[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Les collabos de l’Unef sont "satisfaits"

    Khomri

    Brève publiée le 11 avril 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    (Le Monde) Aide à la recherche d’emploi, bourses, couverture santé, logement… Le premier ministre, Manuel Valls, a présenté aux organisations de lycéens et étudiants, réunies à l’hôtel Matignon, lundi 11 avril en fin de matinée, une série de mesures pour lutter contre la précarité des jeunes à l’entrée sur le marché du travail.

    William Martinet, le président de l’UNEF a salué ces mesures, se disant « satisfait », tout en indiquant que le syndicat étudiant reste mobilisé contre le projet de loi de réforme du droit du travail. « Nous avons franchi un cap important, nous avons réussi a obtenir satisfaction sur des revendications », a-t-il dit après le rendez-vous à Matignon. « Nous restons solidaires de la mobilisation » contre le projet de loi, notamment celle du 28 avril, a-t-il ajouté.

    Le gouvernement va amender le projet de loi travail pour rendre obligatoire la surtaxation des CDD, lesquels concernent 87 % des premières embauches, afin de favoriser les embauches en CDI. Cela passera par la modulation des contributions patronales à l’assurance chômage, dont les partenaires sociaux sont invités à définir les conditions.

    C’était attendu : à côté de la « garantie jeunes » pour les 16-25 ans peu ou pas diplômés, une « aide à la recherche du premier emploi » sera créée à la rentrée 2016 pour les diplômés d’origine modeste, du CAP au diplôme d’ingénieur, qui entrent sur le marché du travail en situation d’inactivité. Ainsi, les boursiers continueront à toucher leur bourse pendant quatre mois après leur diplôme. Cela représente une dépense potentielle de 130 millions d’euros par an.

    Augmentation des apprentis

    D’autres mesures sont destinées à améliorer les conditions de vie des jeunes. Une garantie locative universelle sera mise en place. L’Etat et Action logement se porteront garants de tous les moins de 30 ans souhaitant louer un logement. Cela pourrait concerner 300 000 d’entre eux, etcoûter une centaine de millions d’euros. Par ailleurs, 25 000 étudiants ne perçoivent aucune aide financière, mais sont dispensés de payer les droits d’inscription à l’université. Ils percevront dorénavant 1 000 euros par an. La mesure, destinée à aider les classes moyennes, représente 25 millions d’euros. En outre, les bourses versées sur critères sociaux aux lycéens seront revalorisées de 10 %. Coût : 28 millions d’euros.

    Les jeunes en rupture avec leur famille pourront dorénavant bénéficier d’une couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C). La mesure, qui devrait concerner 30 000 à 50 000 jeunes, représente une dépense de 15 à 20 millions d’euros.

    La rémunération des apprentis les plus jeunes, moins bien payés, sera revalorisée. Une enveloppe de 80 millions d’euros dans le budget de 2017 permettra une augmentation de 300 à 400 euros par an pour les apprentis de moins de 20 ans. Enfin, un plan de création de deux mille places en sections de techniciens supérieurs (qui délivrent le BTS) par an pendant cinq ans sera lancé à la rentrée 2016, pour un coût de 120 millions d’euros sur cinq ans.