[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

Facebook

Grève pour la titularisation des CDD de Pôle Emploi Paca

lutte-de-classe

Brève publiée le 25 avril 2012

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

MARSEILLE, 24 avr 2012 (AFP)

Les salariés de Pôle emploi étaient appelés à faire grève mardi en Provence Alpes Côte d'Azur, pour réclamer la titularisation des quelque 350 employés en contrat temporaire qui permettent aux 68 agences de la région de fonctionner.

Selon la direction régionale de Pôle emploi, 9,8% des quelque 3.500 salariés permanents ont répondu à l'appel de l'intersyndicale CFDT-CFTC-CGT-FO-SNU-Sud, et quatre sites n'ont pu ouvrir leurs portes.

"On a un certain nombre de CDD, que nous avons formés, et que la direction refuse de garder pour ensuite en embaucher d'autres derrière", a dénoncé le représentant CFDT Jean-Marc Cavagnara, l'intersyndicale pointant "le recours abusif aux CDD sur des activités pérennes".

Quelque 196 CDD et 152 contrats aidés sont concernés dans la région. Selon M. Cavagnara, nombre d'entre eux occupent des fonctions d'accueil et conseil des demandeurs d'emploi.

"Le manque de personnel est criant. On n'y arrive pas, et les demandeurs d'emploi ne s'y retrouvent pas non plus", a-t-il encore dit. Les grévistes, qui relèvent que Paca a subi depuis mai 2007 une augmentation du chômage de 34,5% sans renfort de moyens humains, demandent notamment un calendrier de négociation sur la gestion prévisionnelle des emplois.

Les syndicats ont été reçus par la direction régionale.

"La direction a rappelé qu'elle était particulièrement attentive au suivi de notre personnel en contrat à durée déterminée", a déclaré le directeur régional Philippe Bel dans un communiqué.

"Notre objectif est de sécuriser l'intégration de ces collaborateurs et de mettre en place un accompagnement vers l'emploi durable", a-t-il assuré.

Pour les représentants de l'intersyndicale cependant, "on en est au point mort, sur le fond". La direction "explique qu'elle n'a pas de budget pour augmenter les effectifs", a dit M. Cavagnara. "La situation est inextricable pour l'instant", a-t-il déploré.