[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Alt-right: la fachosphère made in US qui a soutenu Trump

    Trump USA

    Brève publiée le 17 novembre 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.arretsurimages.net/articles/2016-11-16/L-Alt-right-la-fachosphere-made-in-US-qui-a-soutenu-Trump-id9302

    Si vous n’avez pas encore entendu parler de l’alt-right (contraction en anglais de "droite alternative"), l’accession de Donald Trump au pouvoir devrait rapidement vous en donner un aperçu. Derrière le terme encore méconnu en France, on trouve une nébuleuse d’extrême droite, raciste, viscéralement antiféministe et qui se donne pour but de sauver "l’identité blanche" aux États-Unis. Une nébuleuse qui rappelle la fachosphère française, et dont l’un des principaux représentants, le patron deBreitbart, vient d'être nommé chef de la stratégie de Trump à la Maison Blanche. Un peu comme si le fondateur de Fdesouche était nommé à l’Élysée.

    L’alt-right, nom donné à la "droite alternative", est tout sauf un "mouvement politique traditionnel, hiérarchiquement organisé avec une alliance idéologique uniqueprévient d’entrée de jeu CNN, qui y consacrait un article le 25 août dernier. En pleine campagne, Hillary Clinton venait de s’en prendre pour la première fois à cette "droite alternative" et ces militants en ligne qui inondaient les réseaux sociaux de commentaires pro-Trump.

    nouveau media

    Il s’agit plutôt d’un mouvement en ligne protéiforme dont la caractéristique commune est un conservatisme qui "puise son idéologie dans divers mouvements réactionnaires comme le Tea Party, le suprémacisme blanc, de la Nouvelle Droite française, courant d’extrême droite des années 1970, et s’appuie sur une nouvelle génération ultracontestataire, née de l’ébullition de forums peu ou pas modérés", décrit Le Monde, et notamment l’onglet /pol/ (pour "Politiquement incorrect") du tristement fameux forum 4chan. Ses adeptes revendiquent ainsi "la défense d’une identité culturelle blanche américaine qui serait en danger".

    Mais n’allez pas croire qu’il s’agit d’un mouvement marginal s’étendant uniquement aux confins d’Internet : désormais, l’alt-right a droit de cité à la Maison Blanche. Donald Trump est officiellement lié au mouvement. Après avoir nommé Steve Bannon, directeur du site Breitbart(dont @si vous parlait ici) directeur de sa campagne, il vient d'en faire son nouveau chef de stratégie. "Si le mouvement de l’alt-right n’a pas été créé par Breitbart, le site [lui] a servi de relais permanent. En juillet, Bannon se vantait d’ailleurs de diriger «la plateforme pour l’alt-right»", rappelle CNN.

    Stephen Colbert, animateur de CBS News, tente de définir l'alt-right

    L'alt-right est-elle antisémite, comme semble le sous-entendre l'animateur de late-show américain Stephen Colbert (sur lequel @si s'était longuement penché) dans la vidéo ci-dessus? Difficile de l'affirmer, mais une chose est sûre : le mouvement (((Echoes))), lancé cette année par des militants néonazis qui utilisaient ce code à base de parenthèses pour repérer et harceler en ligne des personnes juives, est né sur un blog de l'alt-right, The Right Stuffcomme le racontait déjà @si en juin 2016.

    Plus encore que son antisémitisme, ou son soutien forcené à Trump, l’alt-right se caractérise surtout par sa haine de Hillary Clinton qui symbolise tout ce qu’elle combat : " La colère la plus viscérale de l'alt-right vise le multiculturalisme - entre les races, les genres et les religions -que symbolise la campagne de Clinton. Et le fait qu'une femme puisse aspirer au pouvoir suprême, analysait CNN. Tout le langage du mouvement trouve ses racines dans la terminologie des activistes masculinistes."

    comme le racontait déjà @si en juin 2016.

    Plus encore que son antisémitisme, ou son soutien forcené à Trump, l’alt-right se caractérise surtout par sa haine de Hillary Clinton qui symbolise tout ce qu’elle combat : " Alors quand Clinton a prononcé le terme “d’alt-right” pour s’en prendre violemment à eux, les internautes anonymes ont exulté. "Les partisans de l'alt-right se sont rués sur Internet pour célébrer ce moment de légitimation qu'ils attendaient tant. «Ça y est !», lançait un utilisateur de 4chan" en renvoyant à des articles de presse sur la sortie de Clinton, raconte la Columbia Journalism Review.

