[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

CFDT: (s’)amuser ou lutter, il faut choisir !

syndicalisme

Brève publiée le 26 mai 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

https://larotative.info/cfdt-s-amuser-ou-lutter-il-faut-1562.html

Le « syndicalisme du XXIème siècle » réserve toujours des surprises comme le festival 3x8 organisé par l’Union Régionale Centre CFDT, déclinaison régionale du Working Time Festival organisé à Paris (Parc de Vincennes) le 1er mai 2015, festival qui avait remplacé le cortège dans la manif du 1er mai !

Tout part d’un banal flyer A5 recto verso aux tonalités noires et oranges un brin flashy déposé à la veille de la fête de l’Ascension [1] sur les pare-brises de certaines rues passantes de Tours, mentionnant en blanc et orange sur fond noir la 1ère édition du festival 3x8, les 25&26 juin à la pagode de Chanteloup (près d’Amboise), 4 groupes, entrée gratuite. En image de fond du recto de ce flyer : des mains levées et des spotlights aveuglants. Et en bas du flyer en petites majuscules blanches : stands, ateliers, forum, tremplin, concerts avec la traditionnelle (et obligatoire) mention « Ne pas jeter sur la voie publique ». Et puis un discret mais familier logo rond... et orange : CFDT...

La CFDT (s’)amuse, les salarié-es trinquent...

Inutile de rappeler toutes les compromissions et signatures défavorables aux salarié-es de cette confédération syndicale qui traine comme un boulet le célèbre slogan des intermittent-es du spectacle datant des années 2000 : « Le jour où le MEDEF rétablira l’esclavage, la CFDT négociera le poids [et la longueur] des chaines ».
D’ailleurs si des sections [2] voire des fédérations ou unions régionales ont pu émettre des réserves voire s’opposer timidement à la loi Travail, la CFDT au niveau national tout comme l’UNSA sont assez timides sur le sujet et ne font d’ailleurs pas partie de l’intersyndicale nationale aux revendications pourtant fort modérées...

La CFDT à la pêche aux futur-es (jeunes) adhérent-es : prolétaires de tous les pays, amusez vous ?!

Alors que le code du travail est taillé en morceaux en plus d’être de moins en moins appliqué et appliquable dans le privé, pourquoi la CFDT organise-t-elle - en recyclant et professionnalisant les méthodes de l’UNEF - un festival au nom abscons ? Pour recruter pardi, les jeunes ne sont en effet que 66.000 soit moins de 10% des adhérent-es au niveau national. D’ailleurs il suffit de tourner le flyer pour se rendre compte que les Cédétistes sont un brin curieux (au point qu’il faille donner le nom et prénom des accompagnant-es), au delà de la simple et bonne organisation de ce festival pour lequel l’inscription est obligatoire :

Les jeunes sont clairement visés puisqu’il est précisé qu’il faut avoir au moins 18 ans pour avoir accès au festival et d’ailleurs l’année de naissance est demandée dans le formulaire d’inscription même s’il n’y a pas de limite d’âge comme lors du festival parisien (limité au moins de 36 ans). Ce même formulaire précise qu’il y a un camping sur place : ce ne sont a priori pas les quinquas et sexagénaires qui sont les plus « friands » de camping, surtout quand leur pouvoir d’achat leur permet l’hôtel. Par ailleurs le logo du Working Time Festival parisien (2015) ne laisse aucun doute sur la cible visée :

Pour comprendre l’importance cruciale de cette « cible » aux yeux de la direction confédérale il suffit d’avoir en tête que le secrétaire confédéral Laurent Berger sera présent à Amboise, mais également de se rendre sur le site confédéral :

Cette modeste « manifestation » nationale [3] non reconduite en 2016 est placée au même niveau que le congrès confédéral 2014 [4] et même... les 50 ans de la CFDT !

CFDT 2.0 : le nouvel esprit du syndicalisme ?

En outre ce soucis méticuleux de se constituer une solide et efficace base de données se retrouve aussi dans un autre événement – bien mis en avant sur le site internet de l’Union Régionale Centre – organisé ces jours ci à l’occasion de la Foire de Tours (7-16 mai) : une tombola. Tombola gratuite à condition, là encore, de donner toutes les (nombreuses) informations requises par le formulaire... google !

Et concernant le gros lot : l’intégrale des ouvrages CFDT publiés à La Découverte ? 2 ans d’abonnement à Alternatives Économiques (et ses Dossiers) et à Santé & Travail ? Une sélection de livres chez un quelconque éditeur spécialisé en droit du travail ? Non, pas du tout : une tablette !
C’est aussi une tablette qu’ont gagné les premier-es visiteurs/trices de la première « boutique (!) de la CFDT » à Limoges. 30 ans après avoir liquidé ses Unions Locales, après avoir remanié régulièrement ses statuts pour faire disparaître le fédéralisme ouvrier, après avoir viré ou pousser au départ de centaines de syndicats et des dizaines de milliers de militant-es ... La bureaucratie Cédétiste réinvente l’Union Locale mais sous forme marchande ! Vendre des cartes et des guides juridiques, c’est toujours vendre.
Et d’ailleurs si vous hésitez encore à adhérer, la CFDT à réponse à tout :

Voilà pour le « syndicalisme de services » : à l’image de ce festival 3x8, un modèle marchand mais gratuit très en vogue dans l’industrie du service depuis 10-15 ans. Pour ce qui est des orientations et revendications syndicales, de l’organisation collective, oubliez ! D’ailleurs « désormais, quand il y a une grève en France, personne ne s’en aperçoit  » (Nicolas Sarkozy, 06 juillet 2008). Bref, (s’)amuser ou lutter, il faut choisir : la CFDT a choisi !

P.-S.

Tu as prévu d’aller au 3x8 festival ou tu y es allé ? Poste ton témoignage — forcément critique — en t’inscrivant sur le site (lis quand même la charte avant). De même si tu as testé « la boutique de la CFDT » ou si tu en as des photos ...


Notes

[1] La CFDT était invisible le 1er mai à Tours

[2] Jean-Louis Garcia, secrétaire de l’Union Locale de Montpellier a démissionné et a adhéré à la CGT !

[3] 2000 personnes sur les 5000 attendues soit moins de 3% des jeunes syndiqué-es CFDT

[4] le prochain congrès du 4 au 8 juin 2018 à Rennes n’étant même pas (encore) annoncé