétés étaient majoritairement contrôlées par l’Etat, soit 40 unités de plus qu’à la même période un an avant. Ces sociétés emploient 800.000 salariés. En prenant une acception plus large de l’influence de l’Etat, c’est-à-dire en tenant compte ses participations minoritaires, 600 autres sociétés viennent s’ajouter, par exemple GDF-Suez avec 37 % de participation (la dernière grande privatisation de l’Etat remonte à 2008 avec Gaz de France qui a permis de constituer le gorupe GDF-Suez), Thalès (27 %), Renault (15 %) ou encore Orange (13 %).

En 2013, 80 sociétés ont par ailleurs quitté la sphère publique, du fait de cessation d’activités ou de ventes de filiales. C’est le cas du groupe EDF qui a cédé une partie des centrales photovoltaïques d’EDF-Energies Nouvelles.