    TANDIS QUE RE-REVOILÀ LE GAMERGATE

    Difficile toutefois de définir clairement les contours du mouvement, insiste la même revue, puisqu’il agglomère de vrais militants politiques racistes et des "trolls" plus ou moins désœuvrés. "Personne n'est vraiment sûr de qui sont ces partisans de l'alt-right et ce qui les motive. On ne sait pas lesquels parmi eux sont de vrais militants et lesquels sont simplement des fauteurs de trouble qui veulent faire les malins [sur 4chan]. Dans sa campagne, Clinton a mis sous le même mot-parapluie un ensemble de phénomènes disparates. Désormais, quand les journalistes parlent de l'alt-right, ils risquent de transformer une sous-culture en ligne diffuse en un vrai mouvement politique", explique la CJR.

    nouveau media

    Et pour ne rien simplifier, le mouvement "alt-right" recoupe, mais en partie seulement, d’autres nébuleuses, comme celle du Gamergate, bien connue des @sinautes. Le mouvement, né dans le milieu du jeu vidéo en réaction (officiellement) à des mauvaises pratiques de la presse spécialisée, "se retrouve dans de nombreuses caractéristiques de l’alt-Right, comme le goût du "lol" (l’humour pour l’humour), mais aussi la haine du féminisme, du mouvement antiraciste Black Lives Matter, du politiquement correct (...) ainsi que l’aversion pour l’islam, et le dédain pour les médias et l’université", a constaté Le Monde.

    nouveau media

    Si le mouvement est nébuleux, il dispose toutefois de quelques figures fortes : en plus de Bannon, une autre personnalité est incontournable : Milo Yiannopoulos, présenté ici par @si, devenu célèbre en France pour avoir été banni de façon permanente de Twitter après avoir appelé au harcèlement de l’actrice afro-américaine Leslie Jones.

    Aujourd'hui un des porte-parole de l’alt-Right, il a publié une sorte de manifeste quasi-officiel de l’alt-right : "Le guide de l’alt-right pour l’establishment conservateur". Il s'y défend d’appartenir à un groupe de "suprémacistes blancs" mais cite explicitement la Nouvelle droite française d’Alain de Benoist comme principale source inspiration. La même qui théorise le Grand remplacement. Le masculinisme (y compris d’intellectuels ouvertement homosexuels comme Yiannopoulos) y est également évoqué comme une composante essentielle de l’alt-right.

    nouveau media

    A noter que sur l’illustration de l’article de Breitbart (ci-dessus) on peut voir un éléphant, symbole des Républicains américains, se faire pourchasser par… une grenouille. Il s’agit d’un autre signe de ralliement de l’alt-right : le "meme" Pepe the frog, utilisée comme simple image amusante avant d’être récupérée par la droite alternative, et resservie à toutes les sauces (parfois avec le drapeau confédéré, d’autres fois carrément avec des croix gammées).


    > Cliquez sur l'image pour un gros plan <

    Trump grimmé en Pepe The Frog (une image utilisée par le candidat lui-même, sur son compte Twitter)

    NOUVELLE DROITE ALTERNATIVE OU VIEILLE DROITE CONSERVATRICE ?

    Mais la nouveauté du mouvement et de ses revendications est toute relative. Dans une longue analyse du mouvement, Le Monde rappelait en septembre que le mouvement, né dans les tréfonds d’Internet, n’a pas inventé grand-chose. À certains égards, l’alt-right revient en fait aux origines du conservatisme à l’américaine, aujourd’hui appelé "paléo-conservatisme". "L’Alt-Right, courant réactionnaire du Parti républicain tombé en désuétude, claque comme un raccourci de clavier d’ordinateur. Elle renvoie à une vieille querelle sur la définition du conservatisme", qui oppose les paléoconservateurs aux néoconservateurs, ces derniers ayant pris l’ascendant depuis l’élection de Reagan en 1981 et jusqu’à l’intervention en Irak en 2003. Les "néocons" sont interventionnistes, soutiennent Israël de façon inconditionnelle et "embrassent avec enthousiasme" l’Etat fédéral, détaille le quotidien. Tout le contraire donc des paléo-conservateurs, qui revendiquent un isolationnisme centré sur les stricts intérêts américains et n’hésitent pas à se montrer critiques d’Israël ou de l’Etat fédéral américain.

    Nouveau ou non, le mouvement de l’alt-right tente désormais de déborder des frontières Etats-Uniennes : les médias canadiens ont rapporté l’apparition d’affiches dans les rues de Toronto enjoignant les "blancs" de rejoindre l'alt-right. Et le phénomène pourrait bien joindre ses forces à la fachosphère française. Le 2 novembre dernier, le responsable du site d’extrême droite identitaire Fdesouche estimait ainsi dans un tweet que "l’alt-right est un modèle à suivre" pour lui. Et selon ReutersBreitbart aurait commencé des entretiens d’embauche en France et en Allemagne pour lancer des versions du site dans ces deux pays. Préparez-vous à une invasion de grenouilles.