[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Plusieurs milliers en action à Amiens samedi dernier

    Khomri

    Brève publiée le 16 mars 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.fakirpresse.info/betteraves-rouges-ce-n-est-qu-un-debut

    Samedi à Amiens, c’était le réveil des betteraves. Il faisait beau, on était nombreux. Y a du positif et d’autres trucs qui restent à travailler. Ce n’est qu’un début !

    Sous un soleil picard, c’est-à-dire éclatant, les betteraves en colère ont défilé samedi dans les rues d’Amiens. Mille d’après la police, au moins trois mille d’après nous. Elles étaient venues de tout le Nord, Calais, Dunkerque, Paris aussi, mais surtout de Ham, de Gézaincourt, de Pint-de-Metz, d’Abbeville, du Crotoy...

    Dans les trucs positifs, on a essayé - et plutôt réussi - à mettre de la joie dans la manif : avec la compagnie Jolie Môme, l’Arrach’fanfare qui mercipatronne formidablement, notre mascotte Ça suffix !, Julie et son « hakka de la betterave » (parce que, comme les joueurs néozélandais avant le match, on doit apprendre à leur faire peur). C’est un machin à garder, pour les cortèges de ce printemps : on n’est pas là pour s’emmerder !

    Dans les trucs à travailler, et on le savait, et on ne se leurre pas : notre implantation sociale est superficielle, pas en profondeur. Ce « réveil » ne touche, pour l’instant, que le premier cercle, déjà militant. Et il va falloir pas mal bosser pour reprendre racines dans les campagnes et dans les quartiers, pour combattre ce sentiment d’impuissance, de résignation qui s’est insinué dans les âmes comme un poison. On va s’y atteler, avec entêtement.

    Prochain rendez-vous : la nuit rouge sur Paris, le jeudi 31 mars.

    Sans vous, on ne peut rien. Avec vous, on peut beaucoup.
    Et c’est pour ça qu’à la fin, c’est nous qu’on va gagner !