[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Cancer du sein: "Le projet Vénus est dans l’intérêt des femmes"

    santé

    Brève publiée le 9 juillet 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lexpress.fr/actualite/societe/cancer-du-sein-le-projet-venus-est-dans-l-interet-des-femmes_1810581.html

    Une exposition de photos de femmes aux seins nus, pour la prévention du cancer du sein, a fait bondir une élue Front nationale de Villeurbanne. Pour la frontiste, il s'agit de voyeurisme. L'association à l'initiative de ce projet lui répond.

    Le projet Vénus a été mis en place en 2009 par le centre d'art Spacejunk, à Lyon. Son but: proposer un projet innovant, mêlant art et santé, afin de soutenir les femmes qui sont ou ont été atteintes d'uncancer du sein, et de prévenir et dépister la maladie.  

    L'Agence régionale de Santé Rhône-Alpes Auvergne nous apporte son soutien pour ce projet, tout comme les villes partenaires. Cependant, Béatrice Branska-Farille, élue d'opposition Front national à Villeurbanne, s'est insurgée contre l'attribution d'une subvention à notre association, sous prétexte qu'on y voyait des seins... Pour elle, il s'agit d'une forme "d'exploitation du corps de la femme en tout lieu [...] complètement dépourvue de pédagogie".  

    Un manque de respect pour les participantes

    Nous n'étions pas présents lors de ce conseil municipal, mais avons été très surpris de cette réaction! Cette élue a jugé notre projet sans vraiment en considérer l'importance. Elle ne se rend pas compte qu'il ne s'agit pas d'une exposition de courte durée, mais bien d'un projet sur neuf mois, qui va au plus près des femmes et qui est dans leur intérêt. Axé sur la prévention du cancer du sein et le décloisonnement des populations, le projet s'adresse à un public qui a besoin d'être sensibilisé à la prévention et au dépistage du cancer du sein.  

    Dénoncer les subventions qui ont été accordé au projet est grave. De plus, c'est un manque de respect pour les femmes qui y ont pris part et qui ont eu le courage de tomber la chemise et se sont engagées pour cette cause avec beaucoup de volonté afin d'apporter des fonds -au travers d'une vente aux enchères des oeuvres en décembre prochain- à l'association Europa Donna. Heureusement, le maire de Villeurbanne, Jean-Paul Bret, a réagi avec humour à cette attaque et la subvention nous a tout de même été accordée. 

    Sensibilisées à la question, des participantes ont découvert leur cancer à temps

    Depuis sa création, le projet Vénus suscite un véritable engouement: de la part des participants d'abord -à savoir les 104 femmes et deux hommes qui ont posé librement pour ce projet-, des artistes professionnels qui customisent les photos pour en faire des toiles, des villes qui nous sollicite pour intervenir auprès de leurs citoyens, mais aussi du public. Il n'y a qu'à voir le soutien que nous recevons quotidiennement sur notre page Facebook. Chacun des participants est heureux d'y prendre part et d'apporter son soutien à cette cause. Pour eux, il s'agit d'une façon concrète d'aider, autrement que par l'aspect financier. 

    Pour certaines des participantes, cela a également eu un aspect bénéfique sur leur propre santé. Etant sensibilisées à la question, elles se sont découvert un cancer bénin et l'ont pris en charge à temps, avant d'avoir à subir une chimiothérapie. 

    C'est l'essence même du projet. Après avoir photographié et informé nos modèles, nous avons imprimé les photos sur toile. La moitié de ces toiles a été confiée à des artistes professionnels pour qu'elles soient customisées. L'autre moitié est retravaillée par des femmes qui résident sur des territoires de la métropole où le taux de dépistage est le plus faible. Ces ateliers sont le nerf de la guerre du projet, un prétexte pour aller au plus près de ces femmes et les informer de la prévention du cancer du sein et son dépistage.