[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Médics, traumas et acceptabilité du maintien de l’ordre

Violences-Policières

Brève publiée le 30 mai 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://debord-encore.blogspot.fr/2016/05/edics-traumas-et-acceptabilite-du.html

Médics, traumas et acceptabilité du maintien de l’ordre

Ce jeudi 26 mai les moments d’affrontements ont été brefs mais ont conduit rapidement à de nombreuses blessures. Mais ce qui m’est apparu davantage au cours de cette journée ce sont les aspects psychologiques et séquelles sur le moyen terme, dans un mouvement social qui se prolonge, avec des affrontements intenses et brutaux qui se produisent très régulièrement.

Au fil des jours, je croise de plus en plus de personnes qui me disent qu’elles ont des bronchites qui s’éternisent, des difficultés respiratoires au quotidien ou lors d’un effort physique, et j’entends même parler de personnes hospitalisées pour des infections pulmonaires. Indéniablement, le gaz lacrymogène fait des dégâts qui se renforcent avec des expositions répétées. Certaines personnes font des malaises et crises d’asthme dès les premiers nuages et avouent que ça ne leur arrivait pas avant.

On a beaucoup appelé au port du casque, mais avant tout j’ai le sentiment que ce qui devrait se généraliser c’est le port du masque à gaz à cartouches. Dans les moments de gazage intense le masque fait une énorme différence : pas de convulsions, reflux gastriques, brûlures de la gorge et du nez. Surtout que le gazage est fréquemment utilisé non pas seulement comme un moyen préventif mais aussi punitif, comme lorsqu’hier la tête du cortège se déroute de son parcours initial et est rapidement nassée dans une perpendiculaire au Bld Diderot. La nasse est alors abondamment noyées sous les lacrymos avec aucun moyen de fuite. À d’autres moments ce sont les bombes poivres qui servent à réprimer les nasses. La perversité des gaz réside dans un effet diffus, momentané mais dont les effets peuvent survenir en différé et parfois longtemps après. Face à cette crainte d’effets secondaires, d’intoxication invisible, un certain nombre de personnes développent une inquiétude des gaz et finissent par les éviter complètement, désertant du même coup les lieux de manifestation.

Mais ce qui me frappe le plus ce sont les aspects psychologiques (ce qu’on met en vrac dans "traumas") qui ressortent au gré des discussions qu’on peut avoir avec les unEs et les autres les lendemains de manifestations.
Il y a de nombreuses personnes qui se sont peu à peu greffées sur les avants de manifestations ou se sont retrouvées dans des affrontements sur la place de la République et font l’expérience d’une violence à laquelle elles n’étaient pas préparées. Dans les témoignages écrits que j’ai pu lire de soirées comme celles du 28 avril (la destruction et évacuation du château des étudiants des Beaux-Arts), les gens disent avoir des difficultés à dormir, faire des cauchemars après les événements, ressentir une fébrilité constante et impossible à calmer durant plusieurs jours. Un certain nombre de personnes ont cessé de venir aux manifestations parce qu’elles ressentent un profond malaise ou une panique irrépressible lorsque les explosions retentissent. Parmi celleux qui ont vu des proches et connaissances être blessés ou même des inconnuEs, s’est parfois installé une peur panique d’être blesséEs. Les blessures sont parfois spectaculaires sur le moment et génèrent chez certainE une vision apocalyptique des événements qui va les perturber, voire les traumatiser profondément pendant plusieurs jours, voire semaines.

On l’a notamment vu chez les secouristes où certainEs, dotées d’un brevet de secourisme, ont voulu rejoindre les équipes qui pratiquent des premiers soins en manifestation, et se sont retrouvéEs confrontéEs à un niveau de violence totalement inédit pour elleux, y compris pour certainEs travailleureuses des milieux médicaux, davantage touchéEs par la crudité des événements et la brutalité policière que par la nature des blessures. Un certain nombre, choquéEs par ce qu’ielles ont vécu, ont renoncé aux premiers secours, s’effondrent parfois nerveusement en fin de journée, déprimées et en larmes face à la violence de ce qu’ielles ont vécu et/ou ressenti.

