[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Un policier condamné à 8 mois de prison avec sursis pour avoir frappé un lycéen

    Violences-Policières

    Brève publiée le 23 novembre 2016

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/11/23/un-policier-condamne-a-huit-mois-de-prison-avec-sursis-pour-avoir-frappe-un-lyceen_5036224_1653578.html

    Le fonctionnaire avait asséné un violent coup de poing à un élève du lycée Bergson à Paris le 24 mars, en pleine mobilisation contre la loi travail.

    Un policier de 26 ans a été condamné, jeudi 23 novembre, à huit mois de prison avec sursis pour avoir asséné un violent coup de poing à un élève du lycée Bergson à Paris le 24 mars, en pleine mobilisation contre la loi travail. Le tribunal correctionnel de Paris n’a pas inscrit cette condamnation à son casier judiciaire.

    Une vidéo de la scène, largement diffusée sur des réseaux sociaux et dans les médias, avait suscité l’émoi. On y voit le lycéen à terre, entouré de policiers qui le somment de se lever, avant de lui prendre les bras pour le remettre debout. C’est alors qu’un policier casqué lui porte un violent coup de poing au visage, qui fait basculer et tomber l’adolescent. La victime a eu le nez cassé, et s’est vu prescrire une incapacité totale de travail (ITT) de six jours. Le ministre de l’intérieur, Bernard Cazeneuve, s’était dit « choqué » par la scène.

    Le gardien de la paix avait invoqué face aux juges du tribunal correctionnel de Paris, lors de l’audience le 10 novembre, un « malheureux concours de circonstances ». Selon son récit, il n’aurait aucunement visé le visage de l’adolescent, mais il l’aurait atteint, car, maintenu à la nuque par l’un de ses collègues, le jeune homme s’est baissé au moment où le coup est parti.

    Que le policier ait visé le plexus, comme il le soutient, ou le visage, est en soi un geste d’une « illégitimité absolue », avait estimé le procureur lors de l’audience. Un deuxième policier doit comparaître le 16 juin pour des violences sur un autre élève du lycée Bergson le même jour.

    En pleine vague de manifestations contre la loi travail, cet incident était devenu l’une des affaires emblématiques des violences reprochées aux forces de l’ordre pendant la mobilisation. Un collectif a adressé au Défenseur des droits 68 réclamations, dénonçant des coups de matraque et des jets de gaz lacrymogènes sans justification, ainsi que des insultes, à Paris comme dans le reste de la France. Selon le ministère de l’intérieur, quelque 600 membres des forces de l’ordre ont, de leur côté, été blessés en marge des manifestations.