[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Montebourg prêt à l’union avec le PCF mais pas avec Mélenchon

    Mélenchon PCF

    Brève publiée le 30 octobre 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    Montebourg se revendique explicitement du "gaullisme social" et plaide pour une alliance des "productifs" contre la finance. 

    --------------------------

    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/10/30/arnaud-montebourg-pret-a-l-union-avec-le-pcf-mais-pas-avec-jean-luc-melenchon_5022597_4854003.html#xtor=RSS-3208

    « Ce qui sépare [le leader du Parti de gauche] du reste de la gauche, c’est sa radicalité et son isolement », assure l’ancien ministre de l’économie au « Journal du dimanche ».

    Arnaud Montebourg, candidat à la primaire de la gauche, est prêt à faire l’union avec le PCF dès le premier tour de la présidentielle, affirme-t-il dans un entretien au Journal du dimanche du 30 octobre. En revanche, l’ancien ministre de l’économie ne voit pas d’alliance possible avec Jean-Luc Mélenchon.

    Assurant avoir été « beaucoup inspiré » par François Mitterrand et sa « stratégie de l’union », M. Montebourg « souhaite réaliser l’union des gauches ». A la question « dès le premier tour » de la présidentielle « avec les communistes ? », il répond : « Pourquoi pas, s’ils le souhaitent ? Mon projet a été applaudi à la Fête deL’Humanité comme dans des cercles d’entrepreneurs, devant lesquels je tiens exactement le même langage. »

    « Il faut unir les Français et non les radicaliser. Je défends un programme d’alliances des forces productives, c’est-à-dire la construction d’un compromis historique entre les forces économiques et les forces sociales. Mon programme est socialiste mais pas seulement : il est aussi républicain, écologiste, et même gaullistesocial », souligne-t-il.

    « Oliguénarques »

    M. Montebourg exclut un rapprochement avec Jean-Luc Mélenchon : « Ce qui [le] sépare du reste de la gauche, c’est sa radicalité et son isolement. »

    Il se montre aussi très critique envers son successeur à Bercy, Emmanuel Macron : il fait partie de « ceux que j’appelle les oliguénarques, ce mélange d’oligarques et d’énarques, ces anciens camarades de promotion qui se partagent le pouvoir politique et administratif et, par-delà les alternances, ont conduit la France là où elle en est ».

    M. Macron, qui a quitté le gouvernement fin août, a été banquier d’affaires, et est énarque.