[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    HDP: Recours excessif à la force dans les villes kurdes de Turquie

    international Turquie

    Brève publiée le 8 octobre 2015

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Communiqué du HDP : Recours excessif à la force dans les villes kurdes de Turquie

    La représentation du HDP en Europe dénonce le recours excessif à la force dans les villes kurdes de Turquie

    Bruxelles, le 6 octobre 2015

    Le bureau de représentation du HDP (Parti démocratique des Peuples) en Europe tient à exprimer sa profonde inquiétude suite à l’aggravation constante de la situation dans le sud-est de la Turquie et appelle la communauté internationale à réagir d’extrême urgence face à ces stratégies électorales destructrices et meurtrières.

    Nous condamnions au courant du mois de septembre le climat de violence et de haine qui s’était très rapidement propagé à travers le pays depuis le mois de juin et avait mené à des centaines d’attaques contre nos sièges ainsi qu’à l’arrestation de milliers de membres de notre parti ainsi que le couvre-feu sanglant et meurtrier imposé de force dans la ville de Cizre durant plus d’une semaine et pendant lequel 21 civils ont été tués.

    Le climat de répression s’est lourdement aggravé depuis et des meurtres de civils sont observés de façon quasi quotidiennes. On dénombre depuis le massacre de Cizre pas moins d’une vingtaine d’assassinats de civils dont des adolescents et des enfants dans le Kurdistan du nord. Les tirs proviennent essentiellement de snipers et soldats qui tirent sur des civils qui sortent de chez eux la plupart du temps pour faire des courses car ils ne sont préparés à un quelconque état de siège.

    A Nusaybin, dans la province de Mardin, un couvre-feu sanglant et d’une extrême violence a été décrété depuis trois jours. Les forces militaires « spéciales » sont en train d’y préparer une offensive militaire à grande échelle et des centaines de véhicules blindés équipées d’artilleries lourdes sont sur place pour un siège offensif et prolongé de la ville. Chaque rue est actuellement bloquée et chaque civil est menacé de mort. Les civils, qui ne sont, comme ceux de Cizre, en aucun cas préparé à vivre reclus chez eux plusieurs jours d’affilés, sortent malgré tout chercher de quoi se nourrir et se font systématiquement tirer dessus. Les cadavres de civils assassinés sont en outre inaccessibles pendant de longues heures et les conditions de maintien des ces derniers se font de manière précaire alors que les civils affectés par les tirs ne sont pour leur part pas autorisés à être transportés dans les hôpitaux. Les habitants se trouvant dans un état de santé critique ou les femmes enceintes sont interdits d’accès aux soins. L’eau et l’électricité ont été coupés dans certains quartiers et le couvre feu s’annonce sans interruption.

    Au même moment à Beytussebap, dans la province de Sirnak, des dizaines de maisons ont été endommagées par des tirs de mortiers de l’armée qui ont fait au moins quatre morts civils et deux blessés graves. Un ambulancier qui tentait de venir prendre en charge les blessés a également été tué par les tirs des militaires.

    En outre, cette terreur d’État frappe également depuis hier le district Silvan à Diyarbakir. Des milliers de militaires ont pénétré la ville avec des chars sous prétexte de commencer, selon leur propre terme, une « opération de nettoyage » et ont imposé de force un couvre-feu sans limite. La population locale, non approvisionnée en suffisance pour faire face à un couvre-feu prolongé comme cela va certainement se produire, est à nouveau menacée par la faim et par la soif aussi longtemps que le siège durera.

    C’est pourquoi nous souhaitons, en tant que HDP Europe, avertir que nous risquons de nous retrouver à nouveau témoin d’une tragédie humaine si l’état de siège et le couvre-feu forcé dans ces villes kurdes ne sont pas levés dans les plus brefs délais.

    Nous appelons par ailleurs l’opinion publique européenne et internationale à rejeter unanimement ces crimes permanents de la part de l’État turc contre la population civile kurde.

    Nous déplorons en outre la rafle continue des membres et dirigeants de notre parti dans plusieurs grandes villes, notamment à Istanbul où une cinquantaine de personnes ont été placées en détention ces deux derniers jours.

    Enfin, une stratégie de déportation des urnes a été mise en place depuis deux semaines qui consiste dans une volonté de réduire potentiellement la marge de manoeuvre de l’électorat kurde lors des prochains scrutins, stratégie par ailleurs appliquée en violation avec les règles constitutionnelles.

    Ces décisions de transferts des urnes ont été rejetées hier par le Haut Conseil électoral du pays mais incarnent néanmoins une preuve supplémentaire de la volonté du gouvernement au pouvoir d’anéantir les chances du passage du seuil des 10% de notre parti.

    La plus grande vigilance est donc requise concernant la sécurité lors du déroulement des opérations électorales le jour du scrutin. C’est pourquoi nous encourageons une dernière fois une participation maximale d’observateurs étrangers. Ces stratégies dévastatrices actuelles de la part de l’AKP, qui sont menées dans l’unique but de récupérer les voix que le HDP lui a ôté lors des élections de juin dernier, constituent une violation massive des droits humains et s’annoncent extrêmement néfastes pour une paix future dans le pays.

    Eyyup Doru, Représentant du HDP en Europe