[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    La droite brésilienne lance un vaste plan de privatisations

    Brésil

    Brève publiée le 26 septembre 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    https://www.bastamag.net/Au-Bresil-le-gouvernement-Temer-a-peine-confirme-lance-un-nouveau-plan-de

    Alors que Lula se retrouve à nouveau l’objet d’une attaque, toujours sans preuve, d’un procureur évangélique, le nouveau gouvernement brésilien de Michel Temer confirme pendant ce temps son tournant néolibéral en matière de politique économique.

    À peine deux semaines après le vote final de la destitution de Dilma Roussef, le nouveau président Temer a annoncé une série de privatisations : 34 entreprises publiques et infrastructures de transports seront vendues au privé d’ici deux ans. L’ancienne présidente destituée Dilma Roussef avait déjà lancé le processus de privatisation de quatre aéroports, des autoroutes, des infrastructures ferroviaires et des ports. Le gouvernement de Michel Temer souhaite en plus céder 14 entreprises énergétiques, dont cinq usines hydroélectriques, ainsi que des champs de pétrole et de gaz naturel. Seront aussi vendues trois entreprises de gestion de l’eau et des installations minières.

    Au cœur des affaires de corruption qui ébranlent le pays, l’entreprise publique Petrobras est elle aussi est menacée de privatisation. « La corruption doit être combattue, mais par le renforcement institutionnel de l’entreprise, elle ne peut pas être utilisée comme prétexte pour livrer le patrimoine publique aux intérêts privés », alerte l’association des ingénieurs de l’entreprise publique pétrolière dans une lettre ouverte à la société brésilienne. Car avec la privatisation attendue de Petrobras, ce sont aussi les programmes sociaux et culturels financés par les bénéfices générés par l’entreprise pétrolière qui pourraient être remis en cause.