[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Italie : les raisons de la défaite de Matteo Renzi

    Italie

    Brève publiée le 20 juin 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/italie-les-raisons-de-la-defaite-de-matteo-renzi-580652.html

    Le parti du président du Conseil a subi lors des municipales de ce 19 juin une vraie défaite en perdant Rome et Turin, mais aussi plusieurs villes moyennes dont Trieste, Grosseto ou Savone. Le fruit d'un échec de Matteo Renzi qui a fait du Mouvement 5 Etoiles une "réponse logique".

    « Une défaite capitale ». C'est ainsi que le quotidien de gauche italien Il Manifesto a titré son éditorial du lundi 20 juin après les deux lourdes défaites enregistrées la veille par le Parti démocrate (PD) du président du Conseil Matteo Renzi aux élections municipales de Rome et de Turin. Dans les deux villes, qui figurent parmi les trois capitales de l'Italie unifiée, les candidats du gouvernement ont été battus par les candidates du Mouvement 5 Etoiles, le parti qui semble désormais en mesures de s'imposer comme un prétendant sérieux à la direction du pays dans les prochaines années.

    Défaite évidente pour Matteo Renzi

    Certes, la défaite du PD doit être relativisée. Dimanche, on votait dans 121 communes où il y avait des ballottages. Le parti de Mateo Renzi a remporté 34 de ces 121 duels, le centre-droit, 33 et le Mouvement 5 Etoiles, 19. Le PD reste donc encore la première force politique de la Péninsule et parvient à conserver quelques grandes villes comme Milan (difficilement), Bologne ou Ravenne. Mais il ne s'agit là que de demi-succès. La réalité est bien celle d'une vraie défaite. Le centre-gauche est sur la défensive et perd beaucoup de villes moyennes comme Novare, Savone, Trieste ou encore Grosseto, en Toscane, à gauche depuis 10 ans. Et si la défaite à Rome était attendue, celle à Turin ne l'était pas. La volonté de sanctionner le centre-gauche a été très présente, permettant notamment à des partis de centre-droit pourtant en très petite forme politique de l'emporter dans ces villes.

    La capacité fédératrice du Mouvement 5 Etoiles

    Mais l'élément le plus inquiétant pour le Palais Chigi, résidence de la présidence du conseil, est bien la poussée du Mouvement 5 Etoiles (M5S). Le parti fondé par le blogueur et comique Beppe Grillo a remporté 19 des 20 ballottages où il était présent dimanche. On peut estimer que c'est peu, mais les élections municipales étaient, selon les politologues italiens, peu propices au M5S, dont le vote serait le fruit d'un mécontentement sur la politique nationale. Cette vision a été disqualifiée dimanche. Comme a été disqualifiée l'idée que le M5S serait un parti de protestation pure. La victoire dans deux grandes villes, Turin et Rome, a montré, comme l'a souligné l'étoile montant du parti, Luigi di Maio, que « les citoyens ont reconnu une capacité à gouverner » au M5S.

    A Rome, comme à Turin, le M5S a montré sa capacité à « unifier » les mécontents de la politique de Matteo Renzi. Le « tout sauf Renzi » a parfaitement fonctionné dans le cas du Mouvement 5 Etoiles, ce qui n'a pas été le cas pour le centre-droit qui a échoué à mobiliser les oppositions au PD pour lui barrer la route à la mairie de Milan, par exemple. La candidate « grilliste » à Turin, Chiara Appendino, a ainsi pratiquement doublé son score du premier tour, passant de 118.000 voix à 202.000, tandis que le maire sortant Piero Fassino ne progressait que de 8.000 voix... A Rome, la démonstration est encore plus éclatante : Virginia Raggi, la candidate du M5S, a gagné 317.000 voix de plus que ses 453.000 du premier tour, tandis que le candidat « renziste », Roberto Giacchetti, a progressé de 57.000 voix seulement.

    Une force d'alternance ?

