[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Comment la Chine pourrait déclencher la troisième guerre mondiale

    Chine international

    Brève publiée le 1 août 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2015/07/31/31002-20150731ARTFIG00359-comment-la-chine-pourrait-declencher-la-troisieme-guerre-mondiale.php

    FIGAROVOX/ENTRETIEN - Dans un ouvrage de prospective des experts américains prédisent une troisième guerre mondiale contre la chine. Un scénario jugé crédible par Antoine Brunet qui explique les causes et les conséquences d'un tel conflit.

    Antoine Brunet est économiste et président d'AB Marchés. Il est l'auteur de La visée hégémonique de la Chine (avec Jean-Paul Guichard, L'Harmattan, 2011).


    LE FIGARO. - Pour des experts américains, la prochaine guerre mondiale sera contre la Chine. Quelles pourraient être les causes et les conséquences d'un tel conflit?

    Antoine BRUNET. - La première cause, c'est qu'à nouveau, comme dans les années 60 et 70, on se retrouve dans une configuration géopolitique globale où, tous critères pris en compte, deux superpuissances font globalement jeu égal. La superpuissance montante, la Chine, ne supporte plus d'être encore dominée par la superpuissance déclinante, les Etats-Unis et les Etats-Unis refusent de céder leur statut de puissance dominante à la Chine. De ce fait, on est dans un scénario de confrontation, latente mais permanente, entre la Chine et les Etats-Unis comme cela fut le cas entre les Etats-Unis et l'URSS dans les années 60 et 70. Et une confrontation multidimensionnelle risque à tout moment de dégénérer en guerre ouverte.

    La deuxième cause, c'est que la rivalité entre deux superpuissances d'un poids géopolitique global équivalent coïncide avec un clivage majeur quant à la forme de gouvernance politique. Si après les Etats-Unis, la Chine a adopté il y a 40 ans le capitalisme en remplacement du collectivisme, la Chine s'attache à maintenir absolument un mode de gouvernance totalitaire tandis que les Etats-Unis maintiennent un mode de gouvernace démocratique. De ce fait il est pratiquement exclu que les deux superpuissances puissent s'entendre sur un condominium conjoint sur la planète. La Chine veut triompher et obtenir l'hégémonie sur la planète pour être assurée que son mode de gouvernance totalitaire ne sera plus inquiété par les forces démocratiques qui existent en Chine et hors de Chine. Des copies d'un tel scénario circulerait au Pentagone.

    Pékin anticipe maintenant d'infliger très prochainement une défaite monétaire majeure aux Etats-Unis en retirant au dollar son privilège de monnaie du monde pour l'attribuer très vite ensuite au yuan. Cela ferait basculer irrémédiablement et irréversiblement le rapport de forces en faveur de Pékin.

    Cela peut-il se se produire dans un futur proche?

    La Chine a été longtemps très patiente. Depuis 1989 et Tiananmen, elle a construit, lentement mais sûrement, un rapport de forces pour parvenir en 2015 à un équilibre géopolitique global avec les Etats-Unis. Pékin anticipe maintenant d'infliger très prochainement une défaite monétaire majeure aux Etats-Unis en retirant au dollar son privilège de monnaie du monde pour l'attribuer très vite ensuite au yuan. Cela ferait basculer irrémédiablement et irréversiblement le rapport de forces en faveur de Pékin. Depuis que Pékin a ce scénario en tête, il se montre sûr de lui et il a jugé qu'il pouvait désormais se permettre de précipiter les confrontations territoriales, tant en Mer de Chine de l'est qu'en Mer de Chine du sud en même temps qu'il encourage Moscou à prolonger les confrontations territoriales en Ukraine et demain peut-être en Moldavie et dans les pays baltes. C'est en bonne part si les pays démocratiques se coalisent et se mobilisent pour faire échec à la stratégie monétaire de Pékin que Pékin renoncera à précipiter l'affrontement territorial qu'il a amorcé. De ce point de vue les réunions internationales qui sont programmées au sein du FMI en octobre 2015 constitueront une échéance décisive. Si les pays européens jouent alors le jeu de Pékin et de Moscou pour détrôner le dollar, on peut craindre le pire. Si au contraire, ils se portent en bouclier du dollar, Pékin en déduira qu'il est encore trop tôt pour engager l'affrontement territorial.

    La menace de l'islam radical n'est-elle pas plus réelle?

    Il est vrai que les pays démocratiques sont désormais menacés simultanément sur deux fronts, le totalitarisme islamiste et le totalitarisme sino-russe. Il est toujours difficile de se battre sur deux fronts en même temps mais il est inéluctable de répondre à ces deux défis. Cela suppose de renforcer les liens, qui s'étaient beaucoup trop relâchés, entre pays démocratiques au sein du G7. Cela suppose aussi que les Etats-Unis cessent d'imposer des diktats en toute matière aux pays qui sont leurs alliés naturels.