[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Ce qui s’est passé devant l’hôpital Necker le 14 juin

    Khomri

    Brève publiée le 18 juin 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://yetiblog.org/index.php?post%2F1850

    ILLUSTRATION

    Qu’un gouvernement bousculé et ses médias utilisent les violences commises en marge d’une manifestation pour la discréditer et détourner l’attention est un classique du genre. Sur ce point, on fut servi le 14 juin : les incidents qui se déroulèrent devant l’hôpital Necker furent exploités ad nauseam.

    Mais que se passa-t-il réellement devant l’hôpital Necker ce jour-là ? Le problème pour les autorités politiques et leurs prêcheurs médiatiques, c’est que désormais, tout ou presque est filmé. Et qu’il est difficile de faire tenir les bobards et la propagande mensongère très longtemps.

    Dans la vidéo du journaliste Pierre Trouvé qui suit, à partir de la minute 4:20, on voit nettement comment chaque vitres de la baie vitrée est attaquée à la masse par UN SEUL INDIVIDU, froidement, méthodiquement, ultra rapidement, avant que celui-ci ne s’évanouisse dans la nature. Travail de pro, serait-on tenter de conclure.

    De fait, les photos prises après les incidents confirment le constat : un seul impact par vitre.

    PHOTO

    La défense grossière d’un pouvoir de plus en plus contesté

    On est bien loin de l’attaque en règle d’un hôpital pour enfants, caillassé par des hordes de casseurs, encore moins par des manifestants, ivres d’on ne sait quel rage, et mal contrôlés par un service d’ordre syndical accusé par le Premier ministre d’ « attitude ambiguë ».

    On peut par contre se demander — sans pour autant s’étonner vraiment, ni s’en émouvoir — comment aucuns membres des forces de l’ordre régulières chargées de prévenir les débordements n’aient été en mesure de parer ces gestes imbéciles, d’autant qu’elles étaient à proximité.. Des témoins feraient d’ailleurs état d’un rang de policiers entre le gros de la manifestation et les façades de l’hôpital Necker (info à confirmer à l’heure qu’il est).

    On ne s’attardera pas ici à multiplier les exemples de déclarations, trop grosses et répétées pour être honnêtes, proférées par le pouvoir et ses chroniqueurs attitrés pour exploiter l’incident Necker. Pour stupides et grotesques que soient leurs attaques, elles sont à la mesure de leur panique devant la contestation grandissante de leur autorité.

    Car il ne faut pas être grand clerc pour comprendre qu’au-delà de la loi Travail, ce sont désormais les autorités en place qui sont mises sur la sellette. Et qu’elles le sentent.