[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Venezuela : Maduro décrète l’urgence économique

    international Venezuela

    Brève publiée le 16 janvier 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (Figaro) Peu après avoir décrété «l'état d'urgence économique» pour 60 jours, le président du Venezuela Nicolas Maduro s'est exprimé pour la première fois devant un parlement hostile dominé par les antichavistes, admettant la situation «catastrophique» dans laquelle se trouve le pays.

    Quelques heures avant son intervention, la Banque centrale du Venezuela, qui n'avait pas donné de chiffres depuis décembre 2014, a annoncé que l'inflation entre janvier et septembre 2015 avait été de 108,7%, une des plus élevées au monde, et que le PIB avait diminué de 4,5% sur la même période. 

    Comme en janvier de chaque année, conformément à la Constitution, le chef de l'Etat s'est adressé à l'Assemblée nationale pour rendre compte de sa politique. 

    Mais pour la première fois depuis 1999 et l'arrivée au pouvoir d'Hugo Chavez -mort en 2013-, Nicolas Maduro faisait face à un parlement hostile où les antichavistes se sont donné six mois pour le pousser vers la sortie. 

    A cette occasion, dans une ambiance relativement cordiale, le président, qui accuse la droite d'une «guerre économique», soutenue par les Etats-Unis, pour le faire chuter, a reconnu que le pays se trouvait «au milieu de la tempête économique» où «s'affrontent deux modèles».

    «En d'autres temps, ces chiffres catastrophiques, avec des politiques régressives néolibérales et capitalistes, auraient maintenus notre peuple au chômage», a-t-il ajouté, estimant que le modèle socialiste avait permis de freiner l'impact de la crise mondiale.