[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Résumés des 42è à 44è jours de grève des postiers de Neuilly

lutte-de-classe

Brève publiée le 13 décembre 2015

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Résumé du 42ème jour de grève des postiers de Neuilly (Mercredi 9 décembre 2015)

Les grévistes frappent là où on ne les attend pas

Les grévistes étaient aujourd’hui encore présents là où on ne les attendait pas : tandis que pour la deuxième journée consécutive une bande de cadres et d’huissiers, sur les dents, se massaient à l’entrée de Paris 15, convaincus que « ça y est, le 92 va débarquer ! », les grévistes de Neuilly se sont rendus… à Saint-Germain-en-Laye ! Ils ont pu y intervenir une nouvelle fois en faveur de la convergence des luttes à La Poste, dans un centre qui vient d’être restructuré en octobre dernier. L’accueil des facteurs y a été particulièrement chaleureux, ils ont prévu de se mettre en grève vendredi sur la question du paiement des plis électoraux. Des policiers ont même fait irruption dans le centre pendant la prise de parole, mais l’hostilité des collègues de Saint-Germain les a tenus en respect. Quand leurs collègues des Renseignement Généraux flanqués d’un inévitable huissier (comme toujours à minimum 600 euros HT l’heure…) ont fini par arriver sur le site pour leur prêter main forte… les grévistes de Neuilly n’étaient plus là !

Pendant ce temps une prise de parole a eu lieu Bourg-La-Reine pour appeler à la grève du 17 décembre, dans un centre où suite à la récente restructuration, une grande partie des collègues rentrent après leur heure de fin de service, et sont régulièrement menacés de poursuites disciplinaires s’ils rapportent du courrier en fin de vacation.

Une réunion du personnel s’est tenue à Malakoff : elle a permis de discuter avec les agents de la mise en place de l’expertise votée récemment et de la mobilisation pour la grève départementale du 17 décembre.

Les grévistes et SUD 92 continuent de sillonner le département et au-delà pour donner corps au scénario d’une mobilisation simultanée d’un maximum de bureaux.

Aidez les grévistes  à tenir, faites un don à la caisse de grève :

- en ligne : https://www.yoongo.com/fr-c-caisse-de-greve-des-postiers-du-92

- par chèque : envoyez vos chèques à l’ordre de SUD Poste 92 au 51 rue Jean Bonal 92250 La Garenne-Colombes, mention solidarité grévistes au dos

Résumé du 43ème jour de grève des postiers de Neuilly (jeudi 10 décembre 2015)

Scandale : la direction vote le licenciement d’un gréviste !

C’est à Colombes que les grévistes se sont retrouvés ce matin pour effectuer une prise de parole. Cela a été l’occasion de populariser la journée de grève du 17 décembre dans un bureau doublement concerné : à Colombes comme ailleurs, se pose le problème du comblement du sous-effectif par des heures supplémentaires obligatoires et sous-payées, et il s’agit également d’un bureau qui va être visé par une restructuration.

Qui vole qui ?

Les « restitutions » de tournées viennent d’être effectuées à Colombes : la direction explique ainsi à chaque facteur et factrice en combien de temps elle ou il  est censé effectuer sa tournée, autrement dit combien il ou elle « doit » de temps au patron. A écouter La Poste, ce sont les facteurs qui « volent » du temps de travail, alors que c’est bien elle qui supprime des dizaines de milliers d’emplois alors qu’elle fait des millions de bénéfices, en ayant empoché 700 millions d’euros en deux ans du Crédit Impôt Compétitivité Emploi !

Une réunion du personnel a eu lieu à Levallois en deuxième partie de matinée, qui a permis de mesurer la prise de confiance des collègues suite à la grève largement majoritaire de la semaine dernière. Les facteurs de la ville ne laisseront pas passer les suppressions d’emplois ou une délocalisation ayant pour seul objectif une plus-value immobilière pour La Poste et la BNP dans la ville des sinistrement célèbres Balkany.

L’AG quotidienne des grévistes s’est ensuite tenue, avec une discussion où chaque gréviste a pris la parole sur les moyens à mettre en œuvre pour faire plier la boîte. Pour résumer l’échange : persister sur la voie de l’extension de la grève, alimenter la caisse de grève, se préparer à tenir sur la période des Fêtes.

Non au licenciement de Jérémy !