Un autre traumatisme qui ressort et est très (trop) peu évoqué est celui des victimes et proches de victimes qui étaient présentEs lors des évènements qui ont conduit à une blessure. Le stress et le chaos qui entourent une personne blessée alors qu’autour continue la manifestation peuvent être très intenses : les cris "médics", les gens qui hurlent des ordres, contre-ordres tout autour ("écartez-vous", "dégagez"), les commentaires ("oh la la, c’est terrible", "il est inconscient ?", "ça a l’air grave") et les charges de police qui vont et refluent, les explosions qui se poursuivent, les autres cris et bruits de la manifestation, les nuages de gaz qui recouvrent parfois l’espace de soins improvisé. Tout ça contribue à créer une scène digne des conflits armés, surtout quand 3 ou 4 blesséEs s’alignent côte à côte dans un océan de compresses ensanglantées, de médics qui s’agitent avec des moyens souvent inadaptés ou insuffisants, des journalistes qui tentent de percer les périmètres constamment et se font hurler dessus. Parfois des secouristes qui se pensent plus légitimes que d’autres et qui surviennent au milieu de l’intervention des autres avec moult bons conseils et avis perturbateurs et contradictoires. Bref, des situations qui sont extrêmement perturbantes pour les personnes blessées qui en garderont un souvenir particulièrement brutal, quand bien même leur blessure physique serait superficielle. Ce souvenir refluera alors à chaque prochaine manifestation, avec un stress qui monte au moment où retentissent des cris et explosions, ont lieu des mouvements de foule. Face à ce sentiment de malaise, voire même d’angoisse ou panique, un certain nombre de personnes ont ainsi renoncé à retourner en manifestation.

Pour les personnes mutilées (nez, oreille, orteil, doigt arrachés, testicule explosé, oeil crevé, etc.) des traumas plus profonds ressortent très régulièrement : le sentiment de culpabilité, celle de s’être trop exposées, de causer des soucis à leurs proches, d’arborer une blessure honteuse, etc. CertainEs personnes ont ainsi choisi de s’isoler, de se cacher, de couper les contacts. D’autres vont se noyer dans le travail, fuir toutes les occasions d’évoquer la blessure ou ses circonstances, éviter les amiEs militantEs qui seraient au courant de la blessure. Sur le long terme, certaines personnes se retirent même de tout engagement politique et/ou associatif.

Les personnes proches quant à elles se sentent souvent coupables de ne pas avoir pu éviter la blessure, et versent dans un comportement de surprotection. Elles peuvent devenir oppressantes, vouloir tout le temps s’assurer que leur amiE est à l’abri dans une manifestation, vouloir rester à côté en la dissuadant de se rapprocher à nouveau de lieux d’affrontements.

Face à tout cet ensemble de stigmates, les traumas, il est important de s’organiser collectivement : créer des cercles de discussion, formels ou informels entre amiEs qui font partie du groupe où une ou plusieurs personnes ont été blesséEs et prendre le temps de débriefer la manifestation, prendre le poul du ressenti de chacunE. Sortir du virilisme de récit des exploits ou de l’endurance pour aborder le ressenti et l’émotion. S’avouer collectivement les vulnérabilités, les doutes, les malaises, les rancœurs, les peurs peut permettre de mieux appréhender collectivement les situations à venir, de se situer les unEs par rapport aux autres dans des moments de conflit, de se sentir davantage protégéE et en accord avec le groupe dans ses mouvements et ses choix collectifs.
Prendre le temps de revenir vers les personnes blessées ou proches, individuellement, en prenant un café, en allant les voir, en prenant des nouvelles de l’évolution de la blessure, est aussi un moment important de déconstruction de traumatismes.
Enfin, dans les cadres de manifestations, le calme après le choc est un espace extrêmement précieux pour celleux qui ont désespérément besoin de redescendre dans leur tension. Un salon, une tente chill out, un canapé, prendre une douche, une étreinte, un chocolat chaud, sont autant de petites choses qui sont salutaires pour les personnes choquéEs, pourvu que la coupure soit nette avec la situation stressante qui a précédé.
Dans la durée, ça peut être bien de former des binômes et groupes homogènes, affinitaires, dans les manifestations, des personnes en lesquelles on ait confiance, sur lesquelles on conçoit de s’appuyer dans une situation où on serait vulnérable. Se sonder régulièrement au cours des événements pour savoir qui se sent d’aller jusqu’où dans la proximité au conflit, qui souhaite repartir à quel moment, etc. S’écouter mais surtout s’entendre, ne pas forcer les autres dans des limites qui sont les nôtres et non les leurs.

