[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Un flic en civil sort son flingue dans une manif !

Violences-Policières

Brève publiée le 27 mai 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.liberation.fr/france/2016/05/27/le-policier-a-adopte-une-attitude-provocatrice_1455720

Un policier en civil, jeudi à Paris, lors d’une mobilisation contre la loi travail, a sorti son arme à feu après avoir été repéré puis écarté du cortège par un groupe de manifestants.

Un policier en civil a été violemment pris à partie jeudi par des manifestants. En réaction, il a sorti son arme à feu. Un photographe, témoin de la scène, raconte à «Libération».

Les images sont spectaculaires. Pour ne pas dire intimidantes. Jeudi, alors qu’un énième cortège dénonçant la loi El Khomri arpente le boulevard Diderot (Paris XIIe), un policier en civil est vivement pris à partie par une quinzaine de manifestants. Des bouteilles de verre sont lancées dans sa direction, sous les cris de «Dégage ! Sale flic, on t’a reconnu !»

Selon Cyril Zannettacci, un photographe professionnel présent sur place, il se replie alors cour Saint-Eloi, se retourne, et fait désormais face à une petite dizaine de personnes. L’une d’elles, munie d’un projectile, s’approche, mais à une distance qui, selon Cyril Zannettacci, «ne sera jamais inférieure à 15 mètres». Ce dernier, qui progresse sur le trottoir attenant, assiste alors à une scène inattendue et… un tantinet anxiogène :«Le policier a sorti son arme à feu en adoptant une attitude provocatrice. Il s’est mis à reculer en sautillant sur plusieurs mètres. Lui dira bien entendu qu’il était en situation de légitime défense. Pour avoir vécu ce moment, je trouve son réflexe disproportionné. Je pense néanmoins qu’il n’avait pas l’intention de tirer puisque, sur mes photos, on voit clairement que son doigt n’est pas positionné sur la gâchette.»

Un policier en civil, jeudi à Paris, lors d’une mobilisation contre la loi travail, a sorti son arme à feu après avoir été repéré puis écarté du cortège par un groupe de manifestants.

Photos Cyril Zannettacci

Cartouche

Quelques heures après la fin de la manifestation, une rumeur selon laquelle un policier a sorti «son arme à deux reprises» parcourt les réseaux sociaux. Un journaliste de Mediapart Christophe Gueugneau, tweete même une photo du policier en question - le présentant, à tort, comme un fonctionnaire de la BAC -, mais à un moment où son arme à feu n’est pas visible. Cyril Zannettacci, lui, est formel : «Je n’ai vu le policier sortir son arme qu’une seule fois.»

A ce détail près, nous avons pu recouper les faits par différentes sources, d’où notre choix de publier quatre des six photos de la série et d’anonymiser le policier en question pour des raisons de sécurité. Au-delà de leur incandescence, il nous semble qu’elles soulèvent une foultitude de questions sur l’attitude que les policiers peuvent - ou ne peuvent pas - adopter dans le cadre des rassemblements. A fortiori, au vu de l’état de tension du moment. Au regard du droit et de la jurisprudence, l’intéressé était tout à fait fondé à porter et à dégainer son arme de service, même s’il ne portait pas de signes distinctifs. La règle engage même les fonctionnaires à chambrer une cartouche, de telle sorte que le pistolet soit en permanence prêt à l’emploi.

Posture

Contactée par Libération, la préfecture de police de Paris a rapidement confirmé que le fonctionnaire était bien rattaché à ses services. Quant à sa mission précise, elle ne veut pas en dire plus : «Il n’est pas possible de vous la révéler», se contente-t-on de dire à la préfecture. Tout juste nous est-il permis de savoir «que ce policier intervenait dans le cadre du cortège, en protection de certaines personnes». Interrogée ensuite sur la posture vindicative du policier, la préfecture rétorque, «qu’au contraire, il s’agit d’une attitude purement défensive, destinée à s’extraire d’un contexte où l’intégrité physique était sans nul doute menacée». Et d’ajouter : «A ce moment précis, les assaillants disposaient de barres de fer, de bâtons et de mortiers.»

S’il ne nie pas la soudaineté de la charge à l’encontre du policier, Cyril Zannettacci tempère tout de même les ardeurs des manifestants :«Personnellement, je n’ai pas vu de barres de fer, ni de mortiers. Il ne s’agissait pas de manifestants cagoulés et ultraviolents agissant en mode Black Block, mais de personnes à visage découvert. Sur mes photos, on distingue d’ailleurs que le collègue casqué du policier n’a pas l’air plus inquiet que ça. A la vue de l’arme à feu, les manifestants ont vite reculé et se sont calmés. Je crois que nous avons surtout eu très peur. Etait-il bien utile et justifié de mettre tout le monde en joue ?»

Willy Le Devin