C’est en fin de matinée que les grévistes ont appris que la commission disciplinaire qui devait statuer sur le sort de Jérémy, gréviste de Neuilly, avait voté en faveur de son licenciement. Un membre de l’encadrement s’était permis de l’insulter gratuitement… et c’est Jérémy qui se retrouve licencié, en pleine grève ! La direction locale de Neuilly n’a pas hésité à prétendre par écrit dans le dossier disciplinaire de Jérémy qu’une collègue avait subi des pressions pour ne pas témoigner contre Jérémy… ce que la collègue a démenti par écrit.  Les agents ont rencontré le directeur de Neuilly, et lui ont clairement fait comprendre qu’il n’était pas question de laisser faire de tels comportements, un CHSCT extraordinaire va se réunir spécialement sur cette question. Et surtout : pas question de laisser passer le licenciement de Jérémy !

Résumé du 44ème jour de grève des postiers de Neuilly (vendredi 11 décembre 2015)

Au revoir M. Saint-Guilhem… bonjour facteurs du 78 !

Suite au vote du licenciement de Jérémy, les grévistes sont venus intervenir en masse à Neuilly dès la prise de service. Les témoignages mensongers de deux cadres ont été dénoncés, dont celui du directeur adjoint. Les grévistes ont refusé de lui serrer la main. Ces gens-là ne manquent pas d’air : la veille ils mentent pour pouvoir priver un facteur de son emploi, et le lendemain il vous dit bonjour comme si de rien n’était !

La révolte a grondé dans le bureau, et plusieurs collègues ont rejoint la grève ce vendredi, dont certains n’avaient jusqu’ici pas fait grève !

Interventions au Nord et au Sud du 92

Une prise de parole a eu lieu à Châtenay, où les facteurs ont attendent au tournant leur direction locale. Si les heures supplémentaires dues et les embauches promises ne sont pas effectives début janvier, les collègues sont en mesure de se mobiliser aux côtés des autres bureaux comme ils l’ont montré le mois dernier.

Le directeur de la Plate-Forme Colis de Gennevilliers a quant à lui daigné recevoir des représentants de SUD suite à l’intervention des grévistes et militants SUD en début de semaine. Alors que la direction a affiché fièrement des félicitations aux agents pour le nombre record de colis traités par la PFC (223 000 en une journée), le directeur ne veut pas entendre parler de prime ou d’embauche des intérimaires. Il a indiqué être prêt à ouvrir une discussion sur les régimes de travail… Il faudra inévitablement une mobilisation des agents du centre pour obtenir de réelles avancées. La direction ne doit pas se faire d’illusions, la mobilisation finira par être à l’ordre du jour à la PFC, et peut-être plus vite qu’elle ne le croit.

78-92 : Westside Connection

Immédiatement après la prise de parole à Neuilly, les grévistes se sont rendus à Saint-Germain-en-Laye, où les facteurs de la ville ainsi que leurs collègues de Chanteloup-les-Vignes s’étaient regroupés pour se battre contre les suppressions d’emplois et sur le paiement des plis électoraux, avec le soutien de la CGT et de FO. Ils ont manifesté ensemble devant le centre, obligeant un policier armé d’un fusil d’assaut qui faisait mine de les escorter à déguerpir… on voit à quoi sert l’état d’urgence !

La grève était très majoritaire, et les collègues du 78 ont à nouveau réservé un accueil particulièrement chaleureux aux grévistes de Neuilly.

Au revoir président

Nous avons appris en cours de journée que le directeur départemental était « appelé vers d’autres fonctions ». Le départ de M. Saint-Guilhem est le symbole de l’échec d’une politique, celle qui consiste à chercher à faire passer les suppressions d’emplois à tout prix, avec la plus grande brutalité et en refusant de négocier… en se heurtant à la combativité des postiers du département. Résultat : la DSCC 92 n’arrive pas à faire passer ses réorgs, des tournées sont même recrées à Rueil, Gennevilliers ou Nanterre. M. Saint-Guilhem ferait mieux de régler le conflit de Neuilly autour d’un compromis acceptable, ou il laissera à son successeur une situation totalement sinistrée.

Aidez les grévistes  à tenir, faites un don à la caisse de grève :

- en ligne : https://www.yoongo.com/fr-c-caisse-de-greve-des-postiers-du-92

- par chèque : envoyez vos chèques à l’ordre de SUD Poste 92 au 51 rue Jean Bonal 92250 La Garenne-Colombes, mention solidarité grévistes au dos