[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Aurelio Peccei, premier résistant à la croissance

histoire

Brève publiée le 24 juillet 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

(Le Monde du 25 juillet) Les prophètes contemporains. En 1972, le Club de Rome, fondé par l'industriel italien, publie un rapport alertant pour la première fois des risques pour la planète d'un modèle fondé sur une expansion économique sans limite

Il fallait un lieu de réunion solennel. Ce fut l'Accademia Nazionale dei Lincei, la plus ancienne académie d'Europe, fondée à Rome en  1603. En français, l'Académie des lynx. Un nom qui prête à ses membres la capacité de voir juste et loin. L'endroit idéal, en somme, pour réfléchir à l'avenir du monde, comme le souhaite, en cette année 1968, le maître de cérémonie, Aurelio Peccei. L'industriel italien, patron d'Olivetti et cadre dirigeant de Fiat, n'est ni un diseur de bonne aventure ni un futurologue. Juste un humaniste inquiet des tourments de son époque : " Un grand désordre règne sous les cieux. Il faut faire une pause et réfléchir. "

L'heure est à la course aux armements et à la contestation du modèle capitaliste. Cet ancien résistant, torturé dans les geôles fascistes, fête alors ses 60  ans (il mourra d'un cancer seize ans plus tard). Samedi  6  avril  1968 au matin, ils sont une vingtaine à s'asseoir autour de la longue table installée dans la Loggia di Galatea, la pièce la plus somptueuse de la Villa Farnesina, une demeure de la Renaissance acquise en  1944 par l'Académie des lynx. L'une des fresques murales a été peinte par Raphaël. Le décor de la Loggia est un enchantement. Aucune femme parmi les participants. Economistes, banquiers, statisticiens, hauts fonctionnaires, responsables politiques, les hôtes viennent de nombreux pays : Etats-Unis, Grande-Bretagne, Suisse, Belgique, Suède, Allemagne… Cinq Français ont fait le voyage, dont Bertrand de Jouvenel, fondateur de la revue Futuribles, et Jean Saint-Geours, inspecteur des finances et directeur général du Crédit lyonnais.

A l'ordre du jour, du brainstorming de haut vol. Le petit groupe est invité à réfléchir à " la création d'un système d'observation et de monitoring du monde ". Ambitieux. C'est un flop. Le dimanche midi, les protagonistes se séparent, incapables de parler le même langage. Quelques irréductibles, dont l'Ecossais Alexander King, directeur des affaires scientifiques à l'OCDE, acceptent néanmoins de poursuivre les discussions enflammées au domicile d'Aurelio Peccei. Le Club de Rome est né.

Ni sponsor ni budget. Apolitique, transculturelle et indépendante, l'association se définit comme un centre de réflexion dont l'essence est de " lancer des idées, bonnes ou mauvaises, pour mieux appréhender les transitions profondes qui affectent l'humanité ". Quatre ans plus tard, en mars  1972, à l'initiative de ces penseurs distingués, paraît chez Universe Books, petit éditeur de New York, The Limits to Growth, littéralement " Les limites à la croissance ", qui devient en français Halte à la croissance ?

Le livre, une étude menée en dix-huit mois par une équipe du Massachusetts Institute of Technology (MIT) dirigée par le physicien américain Dennis Meadows, fait l'effet d'une bombe. Il devient un best-seller traduit en 36  langues et diffusé à 10  millions d'exemplaires. Un succès qui perdure. " Le rapport Meadows fascine toujours, se félicite Thomas Bout, directeur des éditions Rue de l'échiquier, qui ont publié en  2012 une version réactualisée des travaux du MIT. Nous sommes à près de 10 000  exemplaires vendus, un très bon résultat. La demande est forte à chaque rentrée universitaire. "

manifeste écologique avant l'heure

1972 ? C'est encore les " trente glorieuses ", avec un taux de croissance insolent de 5  % à 6  % dans les pays riches. La société de consommation bat son plein. Et voilà que le Club de Rome joue les défaitistes. Il rappelle en cent pages à peine que nous n'avons qu'une seule planète et que son exploitation forcenée peut conduire sur le long terme, si rien ne change, à un " effondrement " de notre société. Un manifeste écologique avant l'heure.

Le MIT confronte quatre variables, toutes en forte croissance – la population, la production industrielle, la demande alimentaire, la pollution –, aux ressources naturelles finies de la Terre. Les chercheurs avancent une série de scénarios qui nous projettent jusqu'en  2100. Le message est clair : si les limites physiques de notre système sont franchies, ce sera la rupture avant la fin du XXIe  siècle. Comme l'indique l'édition du 3  mars  1972 du Financial Times, les scientifiques du MIT " ne disent pas que le monde doit aller jusqu'au dérapage final catastrophique. Ils mettent en avant une série d'options pour nous aider à aller délibérément de la croissance vers l'équilibre avant que les forces naturelles ne s'en chargent de manière inévitablement bien plus désastreuse. Selon l'ordinateur, il est encore temps ".

