[RSS] Twitter Youtube Page Facebook de la TC Articles traduits en castillan Articles traduits en anglais Articles traduits en allemand Articles traduits en portugais

Agenda militant

    Actualités et analyses [RSS]

    Lire plus...

    Newsletter

    Twitter

    NPA : La feuille d’avril du secteur Santé-Sécu-Social

    NPA santé

    Brève publiée le 12 avril 2017

    Tweeter Facebook

    Les brèves publiées dans cette rubrique « Informations et analyses » le sont à titre d'information et n'engagent pas la Tendance CLAIRE.

    http://www.anti-k.org/2017/04/11/npa-feuille-davril-secteur-sante-secu-social/

    Santé: ce que défend Philippe Poutou

    Hôpitaux :

    • un plan emploi formation permettant la formation et le recrutement de 120 000 agents hospitaliers, de toutes catégories afin de restaurer des conditions de travail acceptables dans nos établissements et de garantir la qualité du service public.
    • Un Hôpital au service des malades et non de la rentabilité. : abrogation des lois Bachelot et Touraine, de la tarification à l’activité (T2A) et de l’Hôpital Entreprise qui font perdre son sens au travail et pénalisent les patients.
    • Expropriation sans indemnité des actionnaires des cliniques privées, qui seront transformées en hôpitaux publics et leur personnel intégré sous statut public.

    Pour lutter contre les déserts médicaux

    • Ouverture de centre de santé publics et gratuits, ouverts 24h/24 avec du personnel public, sur toutle territoire.

    Gratuité des soins :

    • Tous les soins et médicaments nécessaires (prescrits) doivent être intégralement remboursés par l’assurance maladie. Suppression des « complémentaires ». Les personnels et les biens des mutuelles seront intégrés à la sécurité sociale.
    • Application immédiate du « Tiers Payant » (pas d’avance de frais pour les soins et les médicaments), abolition des franchises

    Une industrie publique du médicament :

    • Les affaires du Mediator et de la Depakine ont montré les dérives d’une industrie pharmaceutique au service d’intérêts privés. En mettant fin aux profits scandaleux des laboratoires sur certains médicaments, on renflouera les caisses de l’Assurance Maladie.
    • Création d’une industrie publique du médicament en expropriant les actionnaires des laboratoires. Cette industrie doit être sous le contrôle des représentants des malades et des personnels.
    • Suppression des brevets.

      —————————————————————————————————————–

    Le Front National : derrière la « défense du service public », toujours les vieilles recettes racistes.

    Marine Le Pen, la candidate du Front National chouchoute les personnels de santé pour gagner leur voix . Elle affirme défendre l’Hôpital Public et l’accès de tous « les Français » aux soins.

    Mais pour elle les difficultés du système de santé et des hôpitaux ne vient pas des 60 milliards de cotisations sociales dont les patrons sont exonérés mais par l’aide médicale d’État qui représente 0,7% des dépenses d’Assurance Maladie! Grotesque et scandaleux .

    Trouver un bouc émissaire, plutôt que de s’attaquer aux véritables causes et aux vrais responsables, hier comme aujourd’hui telle est la stratégie du Front National.

    Marine Le Pen dénonce la « fraude » aux prestations sociales des immigrés ou des plus pauvres….sans dire que les principaux fraudeurs, sont les petits et grands patrons qui « oublient » de déclarer leurs salariés .


    AVEC PHILIPPE POUTOU, OUVRIER ET CANDIDAT ANTICAPITALISTE, NOS VIES, PAS LEURS PROFITS !

    A la veille du premier tour des élections présidentielles, dans les établissements de santé comme ailleurs, bien des salariés hésitent.

    Ils rejettent une droite et une extrême droite qui dénoncent le « systéme »….pour mieux en profiter et s’en mettre plein les poches. Ils ne veulent pas non plus du banquier Macron et son programme au service du MEDEF. Ils n’ont plus confiance dans une gauche qui une fois au pouvoir renie ses engagements.

    Beaucoup pensent s’abstenir ou voter juste pour éliminer « le pire ».

    ChacunE ressent que rien ne sera réglé au lendemain de cette élection.

    Pourtant, nous nous ne sommes pas condamnés à toujours subir les conditions de travail insupportables, la destruction du service public, l’instauration d’une santé « à deux vitesses ».

    Mais pour cela il faut des solutions radicalement nouvelles et il faut se donner les moyens de les imposer. C’est ce que propose Philippe Poutou, ouvrier et candidat anticapitaliste.

    • Créer 120 000 emplois dans la fonction publique hospitalière grâce à un plan emploi formation,
    • passer aux 32 heures, sans perte de salaire et avec embauche correspondante,
    • imposer un salaire minimum à 1700 € net et une revalorisation de toutes les carrières
    • En finir avec les restructurations, et les fermetures d’établissements, étendre le service public

    C’est possible, les moyens existent :

    • En 2016, 55 milliards de dividendes ont été distribués aux actionnaires du CAC 40 c’est l’équivalent de 2 millions d’emplois au salaire moyen.
    • Le Pacte de Responsabilité de Hollande Valls et Touraine c’est 30 milliards de cadeaux faits aux entreprises sans aucune conséquence pour l’emploi.

    Mais pour imposer cet autre partage des richesses, chacun voit bien qu’il ne suffira pas d’un homme (ou d’une femme) « providentiel » : seule la force des luttes sociales, leur coordination pourra permettre de briser la résistance du patronat , des banques et de l’État à leur service. La population de Guyane aujourd’hui mobilisée montre cette voie .

    Pour porter la voix de la lutte collective et défendre l’espoir qu’un autre monde est possible,

    votons pour l’un d’entre nous, Philippe Poutou.