[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Sur les évolutions dans le district de Sur assiégé par les forces turques

    international Turquie

    Brève publiée le 9 mars 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Communiqué du HDP concernant les dernières évolutions dans le district de Sur assiégé par les forces armées turques

    Décrétés à 58 reprises, dans 21 districts, à travers 7 provinces kurdes, les couvre-feux imposés par l'Etat turc ont duré 454 jours au total. Le couvre-feu sur le district de Sur, dans le centre de Diyarbakir a été décrété par le gouverneur de la province le 2 décembre 2015. Voilà 95 jours que le district est assiégé par les forces armées turques sans discontinuité. 31 citoyens y ont perdu la vie depuis juillet 2015, dont 26 durant le couvre-feu.

    Après des rencontres longues et ardues avec le gouverneur de Diyarbakir, 50 civils ont été évacués du district de Sur.

    Le 20 février 2016, 6 civils ont été évacués, dont Fatma Ateş qui était grièvement blessée. Fatma Ateş est morte dans l'ambulance qui la transportait à l'hôpital, du fait de l'intervention médicale tardive. Son mari, Hüsamettin Ateş, qui l'avait portée jusqu'à l'ambulance, ses filles, Fatma et Sinem Ateş, Fahri Ateş et Mazlum Dolan, journaliste, ont été immédiatement arrêtés, placés en garde à vue pendant 4 jours, avant d'être envoyés en prison.

    Le 2 mars 2016, 11 personnes ont été évacuées. Elles ont toutes été incarcérées, à l'exception de Ridvan Tuncer qui, grièvement blessé, a été tranféré dans un hôpital. Les noms des personnes évacuées sont les suivants : Mehmet Salih Pasin, Seda Arslan, Elif Su Arslan (bébé de 4 mois), Mehmet Çoreşoğlu, Seniha Sürer, İhsan Karatay, Mesut Aygül, Fatma Kaya, Mehmet Şah Pervane et İhsan Biter.

    Le 3 mars 2016, 33 citoyens, dont 5 femmes, 11 enfants et 17 hommes ont été évacués. Durant l’évacuation, les forces de sécurité turques ont tiré sur le groupe, tuant une personne du nom de Yunus Suslu. Tandis que 4 des personnes évacuées ont été hospitalisées, 22 autres ont été incarcérées. 7 enfants dont les parents étaient détenus ont été envoyés dans un foyer. Les noms des personnes évacuées sont les suivants : Bahattin Erkaplan et son épouse Hülya Erkaplan (enceinte), M. Can Arslan, son épouse Aynur Arslan (35 ans) et leurs enfants Gülistan (10 ans), Rojda (7 ans), Muaz (6 ans) et Özgür (4 ans), la coprésidente du DBP dans le district de Bağlar Reyhan Kavak, Remziye Tosun et ses filles Şevin (9 ans) et Beritan (2 ans), Cengiz Abiş, son épouse Emine est leur fils Talat (7 ans), Mervan Çoban, Muhammet bozkurt, Ramazan Avcı, Mehmet Karacadağ, Ramazan Hanas, Sergen Kaydaş, Ömer Sungur, Abdulvahap Altun, Ferhat Bilgiç, Furkan Dağ, Şeyhmus Akça, Mehmet Nezir Yıldız, Ömer Kabaiş et Yakup Bozkır.

    D’après les informations que nous avons reçues, les corps de 12 personnes tuées dans le district n’ont toujours pas pu être récupérés. Voici les noms des celles que nous avons réussi à identifier : Rozerin Çukur, Cihat Morgül, Erdal Tekin, Gündüz Akmeşe, Hakan Arslan, Ramazan Öğüt, Turgay Girçek, Velat Bilen, Mahmut Oruç et Erdal Tekin.

    Aujourd’hui, nous avons appris, au cours d’une courte communication téléphonique avec des civils à Sur, que les forces armées avaient bombardé une maison dans laquelle se trouvait une famille de 3 personnes (Ramazan Öztürk, Aynur Öztürk, Orhan Tatlı). La maison avait été détruite et, depuis, plus aucun contact n’avait pu être établi avec les occupants. Le Gouverneur de Diyarbakir et toutes les autorités concernées ont été informés des récents événements. Il n’y a cependant eu aucune amélioration dans la situation.

    A ce jour, nous n’avons pas d’informations sur le nombre de civils encore vivants dans les quartiers placés sous couvre-feu.

    Sibel YiğitalpDéputée de Diyarbakir

    6 mars 2016