[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Les infirmières descendent à nouveau dans la rue ce mardi

    santé

    Brève publiée le 24 janvier 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lefigaro.fr/social/2017/01/24/20011-20170124ARTFIG00010-les-infirmieres-descendent-a-nouveau-dans-la-rue-ce-mardi.php

    À l'appel de quatorze organisations syndicales, les infirmières font grève, partout en France, ce mardi. Un rassemblement est également prévu à Paris, en début d'après-midi.

    Cadences infernales, manque de personnel et de moyens... Les infirmières sont à vif. En conséquence, 14 organisations syndicales ont déposé un préavis, et incitent fortement les personnels soignants à faire grève ce mardi. À l'appel de laFédération de Force ouvrière et le Syndicat National des Professions Infirmiers(SNPI-CFE-CGC) notamment, une manifestation est également prévue à Paris. Un moyen de dénoncer «le malaise infirmier» qui demeure en constante augmentation, selon Nathalie Depoire, présidente de la Coordination Nationale Infirmière (CNI).

    Dans le détail, le cortège parisien doit se rassembler sur le parvis de la gare Montparnasse, à partir de 13 heures, pour partir une heure plus tard, vers le ministère de la Santé. «Une délégation devrait être reçue», confirme Nathalie Depoire au Figaro. Pour rappel, le dernier rassemblement avait eu lieu le 8 novembre dernier et comptait 3500 manifestants, selon les chiffres de la préfecture. De son côté, le SNPI affirme que 10.000 personnes ont battu le pavé de la capitale.

    Les griefs des infirmières sont nombreux.. et demeurent les mêmes depuis des mois. «Les conditions de travail sont dramatiques», se désole la présidente de la CNI. «Cette aggravation tient aux injonctions d'économies qui nous sont demandées, et qui touchent directement les effectifs. Certains professionnels, contraints de travailler de nuit à l'hôpital, travaillent aujourd'hui à perte». Résultat, les cadences deviennent insupportables, et menacent directement les patients.

    «Nous n'attendons pas grand-chose»

    Pour résoudre cette situation, les syndicats réclament notamment l'abandon duplan d'économies de “3,5 milliards d'euros” sur trois ans d'ici à 2017. Les syndicats exigent également une «reconnaissance des compétences des infirmières», une revalorisation des salaires ainsi qu'une amélioration des conditions de travail. Sur la formation, les partenaires sociaux exigent également un meilleur encadrement des étudiants.

    Bien que les syndicats n'aient pas été reçus par la ministre, lors de la dernière manifestation du 8 novembre, Marisol Touraine avait néanmoins promis des mesures. En décembre, la ministre a notamment débloqué une enveloppe de 30 millions d'euros afin de déployer des services de santé au travail intégrant des psychologues et assistants sociaux, dans chaque GHT (groupement hospitalier de territoire)...sur trois ans. «C'est comme si la ministre nous disait: “Je vais vous amputer un bras, mais je paye le pansement”», ironise Thierry Amouroux, secrétaire général du SNPI, au Figaro. «Nous avons obtenu des engagements sur les bourses d'études, ainsi que la revalorisation des indemnités de stage», complète la présidente de la CNI. «Une concertation avec le ministère de la Santé devrait s'ouvrir prochainement, notamment sur la question de la revalorisation des primes de nuit, de week-ends et de jours fériés». De son côté, le secrétaire général du SNPI semble plus pessimiste. «La ministre ne nous a pas reçus durant cinq ans... Nous n'attendons pas grand-chose», affirme-t-il. «Cela relève juste d'un profond mépris».