[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    Grève des infirmiers

    santé

    Brève publiée le 7 mars 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.lefigaro.fr/social/2017/03/07/20011-20170307ARTFIG00010-greve-nationale-des-infirmiers-ce-mardi.php

    À l'appel de seize organisations syndicales, les infirmiers font grève, partout en France, ce mardi. Ils dénoncent à nouveau leurs conditions de travail et réclament une revalorisation de la profession.

    Une nouvelle «vague blanche» doit déferler ce mardi sur la France. Dans la continuité des mobilisations des infirmiers des 8 novembre 2016 et 24 janvier 2017, seize organisations et syndicats infirmiers appellent les salariés des secteurs sanitaire et médico-social, du public comme du privé, à une grève unitaire pour protester contre leurs conditions de travail. Un moyen de dénoncer «le malaise qui persiste», selon Thierry Amouroux, secrétaire général du syndicat SNPI Infirmiers. Le mouvement unitaire, composé des seize organisations syndicales, révélera ce jour leurs «dix propositions aux candidats à la présidentielle» confirme au Figaro, Nathalie Depoire, présidente de la Coordination Nationale Infirmière (CNI).

    À Paris, le rassemblement débutera à 12h30 place Denfert-Rochereau et se déplacera vers le ministère des affaires sociales et de la santé puis vers l'Assemblée Nationale. Au total, des manifestations sont prévues dans une quarantaine de ville. Les hôpitaux ne devraient pas être perturbés, des personnels pouvant être assignés pour assurer la continuité des soins. Pour rappel, le dernier rassemblement avait eu lieu le 24 janvier dernier et comptait 200 manifestants à Paris, selon les chiffres de la préfecture.

    «L'épuisement professionnel mène aux erreurs de soins. Des vies sont en jeux»

    Thierry Amouroux, secrétaire général du syndicat SNPI Infirmiers

    La liste de griefs des infirmiers est longue et demeure la même depuis des mois: «conditions de travail très dégradées», «épuisement professionnel», «restructurations», «remise en cause des 35 heures alors que les comptes épargne-temps explosent», «manque de considération du gouvernement»... «Les salariés se retrouvent dans des dispositions très difficiles pour rendre un service de haut niveau. Ils se dévouent, mais au détriment de leur santé» dénonce Thierry Amouroux, également «très inquiet» pour la prise en charge des patients. «L'épuisement professionnel mène aux erreurs de soins. Des vies sont en jeux. Ce n'est pas un hasard si en 2015, les chiffres de la mortalité publiés par l'Insee étaient au plus haut depuis la seconde guerre mondiale», déplore le syndiqué.

    «Nous sommes des lanceurs l'alerte»

    S'il ne nie pas l'ouverture du dialogue avec le ministère des affaires sociales et de la santé, le mouvement unitaire déplore cependant le manque de cohérence des propositions ou annonces faites par le ministère, notamment sur les conditions de travail, laissant à penser qu'aucune avancée n'est envisageable avant la fin du quinquennat. «Cette attitude renforce le sentiment de mépris et d'abandon ressenti par les étudiants et les professionnels de la filière infirmière», exprime le mouvement unitaire dans un communiqué. «Au mois de novembre, Marisol Touraine remarquait le manque de lits. Quelques semaines plu tard, elle annonçait une nouvelle suppression de lits», explique le secrétaire général du SNPI.

    «Nous sommes dans une logique industrielle»

    Thierry Amouroux, secrétaire général du syndicat SNPI Infirmiers

    Pour résoudre cette situation, le mouvement unitaire réclame en outre «l'abandon» des groupements hospitaliers de territoire (GHT), du plan triennal d'économies de «3,5 milliards» avec notamment une maîtrise de la masse salariale équivalant à 22.000 postes, ou encore «l'arrêt des fermetures de lits». «On nous demande de développer l'activité et les performances au sein des hôpitaux et de l'autre côté, le gouvernement réduit les moyens», explique, désabusé, Thierry Amouroux en précisant: «Nous sommes dans une logique industrielle, dans un secteur où le relationnel, essentiel, n'existe plus par manque de temps». «Aujourd'hui, nous sommes des lanceurs d'alerte», déclare-t-il.

    Bien que les syndicats n'aient pas été reçus par la ministre, lors des deux dernières manifestations, Marisol Touraine avait néanmoins promis des mesures en décembre. Face à la colère du secteur et après le suicide d'au moins cinq infirmiers l'été dernier, la ministre de la Santé avait dévoilé début décembre un plan pour l'amélioration de la qualité de vie au travail des hospitaliers. La ministre a notamment débloqué une enveloppe de 30 millions d'euros afin de déployer des services de santé au travail intégrant des psychologues et assistants sociaux, dans chaque GHT (groupement hospitalier de territoire)... sur trois ans. Une enveloppe de 30 encore attendue par les professionnels du secteur...