[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    La loi El Khomri manque de 40 voix de députés pour être votée

    Khomri

    Brève publiée le 2 mai 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://lelab.europe1.fr/la-loi-el-khomri-manque-de-40-voix-de-deputes-pour-etre-votee-2734174

    Après avoir fait chauffer les calculettes pour finalement décider d'opter pour l'utilisation de l'article 49-3 de la Constitution au moment du vote sur la loi Macron, le gouvernement s'apprête, une nouvelle fois, à faire les comptes de ses soutiens parlementaires, et ceux-ci ne sont pas bons.

    La loi Travail arrive, mardi 3 mai, à l'Assemblée nationale et pour son rapporteur, le député PS Christophe Sirugue, le projet de loi ne dispose pas assez de voix d'élus pour être adopté. C'est ce qu'il explique, ce lundi dans les colonnes du Parisien.

    Le député PS Saône-et-Loire annonce :

    Il manque près de 40 voix pour obtenir une majorité et voter la loi.
     

    Mais qui sont ces 40 et quelques élus qui rechignent à voter une loi présentée par le gouvernement. Christophe Sirugue a sa petite idée et parle, évidemment, des députés "frondeurs", ces "opposants historiques à l'intérieur du groupe PS" comme il les présente. Mais les "frondeurs" ne sont pas seuls. Christophe Sirugue ajoute :
     

    Il y a ensuite ceux que j'appellerai les opposants de 'bonne foi', plusieurs dizaines. Ceux-là ont des interrogations sur plusieurs points du texte comme le périmètre des licenciements et les risques inhérent aux accords d'entreprises.

    "Des opposants de 'bonne foi'". L'expression est claire. Elle tend à laisser croire que les "frondeurs", eux, ne le sont pas, de "bonne foi".

    Ces élus pourront en tout cas changer d'avis. Dimanche, lors du Grand Rendez-VousEurope 1 / Le Monde / iTÉLÉ, la ministre du Travail Myriam El Khomri a expliqué que des "corrections" seraient "possibles" sur son texte de loi.