[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Actualités et analyses [RSS]

Lire plus...

Newsletter

Twitter

L’incroyable déclin de l’industrie américaine

économie USA

Brève publiée le 8 octobre 2016

Tweeter Facebook

Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

http://www.businessbourse.com/2016/09/06/usa-de-leconomie-industrielle-a-leconomie-de-la-planche-a-billets-lincroyable-declin-de-lindustrie-americaine/

Pourquoi ai-je l’impression que presque tout est fabriqué en Chine aujourd’hui ?

Hier, je regardais chez moi d’où venaient les crayons que j’avais acheté il y a quelques temps déjà et j’ai remarqué qu’ils avaient tous été fabriqués en Chine. J’ai ensuite expliqué à ma femme qu’il était lamentable que ces crayons ne soient plus fabriqués aux États-Unis. Puis à un autre moment de la journée, en prenant la télécommande de ma télévision, j’ai tout de suite remarqué là aussi qu’il était écrit dessus « Made In China ». Alors que je rédige cet article aujourd’hui, C’est le Labor Day (Fête du travail) aux Etats-Unis, et donc je pense que c’est le meilleur moment pour évoquer la transition de notre économie industrielle à celle d’aujourd’hui, qu’est l’économie de la planche à billets. Depuis l’an 2000, les États-Unis ont perdu cinq millions d’emplois dans l’industrie, et ce alors que notre population a considérablement augmenté pendant ce laps de temps. L’industrie manufacturière américaine est dans un état ​​de décomposition, notre infrastructure économique a presque totalement disparu, et nos anciennes grandes villes industrielles sont dans un état ​​de délabrement avancé. Nous consommons beaucoup plus de richesses que nous n’en produisons, et nous n’y parvenons que d’une seule manière, en s’endettant toujours davantage. Mais notre « économie papier » basée sur toujours plus d’endettement est-elle viable à long terme?

Revenons en 1960, 24 % de l’ensemble des salariés américains travaillaient dans le secteur manufacturier. Aujourd’hui, ce pourcentage s’est complètement effondré puisqu’il ne représente plus que 8 %. CNN nomme cela « le Grand renversement »

manufacturing-jobs-statisticsEn 1960, environ 25% des salariés américains avaient un emploi dans le secteur manufacturier. Mais aujourd’hui, moins de 10% des salariés américains sont employés dans le secteur manufacturier, selon les données du gouvernement.

Nommé le Grand bouleversement. Au début du siècle dernier, les travailleurs étaient passés des champs à l’usine. Maintenant, ils passent de l’usine aux guichets, aux comptoirs et aux centres de soins. Aujourd’hui en Amérique ce sont les emplois d’infirmiers, d’aide aux soins personnels, de cuisiniers, de serveurs, de barmans, de vendeurs et de responsables d’opérations qui progressent le plus.

Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi la classe moyenne américaine décline aussi rapidement. Vous savez pertinemment que ce n’est pas avec de faibles salaires comme ceux de cuisiniers, serveurs, barmans ou vendeurs au détail que vous pouvez subvenir aux besoins d’une famille de la classe moyenne américaine.

33% des Américains n’arrivent même plus à subvenir à leurs besoins élémentaires

47% des américains ne peuvent même plus sortir 400 dollars pour couvrir un imprévu

Depuis l’année 2000, nous avons vu disparaître plus de 50.000 usines aux Etats-Unis. Et sur ce même laps de temps, des dizaines de milliers de nouvelles usines ont été construites ailleurs, comme par exemple en Chine. Des millions d’emplois américains ont été délocalisés.

Est-ce que quelqu’un n’est pas d’accord avec ce que je viens d’expliquer ?

Actuellement, le nombre total d’américains employés dans la fonction publique dépasse le nombre total de salariés dans l’industrie américaine de près de 10 millions

US-Washington-CapitoleLes américains employés dans la fonction publique sont plus nombreux que ceux qui travaillent dans l’industrie et cette différence est de 9.932.000 personnes, selon les données publiées aujourd’hui par le département du travail américain (le Bureau of Labor Statistics – BLS).

De l’échelon local, en passant par le niveau Fédéral, et en allant jusqu’au gouvernement, l’Amérique employait 22.213.000 personnes au mois d’Août 2016, alors que le secteur manufacturier n’en employait que 12.281.000.

