[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Contre la loi de finance, l’Algérie sous haute tension

    Algérie

    Brève publiée le 5 janvier 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.anti-k.org/2017/01/04/contre-la-loi-de-finance-lalgerie-sous-haute-tension-greves-et-emeutes/

    https://berthoalain.com/  2 janvier 2017

    Contre la loi de finance : émeutes à Bejaia, Bouira, Akbou, Chorfa, Tichy, Amizour, Tazmalt, Bgayet, Sidi Aich, Rafur, El Kseur, et Ain Benian (Alger)

    Affrontements, routes coupées, grève générale : l’année 2017 commence dans la contestation à Béjaïa (Vidéo)

    16:16  lundi 2 janvier 2017 | Par Assia Chibane | Actualité

    De violents affrontements opposent depuis la matinée de ce lundi 2 janvier, les policiers antiémeute et des citoyens, en majorité des jeunes dans plusieurs quartiers du centre-ville de Béjaïa. Les forces antiémeute de la police ont utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants. Les affrontements ont gagné en intensité en milieu d’après-midi. Vers 16 heures, un fourgon de la police antiémeute a été incendié par les manifestants devant le siège de la wilaya, a-t-on constaté. La cité CNS est inaccessible.

    L’action de protestation semblait pacifique en début de matinée, puisque la grande majorité des commerçants du centre-ville ont adhéré au mouvement de grève. Mais elle a dégénéré en affrontements violents lorsque les forces de police ont tenté de disperser les manifestants à coups de bombes lacrymogènes, notamment au niveau de la cité Edimco – où un bus de l’Etusa a été saccagé et incendié par la foule – puis au carrefour d’Aamriw qui mène vers l’université.

    De sources hospitalières, TSA a été informé que pas moins d’une dizaine de personnes, entre forces de police et jeunes manifestants, ont été admises aux différentes structures médicales de la ville pour de multiples blessures.

    Le même climat de tension a été enregistré du côté est du chef-lieu de Béjaïa. Des escarmouches ont été signalées à Baccaro, relevant de la commune de Tichy où la route nationale RN9 a été bloquée à l’aide de divers objets. À Bordj Mira, les manifestants ont également coupé la RN9 en brûlant des pneus. La circulation automobile a été interrompue dans les deux sens entre Béjaïa et Setif. D’importants embouteillages se sont, par conséquent, formés.

    À Sidi Aich, à 60 km à l’ouest de Béjaïa, des rumeurs faisant état d’une « magouille » dans la distribution de logements de type LPA au niveau de la Daïra, a provoqué une émeute. La foule s’est attaquée au siège du commissariat local à coups de pierres et autres projectiles.


    Violente émeute à Béjaïa contre la Loi de… par algerie-tsa


    A Alger, la cherté de la vie et les augmentations générales des produits de large consommation commencent à susciter l’exaspération de la population de la localité d’Ain Benian. Des jeunes issus des quartiers populaires de cette commune ont déclenché un violent mouvement de contestation.
    Ce lundi soir, la route nationale numéro 11 est fermée à la circulation par des groupes d’émeutiers au niveau du quartier dit du cimetière, un quartier populaire ravagé par la pauvreté. Les émeutes ont commencé en début de soirée. Les affrontements avec les forces de l’ordre risquent de dégénérer et plusieurs arrestations nous ont été signalées par des témoins oculaires. Les émeutiers scandent des slogans hostiles à la Loi de Finances 2017 et dénoncent la cherté excessive de la vie.

    La localité d’Ain Bénian a connu une nuit de tensions depuis dimanche où des poubelles ont été incendiées au niveau de la cité AADL située à proximité de la Cité Belle-Vue, un autre quartier populaire qui abrite des familles défavorisées. En ce moment-même, une forte présence policière a été observée dans toutes les rues d’Ain Bénian et la tension demeure perceptible.