Ces réflexions me sont venues en fin de journée quand j’ai eu le sentiment d’avoir davantage entendu parler des effondrements, des pleurs, des sentiments d’isolement ou de malaise que des blessures physiques, pourtant assez impressionnantes (trous de 2 cm de diamètre et de profondeur dans la chair, causées par les dés-encerclement utilisées allègrement à bout portant, directement au milieu de groupes qui n’étaient pas dans une situation d’affrontement avec les flics). Ce qui me renforce vraiment dans l’idée que les armes utilisées aujourd’hui en maintien de l’ordre sont des armes de terreur dont la principale vocation est de choquer, provoquer des blessures surtout impressionnantes et intimidantes. Mais que les effets psychologiques sont assimilables à ceux que produisent des armes de guerre : on voit de véritables symptômes post-traumatiques similaires aux conflits armés.

Ce qui me ramène à ma conviction que la non-létalité est juste un tampon d’atténuation qui est mis entre les manifestantEs et l’intentionnalité du flic. Au final, l’intention de celui qui utilise une arme sera toujours de causer des dommages, de mutiler et d’incapaciter l’adversaire. Et dans les menaces de mort ou de blessure, les comportements haineux d’un bon nombre de flics lors des interpellations, dans les commissariats, sur les contrôles et barrages, nous sommes nombreu-ses à percevoir un message on ne peut plus clair : si les armes dites non-létales devaient être remplacées par des armes "conventionnelles", l’intention policière resterait inchangée pourvu que la hiérarchie avalise officiellement le droit de tuer. La seule différence serait qu’à la place des blessés on ramasserait des morts.

Toute la théorie du "maintien de l’ordre" est entièrement bâtie sur la blessure maîtrisée, d’une mutilation acceptable. Et dès que le seuil de l’acceptabilité sociale est franchi, quand la personne touchée fait partie d’une organisation (syndicat, association, etc.), est journaliste ou lorsqu’elle est présentée avec des garanties de respectabilité sociale suffisante (père de famille, jeune travailleuse sans précédent judiciaire, étudiantE de bonne famille, etc.), les autorités s’auto-saisissent, comme pour bien montrer qu’il y a un discernement, que les blessures du maintien de l’ordre qui seraient autres que superficielles sont exceptionnelles et accidentelles et en tous cas prises en charge par les responsables.
Comme l’homme touché à la tempe par une grenade de désencerclement, sur le cours de Vincennes, en fin de journée, et qui restera le seul blessé côté manifestants dans le communiqué de la préfecture, et pour lequel l’IGPN (police des polices) s’est auto-saisie. Pourtant, nous avons envoyé de nombreuses autres personnes aux urgences en l’espace d’une seule heure ; le 1er mai j’avais ainsi compté l’arrivée d’une personne toutes les 5 mn aux urgences de St Antoine en l’espace d’une heure.

S’auto-saisir sur un cas pour mieux en dissimuler des dizaines d’autres, et les mettre en parallèle avec une dizaine de blessés parmi les flics sans préciser s’il s’agit d’un ongle incarné ou d’une plaie ouverte, ou même décrire les circonstances de la blessure (comme les CRS qui chutent en trébuchant sur des obstacles), c’est un formidable écran de fumée (lacrymogène) qui entretient l’image d’une non-létalité maîtrisée et maîtrisable. La vérité c’est que l’homme touché à la tempe l’a été par un flic de la CSI dans un lancer latéral, en marchant calmement vers ses collègues,et que la grenade a été envoyée non pas sur une centaine de personnes prenant à parti 5 pauvres gendarmes isolés, comme ça a pu être décrit dans le communiqué de la préfecture, mais suite à une interpellation de lycéens par une dizaine de gendarmes mobiles rapidement rejoints par des dizaines de leurs collègues, dans une foule certes hostile à leur présence mais qui n’était pas du tout dans une situation d’affrontement (personne masqué, pas de projectiles ni rien dans les mains). Tout autour, près d’une centaine de gendarmes, CSI et CRS étaient déployés à moins de 100m, en étau de part et d’autre du cours de Vincennes.
Bref, on est loin de la situation désespérée qui justifierait selon eux l’usage d’une grenade de désencerclement pour se dégager d’une situation de péril pour des gendarmes acculés. En revanche, la personne atteinte étant au cœur d’un groupe de photographes au moment de l’explosion de la grenade, l’endroit de la blessure étant particulièrement à risques (la tempe), les autorités ont du rapidement justifier une communication de prévention avec saisine IGPN pour devancer l’éventuel scandale public que pourrait constituer cet usage "disproportionné" de la force.
Je retiendrai surtout une groupe de bacqueux casqués et armés qui déferlent tout autour des secouristes et évacuent les gens qui protègent ceux qui s’occupent des blessés, un secouriste de la gendarmerie qui nous interroge sur notre légitimité à soigner un blessé alors qu’il pisse le sang ("vous avez l’air d’avoir pas mal de matériel, vous étiez sur la manif ?"), un de ses collègues qui tend un pansement compressif en précisant "c’est du pansement isréalien, ça c’est du sérieux" et des flics qui montent dans le camion des pompiers avec le blessé lors de son évacuation vers les urgences.