Le département du travail américain a publié des données désaisonnalisées sur l’emploi mensuel concernant la fonction publique et l’industrie, remontant jusqu’à 1939. Selon ces chiffres, de Janvier 1939 à Juillet 1989, le nombre d’américains employés dans l’industrie avait toujours dépassé celui des gens qui étaient employés dans la fonction publique américaine.

Vous croyez sans doute que les emplois du gouvernement américain sont de «bons emplois», mais en réalité, ils ne produisent aucune richesse. Ces salariés de la fonction publique ne font que créer de la paperasse et expliquer aux autres ce qu’ils doivent faire, mais dans la plupart des cas, ils ne font absolument rien.

Game Over ! Le remboursement de la dette américaine est mathématiquement impossible

Afin d’avoir une économie durable, vous devez avoir des gens qui créent et produisent des richesses. Une économie de papier basée sur de l’endettement peut sembler fonctionner pendant un certain temps, mais tout fini par s’effondrer lorsque la confiance dans le papier est perdue.

Actuellement, le reste du monde est prêt à nous envoyer des quantités massives de marchandises qu’ils produisent à l’aide de notre planche à billets. Donc, nous continuons à produire de plus en plus de papier et nous continuons toujours à nous endetter davantage, mais à un moment donné la fête sera finie.

Si nous voulons être un pays riche et ce pour une longue période, nous devons produire des choses. Voilà pourquoi les dernières nouvelles concernant Caterpillar sont vraiment catastrophiques. Déjà au même moment l’an dernier, Caterpillar supprimait 10.000 emplois et fermait des usines. La semaine dernière,Caterpillar a annoncé vouloir fermer son unité de production en Belgique et supprimer 2000 emplois.En plus de ces milliers de licenciements qui ont déjà été annoncés par le géant mondial de la construction d’engins de chantier, il semble qu’une nouvelle vague de suppressions d’emplois se profile

CATERPILLAR-TECH-CENTER-DOOR-LOGO-SQuelque centaines d’employés administratifs de l’un des plus grands sites de production de Caterpillar situé dans la région de Peoria ont reçu des avis de licenciements cette semaine. De la même manière, la société avait annoncé son intention de fermer des usines de production à l’étranger et de supprimer des milliers d’autres emplois.

300 employés au total dans le support et management au Centre Scientifique et Technique du Bâtiment à Mossville cette semaine ont reçu des avis de licenciements qui comprenaient des indemnités de départ, le (WARN Act) impose aux entreprises de plus de 100 salariés un préavis minimum de 60 jours avant tout licenciement collectif de masse (en cas de fermeture d’usine, etc.).

Durant cette période d’élection présidentielle américaine, vous entendrez beaucoup de nos politiciens expliquer combien le «libre-échange» sera bon pour l’économie mondiale. Mais ceci n’est vrai que si la balance commerciale est équilibrée. Malheureusement, nous avons un déficit commercial annuel compris entre 400 et 600 milliards de dollars et ce depuis de nombreuses années…

Lorsque le solde entre ce qui sort du pays et ce qui y rentre est déficitaire de 500 milliards de dollars environ chaque année, cela a des conséquences graves.

La forte chute des exportations américaines porte un coup mortel à son économie

Je vais essayer de vous l’expliquer très simplement.

Imaginez que je suis aux États-Unis et que vous êtes en Chine. Je prends un dollar de mon portefeuille et je vous le donne et puis vous m’envoyer un produit.

Au bout d’un certain temps, je vais vouloir en recevoir un autre, alors je prends un autre dollar dans mon portefeuille et vous l’envoie en échange d’un nouveau produit.

etc, etc…

Et à la fin, qui se retrouvera avec tout l’argent ?

Pas besoin de sortir de Saint-Cyr pour comprendre comment la Chine s’est enrichie. Et lorsque nous n’arrivons plus à payer nos factures, nous revenons vers la Chine en leur suppliant de nous laisser emprunter de l’argent que nous leur avions envoyé au départ. Et depuis, nous payons des intérêts sur cet argent emprunté, qui rend la Chine toujours plus riche.

Voilà pourquoi je suis tellement obsédé par ces enjeux commerciaux. ils sont vraiment au cœur même de nos problèmes économiques à long terme.

Mais la plupart des Américains ne comprennent pas ces choses là, et ils semblent croire que notre économie basée sur la planche à billets et donc sur davantage d’endettement peut continuer ainsi indéfiniment.

De toute manière, l’avenir nous dira qui avait raison et qui avait tort.