[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Les forces de l’ordre dénoncent l’«affiche de la honte» de la CGT

syndicalisme

Brève publiée le 19 avril 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

Voici l'affiche  à l'origine de la polémique.

http://www.20minutes.fr/societe/1829255-20160418-violences-policieres-affiche-cgt-provoque-colere-forces-ordre

Voici l'affiche  à l'origine de la polémique.

Voici l'affiche à l'origine de la polémique. - CRS INfo'com

C’est l’affiche de la discorde. Le syndicat Info’com de la CGT (salariés de l’information et de la communication), a publié le 16 avril sur son site Internet une affiche téléchargeable qui n’a pas plu à tout le monde. Elle montre en effet une matraque et un insigne de CRS, près d’une flaque de sang, titrée : « La police doit protéger les citoyens et non les frapper ». Pour le syndicat, « on ne compte pas les excès de la police qui veut mater les jeunes, qu’ils soient étudiants ou lycéens », faisant allusion aux récents heurts entre manifestants et forces de l’ordre.

Les intéressés n’ont pas tardé à réagir. Pour le SCSI-CFDT (majoritaire chez les officiers de police), c’est une « affiche de la honte ». « C’est faire injure aux milliers de policiers et gendarmes blessés ou tués dans l’exercice de leur fonction », a-t-il écrit, ajoutant se réserver le « droit de porter plainte ». De son côté, Synergie (second syndicat) a évoqué un « appel abject à la haine » et à la « violence » contre les forces de l’ordre. Il a demandé au ministère de l’Intérieur de « déposer plainte contre cette campagne calomnieuse ».

Une campagne « choquante »

S’il n’est pas allé jusque-là, Bernard Cazeneuve a pris fait et cause pour ses fonctionnaires. Ce visuel met « gravement en cause la police nationale », a jugé lundi soir le ministre de l’Intérieur dans une lettre ouverte au secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, dénonçant la « violence » d’une campagne « choquante ».

Le ministre, qui rappelle que plus de 18.000 policiers et gendarmes ont été blessés en 2015 et que 8 ont perdu la vie, assure que les forces de l’ordre sont « soumises à un contrôle étroit et exigeant » et il appelle à « protéger, plutôt que de chercher à détruire » le « lien de confiance entre la population » et les forces de sécurité.