Une bien curieuse prise en charge, un brin autoritaire : "soigner et enquêter pour mieux blesser" pourrait être un crédo de la théorie du maintien de l’ordre. Surtout quand on sait qu’à l’IGPN ça refoule tous les jours avec des arguments tels que "c’est peut-être unE manifestantE qui vous a blesséE", "on ne prend pas de plaintes pour si peu", "vous étiez peut-être là où il ne faut pas être", etc. Avec toujours cette suspicion de culpabilité à l’égard des blessés : être blessé c’est être là où il y a une bonne raison de réprimer, c’est donc soit être coupable ou complice d’un "trouble manifeste à l’ordre public". C’est ce même argument qui sert aux flics à interpeller régulièrement les personnes blessées dans les hôpitaux ou lors de contrôles aux abords des manifestations. Et c’est encore le même argument qui est utilisé à l’encontre des médics quand ils sont considérés comme des "soutiens logistiques à l’émeute" au même titre que l’accompagnement juridique des manifestantEs. Le matériel médical est de plus en plus souvent confisqué, ainsi que les masques et protections (jambières, casques, lunettes), des médics sont pris pour cible. Il faut laisser la terreur faire son office et ne pas s’interposer dans la mise en scène de chaos, de sang et de panique que le maintien de l’ordre veut créer. "Rassurer, soigner, protéger" sont les adversaires de "terrifier, incapacité et déstructurer" la foule. Et si notre présence est tolérée selon la même logique d’acceptabilité sociale (on ne tire pas sur l’ambulance), elle dérange, ne va pas de soi et sera indirectement entravée, intimidée et dissuadée.

Pour finir sur l’acceptabilité sociale, plus communément nommée "opinion publique", c’est un baromètre capricieux derrière lequel on a trop facilement tendance à s’abriter : dans la presse la bataille "violences policières" versus discours "anti-casseurs" a figé les débats dans des dualismes ou manichéismes caricaturaux qui échouent à rendre compte de l’hétérogénéité et multiplicité des mouvements sociaux et des actions et manifestations qui les animent. À chaque manifestation un large bloc de tête de plusieurs centaines à plusieurs milliers de personnes s’est systématiquement constitué et étoffé au cours des semaines. Cet espace hors des sentiers battus syndicaux et loin des étiquettes formelles est systématiquement marginalisé et focalise toutes les attentions médiatiques. Pourtant c’est l’espace où le dialogue le plus intense s’installe entre les partisans de différentes actions : celleux qui ne cassent que les vitrines des banques, celleux qui cassent aussi les concessionnaires auto, celleux qui ne cassent rien mais ripostent face aux flics, celleux qui sont là en soutien, celleux qui changent la publicité dans les panneaux et/ou celleux qui les brisent, celleux qui désapprouvent tout ou une partie de ce à quoi ils assistent, celleux qui veulent voir comment ça se passe, celleux qui sont là pour soigner, celleux qui sont là pour témoigner, celleux encore qui sont là par hasard.
Bref, tout ça crée un espace mouvant très riche de conflits et de solidarités qui se reconfigurent à chaque instant mais donnent à voir toute la diversité fourmillante du mouvement social. En terme de représentation sociale cet espace est bien plus riche que la caricature qu’en font les médias et les politiciens en le réduisant à une prise en otage de la manifestation par une minorité de casseurs. Mais cette dernière image est en revanche bien commode pour justifier d’un usage de la force concentré et débridé sur cet espace. L’acceptabilité sociale de cette répression localisée est entièrement construite à partir de l’affirmation que cet espace est de non-droit, qu’il a échappé à l’ordre et nécessite donc son rétablissement par tous les moyens à disposition. La figure du casseur qui ne respecte rien, qui prend la démocratie en otage et qui s’attaque au fruit du travail des bons contribuables est allègrement assénée sur toutes les ondes pour forcer l’opinion publique à tolérer le déploiement de la violence policière à son encontre : "la fin justifie les moyens". C’est au final le même argumentaire qui légitime l’état d’urgence, on remplace juste casseur par terroriste.