Les critiques fusent

Rien n'y fait. Aurelio Peccei est traité d'oiseau de mauvais augure. Des scientifiques remettent en cause les hypothèses retenues, soulignent l'absurdité à considérer l'humanité comme une entité globale, alors que les disparités Est-Ouest ou Nord-Sud sont si saillantes. A droite et à gauche, les critiques fusent. En juin  1972, Raymond Barre, vice-président de la Commission européenne, convaincu " que le diagnostic apocalyptique du MIT est au moins partiellement faux ", rejette les conclusions du rapport. " Il serait malvenu, argumente celui qui deviendra, en  1976, le premier ministre de Valéry Giscard d'Estaing, de vouloir substituer des priorités nouvelles comme la préservation des ressources naturelles aux priorités anciennes – le plein-emploi et l'accroissement des revenus – et de plaider pour une diminution de la croissance en Europe. " Dans L'Humanité, Georges Marchais, secrétaire général du Parti communiste français, estime que le rapport et son idée d'une nouvelle civilisation sont une " atteinte intolérable " à l'amélioration du sort des travailleurs.

" Cela peut sembler incroyable aujourd'hui, mais, au début des années 1970, très peu de gens pensaient que nos modes de vie allaient conduire au réchauffement climatique, à la raréfaction des terres arables ou à la pénurie d'eau… ", témoigne Jorgen Randers, 70  ans, professeur à l'Institut norvégien sur le climat et l'un des auteurs de l'étude du MIT. Gianfranco Bologna, 62  ans, directeur scientifique de WWF Italie, diplômé en ornithologie, était un proche d'Aurelio Peccei, un amoureux de la nature, membre de la Ligue pour la protection des oiseaux. " Beaucoup de personnes parlaient du rapport sans l'avoir lu, critiquant les notions de croissance zéro et de décroissance alors qu'elles n'y figuraient pas ! ", s'énerve-t-il aujourd'hui.

Des erreurs ? " Bien sûr il y en avait dans le modèle du MIT, mais est-ce si grave ? ", s'interroge Jean-Luc Gaffard, professeur à Skema Business School, sixième école mondiale pour son programme en finance, selon le classement 2015 du Financial Times" Le rapport soulevait une question déjà évoquée par Ricardo et Malthus – la limite finie de nos ressources –, mais derrière se posait la question de la définition du bien-être : est-ce bon d'avoir deux ou trois voitures ? De manger tous les jours de la viande ? "

Professeur émérite de sciences économiques à l'université Lyon-II, Pierre Dockès est un spécialiste des grandes peurs. Au XVIIIe  siècle, rappelle l'historien, les populations pensaient que le bois allait disparaître. Plus tard, elles se sont inquiétées du manque de charbon, puis du pétrole… " Tout cela a été démenti. Mais nous n'avons aucune preuve aujourd'hui que ce que prédit le Club de Rome le sera aussi. Quels miracles le progrès technologique pourra-t-il réaliser face au non-renouvellement des ressources ? Sans oublier la dimension climatique qui aggrave le tableau… "

Tous ceux qui ont connu de près Aurelio Peccei ne supportent guère le malentendu né du rapport de 1972 qui fit du fondateur du Club de Rome un prophète du malheur. Ce 1er  juillet  2015, rendez-vous est pris avec Anna Maria Pignocchi à l'Accademia dei Lincei, afin de raviver les souvenirs. Comme Aurelio Peccei, dont elle fut la fidèle secrétaire pendant plus de vingt ans, la vieille dame italienne, fille de diplomate, est polyglotte. Bientôt 80  ans, mais la jeunesse d'esprit d'une adolescente. " Aurelio Peccei, un pessimiste ? Un défaitiste ? Mais c'était l'inverse, il aimait la vie et les gens. Il avait foi en l'homme et en sa capacité de faire bouger les choses si cela était nécessaire ", raconte-t-elle, la voix émue et toujours admirative.

Le témoignage de Roberto Peccei, 73  ans, le fils cadet de la famille, astrophysicien à l'université de Californie à Los Angeles (UCLA), ne dit rien d'autre : " Mon père était un homme libre, un grand voyageur qui n'avait qu'une idée en tête : mettre son expérience au service des autres. Il pensait qu'il existait des solutions à tout, y compris aux défis mondiaux. "

" Gentleman de la Renaissance "

Aujourd'hui, le Club de Rome, orphelin de son fondateur, agite moins les idées. Certes, il compte plus de femmes (14 sur 56  membres à part entière) qu'à ses débuts. La première, Elisabeth Mann-Borgese, n'y fait son entrée qu'en  1973. La benjamine de l'écrivain Thomas Mann était une spécialiste des océans. Elle fut rejointe deux ans plus tard par Eleonora Barbieri Masini, grand nom de la sociologie en Italie, qui se souvient aujourd'hui, à 86  ans, de ce " gentleman de la Renaissance qu'était Aurelio Peccei ".

Mais même si l'association helvétique publie toujours des rapports, elle ne crée plus l'événement. L'industriel italien et l'équipe du MIT avaient en effet réussi le prodige, comme le rappelle Jorgen Randers, " de modéliser le monde sur ordinateur ". Cette première mondiale fut un déclic. Il n'existait alors aucune base de données, hormis les photos aériennes des forces armées, susceptibles de rendre compte de l'état réel de la Terre. En juillet  1972, la NASA lançait le premier satellite d'observation et de monitoring de la Terre. Aurelio Peccei s'en était réjoui.

Marie-Béatrice Baudet