[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Quand l’UNEF tente de saboter la coordination francilienne des AG étudiantes

    Khomri

    Brève publiée le 18 mars 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://paris-luttes.info/quand-l-unef-tente-de-saboter-la-5085

    Une coordination francilienne des facs en lutte était organisée ce jeudi 17 mars après la manif. Voyant qu’elle ne pouvait pas en prendre le contrôle, l’UNEF a finalement tenté de la saboter...

    Suite à la fermeture des différentes universités sur ordre du rectorat, la coordination francilienne des facs en lutte contre la loi travail a réquisitionné le réfectoire de l’ENS. Rassemblant les mandaté-e-s d’une vingtaine d’établissements, cette coordination avait notamment pour mission de décider des modalités d’organisation des prochaines journées de mobilisation.
    Un premier vote concernait la question de la tête de cortège - la majorité des mandaté-e-s s s’exprimant en faveur d’un cortège inter-facs autonome de toute organisation syndicale ou politique. Un second vote a affirmé la souveraineté de la coordination des assemblées générales étudiantes quant à l’organisation des prochaines mobilisations.
    C’est à ce moment que les mandaté-e-s membres de l’UNEF, après avoir tout tenté pour faire échouer les votes, ont décidé de quitter ensemble la coordination, révélant du même coup qu’ils/elles étaient présent-e-s pour défendre les positions de leur direction et non celles des AG. Quelques secondes après ce départ fracassant, les mandaté-e-s restant-e-s ont eu la surprise d’entendre retentir l’alarme incendie. La direction de l’Ecole n’a pas tardé à nous informer que les personnes venant de quitter la salle l’avaient déclenchée, dans l’espoir que la coordination soit évacuée. Par ailleurs, les délégué-e-s de l’UNEF ont explicitement demandé aux personnel-le-s de la loge de mettre fin à la réunion qui continuait de se tenir, sous prétexte qu’elle contenait des « personnes dangereuses ». 
    Malgré ces tentatives de déstabilisation, la coordination s’est poursuivie. Un communiqué abordant notamment la question de la répression et des violences policières, ainsi que les suites à donner au mouvement, sera diffusé prochainement.

    Quelques étudiant-e-s présent-e-s à la coordination régionale