Il suffit de regarder la réponse au blocage de la raffinerie de Fos-sur-Mer pour bien se rendre compte qu’il ne faut pas porter une cagoule et jeter des pétards pour se retrouver dans la catégorie "minorité contestataire radicale" qui prend en otage la démocratie. Entendre Valls désigner la CGT comme une minorité agissante et voir les bloqueurs de Fos se faire poursuivre et matraiter de la même manière que les "casseurs" de tête de manifestation, ça devrait faire réfléchir toutEs celleux qui ont trop vite tendance à fabrquer les figures du bon et du mauvais manifestant. Pour le gouvernement et ses nécessités de propagande, nous serons touTEs des casseurs quoi qu’on entreprenne : des casseurs de leur politique. Et pour des merdias comme BFMTV, Itélé, TF1, le Parisien, 20 minutes, mais aussi bien d’autres qui se disent plus à gauche, le référentiel de départ sera toujours donné par la propagande d’état, quand bien même l’investigation de certainEs journalistes apportera dans un second temps une vision plus nuancée. Mais de la voiture de police cramée qui passe sur toutes les ondes ou de la libération de 3 des suspects ou encore du faux témoignage de flic à RTL, que restera-t-il dans les mémoires de la majorité une semaine après ? La version du Parisien ou celle de Médiapart ? L’opinion publique est une girouette qui va dans le sens du vent le plus puissant. Et ce vent-là sort de la Place Beauvau, de Matignon, de l’Élysée et traverse des officines médiatiques pour en ressortir avec un écho amplifié.

Tous les combats menés, qu’ils soient médiatiques, syndicaux, politiques, contre la police, contre ses blessures, contre la justice, contre le pouvoir en place, sont asymétriques : le témoignage d’un blessé, le portrait d’un médic, le blocage d’une raffinerie, une manifestation sauvage vers chez Valls, les assemblées populaires sur la place de la République, l’interview d’un syndicaliste mollesté ou le discours d’un Lordon sur la Place de la Répression, ne sont pas la lutte populaire de David contre le Goliath capitaliste, une opportunité d’éducation populaire des masses, comme on se plaît constamment à le croire et le voir. Les luttes sont et resteront globalement impopulaires, incomprises, incompréhensibles souvent aussi, isolées ou en tous cas isolables et ce n’est qu’avec un effort collectif constant de personnes qui s’entendent et se comprennent politiquement, bâti sur la solidarité, l’organisation autogestionnaire, qu’on construit des lieux d’autonomie qui s’affranchissent provisoirement suffisamment des règles et lois en vigueurs. Pour, d’une part, créer un espace d’expérimentation sociale et, d’autre part, ouvrir une brèche et saboter suffisamment le système pour que la vitre brisée du lendemain laisse entrevoir à touTEs la vulnérabilité de ce système et non sa toute-puissance irrémédiable. Mais penser, comme certainEs à Nuit Debout, qu’on est en train de créer une tâche d’huile qui va gagner la société toute entière, séduite par la perspective d’un modèle social alternatif nouveau, ou bien croire, comme d’autres que détruire des banques pendant un mois et incendier des barricades suffit à mettre le feu aux poudres de l’insurrection, dans un cas comme dans l’autre ça me semble profondément idéaliste et inconscient des réalités sociales.

En revanche, investir le terrain vivant de la lutte quotidienne et multiplier des pratiques qui s’appuient sur des idées politiques révolutionnaires (et donc anticapitalistes) qui puisent directement dans des traditions autogestionnaires (et donc anti-autoritaires), pour constituer des réseaux, des groupes et collectifs organisés, ça me semble nettement plus réaliste, réalisable et susceptible d’agglomérer progressivement celleux qui découvrent, expérimentent et font évoluer ces pratiques sur le terrain des luttes.
Les médics, la défense collective, les cantines autogérées, certains fonctionnements logistiques au sein de Nuit Debout, les déplacements collectifs en manifestations, la Maison du Peuple à Rennes, les médias libres, les comités d’action qui se réunissent hebdomadairement depuis deux mois, vont, pour moi, pleinement dans ce sens de la réappropriation individuelle de l’action collective. Et cette réappropriation passe par une désappropriation des moyens de domination, de pouvoir, de contrôle, de dépendance au profit de la décision et de l’autonomie collective. Et ça commence tout d’abord par soigner et se soigner, manger, boire et cuisiner collectivement, se cultiver et partager, se protéger mutuellement, agir et se défendre ensembles, s’écouter, s’entendre et se parler, s’avouer et se questionner, mutualiser les ressources, déprivatiser les espaces communs de rencontre et d’organisation.

Lunerai