    Le Mouvement 5 Etoiles a donc fait la preuve de sa capacité à réunir les oppositions à Matteo Renzi. A l'inverse, le PD apparaît incapable de mobiliser au-delà de ses propres troupes face au M5S, ce qui est moins le cas face au centre-droit. C'est un élément essentiel qui doit donner des sueurs froides à l'hôte du Palais Chigi car la nouvelle loi électorale que Matteo Renzi a fait adopter, l'Italicum, prévoit un ballottage au niveau national pour obtenir la majorité à la chambre entre les deux premiers partis si personne n'a obtenu plus de 40 % des suffrages au premier tour. Or, il y a fort à parier qu'en cas de législative, le deuxième tour oppose le PD au M5S. Et désormais, le M5S dispose de candidats crédibles, jeunes et dynamiques, à opposer à Matteo Renzi pour la conquête du Palais Chigi : Virginia Raggi, la nouvelle maire de Rome et Luigi di Maio, 30 ans, de 11 ans le cadet du président du Conseil, devenu très populaire.

    La fin du « miracle » Renzi

    Comment en est-on arrivé là ? Voici deux ans, Matteo Renzi remportait haut la main les élections européennes avec 40,6 % des voix et pouvait donner la leçon aux autres partis sociaux-démocrates d'Europe. Mais en mai 2014, Matteo Renzi n'était président du Conseil que depuis décembre 2013. Il était encore auréolé de sa jeunesse, de son volontarisme qui l'avait porté au pouvoir par un putsch rapide contre Enrico Letta au sein du PD et de son discours de renouvellement et de réformes face à une classe politique italienne fatiguée et incapable de prendre en compte la situation réelle des Italiens. Depuis, le « miracle » Renzi s'est évanoui.

    Une croissance revenue, mais insuffisante

    Certes, la croissance est revenue : + 0,3 % au premier trimestre 2016 sur trois mois et 1 % sur un an. Mais comme ailleurs en Europe, c'est une croissance qui s'appuie sur des éléments qui ne trompent guère les citoyens : la baisse du prix de l'énergie et la précarisation des plus fragiles. C'est ce qui explique que, même là où elle est vigoureuse, comme en Espagne, cette croissance ne se traduit pas électoralement. De ce point de vue, la politique de Matteo Renzi n'a guère changé par rapport à celles mises en place depuis l'arrivée au pouvoir de Mario Monti sous la pression de la BCE en 2011. Le « Job Acts », porté aux nues de ce côté-ci des Alpes, n'a pas convaincu les Italiens qui ont compris le caractère très précaire de ces CDI créés à coup de subventions et facilement annulables. Ils savent aussi que le « miracle de l'emploi » dont se vante le gouvernement est loin d'avoir annulé la progression du chômage depuis le début de la crise et qu'il est fort peu probable qu'il y parvienne.

    Économiquement, l'Italie va peut-être « mieux », mais elle reste en sous-régime. Sa croissance est encore deux fois inférieure à celles de la zone euro au premier trimestre sur trois mois. La confiance dans l'avenir peine à revenir. Les PME continuent de souffrir d'un système bancaire grevé par les mauvaises créances et les indécisions du pouvoir central. Les mesures prises pour rétablir la santé du secteur bancaire italien ont été contre-productifs. A l'automne, le « sauvetage » de quatre banques a conduit à la ruine de plusieurs épargnants, dont un s'est suicidé, et a été entaché par des conflits d'intérêts. Au printemps, le fonds « Atlas » destiné à sauver les banques n'a convaincu personne. Le chômage reste élevé, les PME en plein désarroi et la croissance trop faible. Le bilan économique de Matteo Renzi n'est donc pas bon. Il en paie logiquement le prix.

    La défaite des « réformes »

    La défaite du PD ce 19 juin est donc celui de ce « réformisme » et de cette « modernité » qu'incarnaient Matteo Renzi. L'ancien maire de Florence avait fait un pari : que les « réformes » relance le pays et que son modernisme le place au centre de la vie politique italienne, à la place de l'ancienne Démocratie chrétienne. Ce pari est manqué. Les « réformes » n'ont conduit qu'à radicaliser davantage une partie de l'opinion et donc à réduire la base « centriste » du PD. Le Mouvement 5 Etoiles peut aisément récupérer les déçus du renzisme avec un discours que les médias internationaux qualifie par paresse de « populisme », mais qui répond à plusieurs demandes de la société italienne.

    La demande démocratique

    Demande démocratique, d'abord. Matteo Renzi est un adepte de la pensée économique dominante. Il considère que la démocratie est une entrave aux réformes. Il a donc, en 2013, pris le pouvoir sans élections, sur un programme réformateur destiné à conduire à une victoire en 2018. Les réformes d'abord, les élections ensuite. Et des élections réalisées avec une loi électorale faite alors sur mesure pour sa « nouvelle DC ». Les propositions du M5S d'une démocratie plus active et d'une plus grande participation populaire aux décisions ont alors davantage convaincu un peuple italien fatigué par les combinaisons post-électorales et traumatisé par l'imposition par la BCE en 2011 de Mario Monti à la présidence du conseil pour appliquer un programme désastreux pour eux. Au niveau local, cette demande s'est traduite, à Rome, par exemple, par une volonté de maîtriser la gestion de la ville, notamment sur les projets de prestige comme les Jeux Olympiques. L'arrogance croissante de Matteo Renzi, fruit de cette idéologie des « réformes douloureuse mais nécessaires », a été sanctionnée par des Italiens en demande d'une autre forme de politique.

    La demande réformatrice

    Demande réformatrice, ensuite. Il y a réforme et réforme. Matteo Renzi aime à se présenter dans toutes l'Europe comme l'exemple même du dirigeant réformateur, mais l'Italie continue à souffrir de l'inefficacité de l'Etat et des liens troubles de la politique et des milieux économiques, et, parfois, de la criminalité organisée. La vision du M5S est que seul un vrai renouvellement de la classe politique peut changer la donne. C'est populiste, si l'on veut, mais ce qui a été sanctionné à Rome et à Turin, ce sont précisément ces liens troubles et le fait que le PD de Matteo Renzi ne peut incarner un changement de ce point de vue. A Turin, le maire sortant, Piero Fassina, est un cacique à l'ancienne, souvent cité dans des affaires de corruption. Il est l'exemple même de l'incapacité du PD à incarner un renouvellement. Dans l'esprit des Italiens, le M5S « populiste » apparaît pour la gestion de l'Etat plus réformateur que les partis traditionnels, englués dans leurs intérêts locaux. Il réclame une informatisation et une simplification d'un Etat connu pour sa complexité. Sans doute peut-on avancer que le M5S deviendra aussi corrompu que les autres une fois au pouvoir, mais c'est tout à l'honneur des Turinois et des Romains d'avoir donné sa chance à une alternative politique au milieu d'un immense océan de désintérêt pour la politique, comme l'a montré la progression de l'abstention.

    La demande européenne

    Demande de débat européen enfin. L'Italie est un des rares pays à ne pas avoir connu de croissance depuis son entrée dans la zone euro en 1999. Le passage de Mario Monti au gouvernement avec l'appui de l'UE, a conduit à un fort mouvement d'euroscepticisme qui profite au M5S. Ce dernier prétend organiser un référendum sur l'appartenance à l'euro. Démagogie ? Peut-être, mais c'est aussi la traduction d'un échec de Matteo Renzi qui, lorsqu'il est arrivé au pouvoir, avait promis de réorienter l'Europe et qui, malgré ses rodomontades régulières contre Bruxelles et Berlin, n'y est pas parvenu. Sa présidence italienne de l'UE au cours du second semestre 2014 a été un fiasco retentissant. Et les Italiens ont le sentiment justifié que, malgré les réformes subies depuis 2011, l'Europe se contente de leur en demander davantage. Les Italiens refusent le simplisme européen selon lequel les « réformes structurelles » sont bonnes par nature. Ils ont d'excellentes raisons pour cela. La poussée du M5S traduit donc un mal-être italien dans l'Europe et une gestion européenne aveugle à la situation italienne. C'est aussi autour de la critique de l'UE que le M5S est désormais capable de mobiliser contre le PD.

    Le risque pour l'avenir

    Certes, il est plus aisé de fédérer autour d'un « ennemi commun », en l'occurrence Matteo Renzi que de construire une action de gouvernement pouvant satisfaire un électorat de second tour encore disparate. Mais c'est là le même problème que celui de Matteo Renzi qui doit maintenir au sein du PD sa gauche et son centre. Le danger est évidemment que le M5S, qui a séduit beaucoup d'électeurs de gauche, ne se concentre désormais sur ses réserves de voix au second tour en voulant séduire l'extrême-droite eurosceptique de la Ligue du Nord et de Fratelli d'Italia, notamment par un discours xénophobe. L'équilibre sera difficile à trouver, de ce point de vue, mais le M5S dispose d'un atout majeur, le rejet actuel, en dehors du noyau des électeurs du PD, de Matteo Renzi.